créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par Joky
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Il est chez Jules -de -chez -Smith -en -face.
lanjingling
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Justin Bieber ou Bastien Vives ?

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1

NDZ, 18.05.2017 à 21:18365680
Je précise que je ne fais pas du Vivès bashing pour le plaisir, mais le constat est là: il ne m'a jamais autant enthousiasmé que lorsqu'il n'est pas seul aux manettes...

NDZ, 18.05.2017 à 21:15365678
J'aurai sincèrement souhaité lire un mix de À ma soeur et de Pauline à la plage, sur le papier, il y avait le potentiel... et je me retrouve devant un mauvais téléfilm, genre spin off de Plus belle la vie version Hélène et les garçons. Vivès nous montre une nouvelle fois qu'il sait écrire en bande dessinée, mais sans savoir écrire. Bluette pas gênante qui va virer au désagréable lorsque le Festival d'Angoulême aura couronné ce livre.

wandrille, 05.10.2015 à 9:08359695
Retour en force de la série. Où l'ont retrouve des personnages secondaires du début de la série dans des rôles à contre emploi, et c'est bon.

Manu Temj, 24.02.2015 à 18:25357986
chrisB :
avec quelques persos en moins donc


Alors là, tu t'avances beaucoup... Rien n'est moins sûr !

chrisB, 23.02.2015 à 9:38357976
Hop mise à jour sur Last Man (merci la bibli), cette série me fait bien marrer, dans le genre popcorn elle est plutot bien troussée. Le tome 6 marque la fin d'un cycle, ça devrait repartir 10ans après avec quelques persos en moins donc (qui a dit spoiler ?)

Moi, 16.10.2014 à 8:30356421
Petites infos reliées à Vivès : Angelin Preljocaj cause de son adaptation en long-métrage de Polina. et sinon, catsuka a déterré le pilote pour un projet de série adapté de Poungi la racaille, la première série de Vivès qu'il signait alors Bastien Chamax.

Mr_Switch, 13.10.2014 à 15:10356388
J'ai préféré le premier tome aux suivants, je m'en souviens. Hélas, c'est bien la seule chose dont je me souviens de la série. Je crains que ce ne soit bon signe...

Thierry, 13.10.2014 à 8:45356377
Je reste très mitigé sur cette série. Je ne m'attendais pas à un péplumgaldiatoresque et me doutais que cette série lorgnerait plus du côté de Polonius ou Péplum. Mais il y a un manque qui traverse toute la série, surtout après une entrée en matière assez joussive dans le premier tome (en gros, jusqu'à la rencontre avec le soldat Statum).
Je me suis senti dans un univers pas tellement éloigné de Jacques Abeille et ses jardins statuaires, avec de vraies bonnes idées, mais aussi des moments un peu trop "faciles" (j'ai très peu aimé le passage dans la cité des femmes).
Par contre, les couleurs sont magnifiques et la couverture du tome 3 est tout simplement splendide.

NDZ, 10.10.2014 à 15:59356364
J'ai plutôt un bon (et flou) souvenir de cette mini-série...

Maintenant que ça a été défriché par le poisson pilote (dont il ne reste que les arêtes), on eu ça



qqs mois après, chez le même éditeur. C'est presque devenu un genre à part entière ou quoi ? :)

Thierry, 10.10.2014 à 13:25356363
que faire lorsque tout ce qu'il y avait à conquérir a été conquis? On cherche de nouvelles conquêtes. L'empereur envoye donc la crème de ses soldats explorer les mondes inconnus.
Ce premier tome dégage une atmosphère assez étrange. Tantôt plutôt drôle, tantôt inquiétante et à la lisière du fantastique. A suivre...

Mael, 28.11.2013 à 16:36353016
Je plussoie ingweil, je trouvais le premier tome assez emballant, drôle, intrigant. Dès le deux j'ai trouvé ça ronronnant, là j'ai lu un peu en ligne et ai laissé tomber.

Matrok, 28.11.2013 à 13:46353015
ingweil :
Les pseudo-révélations ou autres retournements de situation ne camouflent plus le seul enjeu porté par le titre : nichon/baston. Digne de ce qui se fait de plus moyen en shônen.

Rhhoo, comment oses-tu écrire un tel lieu commun au sujet des shônen ? ;-)

ingweil, 28.11.2013 à 12:13353010
Comme craint, le truc tourne désormais à vide. Quelques passages rigolos, mais l'exercice se limite à de la redite sans intérêt. Les pseudo-révélations ou autres retournements de situation ne camouflent plus le seul enjeu porté par le titre : nichon/baston. Digne de ce qui se fait de plus moyen en shônen, c'est peut-être ça le pire pour Vivès : ne même plus susciter l'énervement mais l'indifférence.

SydN, 21.06.2013 à 14:01351577
Pierre :
A ce propos j'ai appris récemment que fifty shades of gray était une fanfiction issue des Toilettes ...


c'est très probable.



:D

Pierre, 19.06.2013 à 21:50351552
wandrille :

Bah si, tu vois bien : second degré et trip régressif.
Bastien étant en plus un fan de street fighter assumé, cet album est à mon avis à prendre comme un immense fan art à tout ce qu'on peut retrouver dans le jeu de baston, un domaine qui n'est pas forcément celui de tout le monde, mais où on trouve suffisamment d’aficionados pour trouver un lectorat digne de ce nom (enfin tout dépend du point de vue sur la dignité) à cet album.


Ces hypothèses ne me semblaient pas vraisemblables, d'où mon aveu final. Celle du "fan art" (qui par essence a peu à voir avec le second degré mais davantage avec la tentative de ressusciter le plaisir perdu d'une expérience de lecture) me paraît beaucoup plus convaincante et cela explique pourquoi je demeurerai toujours hermétique à cette entreprise. A ce propos j'ai appris récemment que fifty shades of gray était une fanfiction issue de Twilight ...

wandrille, 19.06.2013 à 20:25351549
Pierre :
je ne vois pas trop comment on peut goûter ce genre de production (second degré, trip régressif ? Non je ne vois pas).


Bah si, tu vois bien : second degré et trip régressif.
Bastien étant en plus un fan de street fighter assumé, cet album est à mon avis à prendre comme un immense fan art à tout ce qu'on peut retrouver dans le jeu de baston, un domaine qui n'est pas forcément celui de tout le monde, mais où on trouve suffisamment d’aficionados pour trouver un lectorat digne de ce nom (enfin tout dépend du point de vue sur la dignité) à cet album.

Moi je lis avec plaisir. Il faut dire que j'avais déjà une passion coupable pour les bd de Street Fighter qui n'avaient vraiment rien pour elles...

NDZ, 14.06.2013 à 9:29351480
Tiens, oui, je mangerais bien les auteurs en quiche. C'est bon les quiches.

Pierre, 13.06.2013 à 23:31351478
Nous n'avons pas les mêmes valeurs.

e m, 13.06.2013 à 21:45351476
Le premier tome (je suppose que le deuxième aussi) c'est clairement du second degré (voire plus).
Inutile d'être décérébré pour apprécier, il faut juste avoir envie de lire un truc fun et qui se prend pas au sérieux. C'est peut être con, mais c'est assumé.

"ta garde !" ... "Feinte" ... "Enchaine!"
C'est quand même un bouquin de baston...

Les dialogues créent un décalage avec l'univers un peu rétro où évoluent les personnages, et rendent l'ensemble d'autant plus amusant.
En tout cas moi je me suis bien poilé.

Ce genre de trucs :
- J'ai pas réussi à gagner un round, depuis le début.
- C'est normal, Adrian, tu te bats comme une quiche.


Rien que de relire ça me fait marrer 8)

Du fun !

Pierre, 12.06.2013 à 20:43351458
Lu environ 80 pages en ligne de Lastman #2: à la fois prodigieusement hideux et d'une stupidité abyssale. On ne dira jamais assez les ravages du Club Dorothée sur le cerveau des créatifs d'aujourd'hui ... Et les dialogues, bon sang, les dialogues c'est le pompon: "Je t'assure, il est prenable" ... "ta garde !" ... "Feinte" ... "Enchaine!" (Kool Shen). A moins d'être passablement décérébré, je ne vois pas trop comment on peut goûter ce genre de production (second degré, trip régressif ? Non je ne vois pas).

Thierry, 21.05.2013 à 11:12351151
Deuxième Vivès pour moi, et je dois reconnaître que j'ai été plutôt séduit par cette boucherie, qui ne repose pourtant sur rien de bien tangible, si ce n'est sur une succession de petites choses qui mettent en lumière le sens aigu de l'observation de Vivès. Chaque scène sonne juste, qu'elle soir réaliste ou onirique. La scène de valse est graphiquement très réussie. J'y trouve souvent une certaine parenté avec Ruppert & Mulot, dans la multiplication de petites vignettes qui décompose une action ou dans l'usage de personnages-silhouettes anonymes qui forcent l'identification.

SydN, 19.04.2013 à 15:10350910
Charlie Brown :
L’autre jour, à l’occasion des Rencontres du 9ème Art d’Aix-en-Provence, j’ai assisté, entre autres choses, à la rencontre avec Vivès, Balak et Sanlaville. La salle était quasiment pleine (majorité de 15-25 ans, majorité dajà séduite par les débuts de Lastman), l’ambiance potache et amusante (si si).

En gros, si j’ai bien tout compris, l’histoire est fournie par Vivès, la charte graphique aussi. Balak se charge essentiellement du storyboard, du découpage, de la fluidité, du script... Sanlaville et Vivès se chargent essentiellement du dessin. Comme ils travaillent en réseau et que chacun peut intervenir sur le travail des autres (dessin, dialogues, caractères des personnages, éléments de l’histoire ou de l’action… etc…), ils se concertent régulièrement, valident ou non leurs idées nouvelles au jour le jour, et il semble régner une saine émulation entre les trois créateurs.

Maintenant, je ne sais pas à quoi ça ressemble vraiment, vu que je n’ai pas lu l’album (à part une vingtaine de pages sur le net lorsqu’un lien avait été posté sur Bulledair, et je n’avais pas détesté).

Vivès a aussi à coeur de développer en parallèle un jeu vidéo issu de Lastman, qui, si le projet se monte, ne devrait pas voir le jour avant fin 2014. Quelqu’un dans la salle a demandé des précisions sur le genre de jeu et d’animation que ça devrait donner. Vivès a répondu par des références, mais, comme l’univers du jeu vidéo m’est totalement étranger, je ne saurais vous en dire plus à ce sujet... (oui, je suis un has been). En tout cas, ça a l’air d’être un gros bosseur et ça a l’air de l’éclater, cette aventure.


donc bon, en gros, ce qu'il y a marqué dans le bouquin c'est du flan quoi...

SydN, 19.04.2013 à 15:09350909
Docteur C :
SydN :

(et en vrai ?)

En vrai c'est pire.


Ahah moi ça m'a fait rire.
si si...

Charlie Brown, 19.04.2013 à 11:17350908
L’autre jour, à l’occasion des Rencontres du 9ème Art d’Aix-en-Provence, j’ai assisté, entre autres choses, à la rencontre avec Vivès, Balak et Sanlaville. La salle était quasiment pleine (majorité de 15-25 ans, majorité dajà séduite par les débuts de Lastman), l’ambiance potache et amusante (si si).

En gros, si j’ai bien tout compris, l’histoire est fournie par Vivès, la charte graphique aussi. Balak se charge essentiellement du storyboard, du découpage, de la fluidité, du script... Sanlaville et Vivès se chargent essentiellement du dessin. Comme ils travaillent en réseau et que chacun peut intervenir sur le travail des autres (dessin, dialogues, caractères des personnages, éléments de l’histoire ou de l’action… etc…), ils se concertent régulièrement, valident ou non leurs idées nouvelles au jour le jour, et il semble régner une saine émulation entre les trois créateurs.

Maintenant, je ne sais pas à quoi ça ressemble vraiment, vu que je n’ai pas lu l’album (à part une vingtaine de pages sur le net lorsqu’un lien avait été posté sur Bulledair, et je n’avais pas détesté).

Vivès a aussi à coeur de développer en parallèle un jeu vidéo issu de Lastman, qui, si le projet se monte, ne devrait pas voir le jour avant fin 2014. Quelqu’un dans la salle a demandé des précisions sur le genre de jeu et d’animation que ça devrait donner. Vivès a répondu par des références, mais, comme l’univers du jeu vidéo m’est totalement étranger, je ne saurais vous en dire plus à ce sujet... (oui, je suis un has been). En tout cas, ça a l’air d’être un gros bosseur et ça a l’air de l’éclater, cette aventure.

Docteur C, 19.04.2013 à 10:39350906
SydN :

(et en vrai ?)

En vrai c'est pire.

SydN, 19.04.2013 à 10:22350904
Thierry :
Vivès est en fait un programme informatique qui dessine automatiquement, d'où sa productivité si productive. La personne qui répond aux interviews est Judith Forest :o)


ah ok.
















(et en vrai ?)

Thierry, 19.04.2013 à 10:16350902
Vivès est en fait un programme informatique qui dessine automatiquement, d'où sa productivité si productive. La personne qui répond aux interviews est Judith Forest :o)

SydN, 19.04.2013 à 10:07350901
On parle beaucoup de Vives pour cet album, mais sur la page de garde il est uniquement crédité aux couleurs (couleur puis gris si je comprend bien). Ce qui est d'autant plus étrange que son dessin me semble particulièrement reconnaissable au fil des pages. Alors ok les deux autres gaillards viennent de l'animation, ils ont l'habitude de plier leur style à celui du chara designer, mais là quand même, ça me paraît un peu trop vivessien pour être possible. Quelqu'un à des éclaircissements ?

SydN, 15.02.2013 à 9:43349896
lanjingling :
Charlie Brown :
SydN :
Charlie Brown :
Le goût du chlore et Dans mes yeux sont des exercices de style qui ne visent qu'une chose : la sensation. Faire ressentir. Faire ressentir la naissance d'un sentiment amoureux dans le premier (sans compter le rendu du temps qui s'écoule et celui du milieu aquatique où s'écoule ce temps), le cycle d'une relation dans le second, en "caméra subjective". Et Vivès y arrive parfaitement.


c'est pas parce qu'il y parvient que c'est pertinent.


Je sais pas si c'est pertinent (d'ailleurs, je sais pas ce que ça veut dire, pertinent)

A priori c'est un concept SydNien fondamental :)
Charlie Brown :
SydN :
je n'ai jamais entendu de lui de vrai paroles révoltées et pertinentes.

Quant aux chansons "pertinentes", je comprends même pas ce que ça veut dire...


ah ah

maiheu ! :-)

chrisB, 14.02.2013 à 16:57349889
Et une page de Matt Madden aussi :)

lanjingling, 14.02.2013 à 14:18349888
Charlie Brown :
SydN :
Charlie Brown :
Le goût du chlore et Dans mes yeux sont des exercices de style qui ne visent qu'une chose : la sensation. Faire ressentir. Faire ressentir la naissance d'un sentiment amoureux dans le premier (sans compter le rendu du temps qui s'écoule et celui du milieu aquatique où s'écoule ce temps), le cycle d'une relation dans le second, en "caméra subjective". Et Vivès y arrive parfaitement.


c'est pas parce qu'il y parvient que c'est pertinent.


Je sais pas si c'est pertinent (d'ailleurs, je sais pas ce que ça veut dire, pertinent)

A priori c'est un concept SydNien fondamental :)
Charlie Brown :
SydN :
je n'ai jamais entendu de lui de vrai paroles révoltées et pertinentes.

Quant aux chansons "pertinentes", je comprends même pas ce que ça veut dire...

NDZ, 14.02.2013 à 11:02349884
Pour la Saint-Valentin, Justin Bieber dans un gratuit : "Je reçois pas mal de demandes en mariage"... et pour Vivès ?

Gantois, 14.02.2013 à 10:40349883
C’est vrai qu’il y a pleins d’exemples, NDZ avait raison. Je pense maintenant aussi à Lettre au maire de V. d’Alex Barbier.
Et il y a aussi les expérimentations de Cédric Manche, ou dans une case en camera objective, il plaçait au dessus des têtes de chaque protagoniste une petite case en camera subjective, indiquant donc la vision de chacun.

Le Will Eisner pique quand même ma curiosité, merci de l’info.

Xavier, 13.02.2013 à 22:35349880
Appollo :
Il y a plusieurs histoires de Daniel Clowes qui utilisent ce procédé, dans Eightball, ainsi que dans le recueil français "Caricature".

En fait, quand on commence à chercher, il y en a un paquet: tout un chapitre de Tokyo Tribe 2 (dans le volume 8); une longue séquence onirique dans le Black Hole de Charles Burns; et les deux bouquins de Brian Ralph, Cave-In et Daybreak.

SydN, 13.02.2013 à 9:15349863
wandrille :
SydN :
sinon last man ça a de la gueule quand même.

Arrête de la ramener sur Last Man qui est trop de la baloute qui déchire !


Hein ?
Mais... Mais... Qu'est-ce que j'ai dit ?

wandrille, 12.02.2013 à 19:38349855
SydN :
sinon last man ça a de la gueule quand même.

Arrête de la ramener sur Last Man qui est trop de la baloute qui déchire !

Mr_Switch, 12.02.2013 à 18:47349851
Disons que le dessin et les couleurs particulières de Dans mes yeux apportent une dimension particulière. L'exploitation de la « caméra subjective » se résume souvent plus à "devant moi" plus qu'à "dans mes yeux" dans les courts récits que j'ai pu lire et utilisant le procédé.
Un trait net, ou du N&B, ne me convainc généralement pas pour ce procédé. L'agitation chromatique, jusqu'à l'écœurement, du bouquin de Vivès, est plus convaincant. De plus le myope que je suis n'a jamais gouté à la vision panoramique nette, vision que ne propose pas Vivès, justement.

Donc la retranscription m'avait vraiment plu. L'histoire par contre se dégonfle après un petit moment jusqu'à perdre la majorité de son intérêt.

NDZ, 12.02.2013 à 18:00349847
J'étais en train de le dire sur l'autre sujet. The Party dans Eightball.

Appollo, 12.02.2013 à 17:55349845
Il y a plusieurs histoires de Daniel Clowes qui utilisent ce procédé, dans Eightball, ainsi que dans le recueil français "Caricature".

NDZ, 12.02.2013 à 17:44349844
Thierry :
NDZ :
Gantois :
En plus chez Dans mes yeux, il y a l’exploitation de la « caméra subjective », qui rend le récit encore plus fort, et qui est a ma connaissance la seul bd utilisant ce procédé de la première a la dernière page.


Heu, je ne veux pas dire de connerie, mais je crois quand-même qu'il y en a plus d'un. Je pense sur le coup à une mini-exception : le Ratatouille de Lécroart dans lequel on passe de la subjectivité d'un personnage à un autre, mais il doit bien en avoir d'autres avec la même vision de bout en bout (dans les récits courts, notamment).

eisner a utilisé le procédé, mais sur un court récit (last day in vietnam)


Oui, c'est typiquement dans les recueils d'histoires courtes dans le monde de l'inde que j'irais bien chercher (j'ai en tête des noms d'auteurs qui auraient pu commettre cela mais impossible de me rappeler un bouquin - Leif Tande, Jochen Gerner, JC Menu ou autre expérimentateurs). C'est donc pas comme si Vivès avait fait un truc révolutionnaire. C'est peu utilisé, c'est tout. Et souligner le procédé via le titre, je trouve cela inutile, voire puéril (j'insiste sur mon approche conceptuel, bla bla bla et tout).

Charlie Brown, 12.02.2013 à 15:03349841
SydN :

meuh non c'est pas bête.
t'es juste pas dans le questionnement, c'est tout. Rien de grave docteur.


Ah ben ouais, rien de grave, effectivement. Ça fait longtemps que je ne suis plus dans le questionnement, que ce soit en matière d'art ou pas. Je ne cherche plus ni à comprendre, ni à expliquer. J’ai décidé d’être dans le ressenti et dans la jouissance. C'est mal, mais ça fait du bien. :o)

Je serais artiste, peut-être serais-je toujours en train de me poser des questions. Mais heureusement, Dieu m’en préserve, je ne suis pas artiste et je n’ai pas une once de talent. Mais j'ai besoin des artistes pour vivre, sinon, je meurs. Je vous remercie donc d’exister, vous autres artistes, rien que pour mon bien-être et pour mon bonheur. :o)

Thierry, 12.02.2013 à 14:53349840
NDZ :
Gantois :
En plus chez Dans mes yeux, il y a l’exploitation de la « caméra subjective », qui rend le récit encore plus fort, et qui est a ma connaissance la seul bd utilisant ce procédé de la première a la dernière page.


Heu, je ne veux pas dire de connerie, mais je crois quand-même qu'il y en a plus d'un. Je pense sur le coup à une mini-exception : le Ratatouille de Lécroart dans lequel on passe de la subjectivité d'un personnage à un autre, mais il doit bien en avoir d'autres avec la même vision de bout en bout (dans les récits courts, notamment).

eisner a utilisé le procédé, mais sur un court récit (last day in vietnam)

SydN, 12.02.2013 à 14:40349839
Charlie Brown :
SydN :
Charlie Brown :
Le goût du chlore et Dans mes yeux sont des exercices de style qui ne visent qu'une chose : la sensation. Faire ressentir. Faire ressentir la naissance d'un sentiment amoureux dans le premier (sans compter le rendu du temps qui s'écoule et celui du milieu aquatique où s'écoule ce temps), le cycle d'une relation dans le second, en "caméra subjective". Et Vivès y arrive parfaitement.


c'est pas parce qu'il y parvient que c'est pertinent.


Je sais pas si c'est pertinent (d'ailleurs, je sais pas ce que ça veut dire, pertinent), mais c'est réussi. Ça me touche, ça me parle. Je demande pas grand-chose à l'art (on me le reproche assez souvent...), et quand j'arrive à ressentir un truc et que ça me plaît, eh bien je suis content. C'est bête, hein ? :o)


meuh non c'est pas bête.
t'es juste pas dans le questionnement, c'est tout. Rien de grave docteur.

Charlie Brown, 12.02.2013 à 14:27349837
SydN :
Charlie Brown :
Le goût du chlore et Dans mes yeux sont des exercices de style qui ne visent qu'une chose : la sensation. Faire ressentir. Faire ressentir la naissance d'un sentiment amoureux dans le premier (sans compter le rendu du temps qui s'écoule et celui du milieu aquatique où s'écoule ce temps), le cycle d'une relation dans le second, en "caméra subjective". Et Vivès y arrive parfaitement.


c'est pas parce qu'il y parvient que c'est pertinent.


Je sais pas si c'est pertinent (d'ailleurs, je sais pas ce que ça veut dire, pertinent), mais c'est réussi. Ça me touche, ça me parle. Je demande pas grand-chose à l'art (on me le reproche assez souvent...), et quand j'arrive à ressentir un truc et que ça me plaît, eh bien je suis content. C'est bête, hein ? :o)

SydN, 12.02.2013 à 14:11349833
Gantois :
NDZ :
Gantois :
En plus chez Dans mes yeux, il y a l’exploitation de la « caméra subjective », qui rend le récit encore plus fort, et qui est a ma connaissance la seul bd utilisant ce procédé de la première a la dernière page.


Heu, je ne veux pas dire de connerie, mais je crois quand-même qu'il y en a plus d'un. Je pense sur le coup à une mini-exception : le Ratatouille de Lécroart dans lequel on passe de la subjectivité d'un personnage à un autre, mais il doit bien en avoir d'autres avec la même vision de bout en bout (dans les récits courts, notamment).


Ha oui, Ratatouille, c'est vrai. Si tu trouves encore des exemples dis-moi, c'est quand même pas si courant que ça en bd.


'spèce de conceptuel, va !

Gantois, 12.02.2013 à 14:07349832
NDZ :
Gantois :
En plus chez Dans mes yeux, il y a l’exploitation de la « caméra subjective », qui rend le récit encore plus fort, et qui est a ma connaissance la seul bd utilisant ce procédé de la première a la dernière page.


Heu, je ne veux pas dire de connerie, mais je crois quand-même qu'il y en a plus d'un. Je pense sur le coup à une mini-exception : le Ratatouille de Lécroart dans lequel on passe de la subjectivité d'un personnage à un autre, mais il doit bien en avoir d'autres avec la même vision de bout en bout (dans les récits courts, notamment).


Ha oui, Ratatouille, c'est vrai. Si tu trouves encore des exemples dis-moi, c'est quand même pas si courant que ça en bd.

SydN, 12.02.2013 à 13:36349828
sinon last man ça a de la gueule quand même.

Moi, 12.02.2013 à 13:36349827
Glotz :
Moi :
On peut lire les premières pages du simili-manga/shônen "Lastman" signé Vivès, Balak et Sanlaville par ici.
De ce que j'ai compris, l'ambition est de sortir 3 tomes de 200 pages par an, avec une organisation de mini-mini-studio (on peut voir les making ofs parodiques pour se faire une idée de la répartition des tâches mais je ne suis pas sûr qu'on y apprendra grand-chose). Le premier tome sort en mars et ma foi ça a l'air plutôt chouette, pour l'instant.

Il vont tout mettre en ligne ?

Aucune idée, ça en a bien l'air.

SydN, 12.02.2013 à 13:35349826
Charlie Brown :
Le goût du chlore et Dans mes yeux sont des exercices de style qui ne visent qu'une chose : la sensation. Faire ressentir. Faire ressentir la naissance d'un sentiment amoureux dans le premier (sans compter le rendu du temps qui s'écoule et celui du milieu aquatique où s'écoule ce temps), le cycle d'une relation dans le second, en "caméra subjective". Et Vivès y arrive parfaitement.


c'est pas parce qu'il y parvient que c'est pertinent.

NDZ, 12.02.2013 à 13:22349825
Gantois :
En plus chez Dans mes yeux, il y a l’exploitation de la « caméra subjective », qui rend le récit encore plus fort, et qui est a ma connaissance la seul bd utilisant ce procédé de la première a la dernière page.


Heu, je ne veux pas dire de connerie, mais je crois quand-même qu'il y en a plus d'un. Je pense sur le coup à une mini-exception : le Ratatouille de Lécroart dans lequel on passe de la subjectivité d'un personnage à un autre, mais il doit bien en avoir d'autres avec la même vision de bout en bout (dans les récits courts, notamment).

Glotz, 12.02.2013 à 12:24349821
Moi :
On peut lire les premières pages du simili-manga/shônen "Lastman" signé Vivès, Balak et Sanlaville par ici.
De ce que j'ai compris, l'ambition est de sortir 3 tomes de 200 pages par an, avec une organisation de mini-mini-studio (on peut voir les making ofs parodiques pour se faire une idée de la répartition des tâches mais je ne suis pas sûr qu'on y apprendra grand-chose). Le premier tome sort en mars et ma foi ça a l'air plutôt chouette, pour l'instant.

Il vont tout mettre en ligne ? Ça commence bien.

Moi, 12.02.2013 à 11:45349820
On peut lire les premières pages du simili-manga/shônen "Lastman" signé Vivès, Balak et Sanlaville par ici.
De ce que j'ai compris, l'ambition est de sortir 3 tomes de 200 pages par an, avec une organisation de mini-mini-studio (on peut voir les making ofs parodiques pour se faire une idée de la répartition des tâches mais je ne suis pas sûr qu'on y apprendra grand-chose). Le premier tome sort en mars et ma foi ça a l'air plutôt chouette, pour l'instant.

Charlie Brown, 11.02.2013 à 17:50349790
Pour l'instant, je n'en ai lu que 5 (Le goût du chlore, Dans mes yeux, Polina, La famille, Le jeu vidéo), mais je les ai tous aimé.

Polina est mon préféré.


Mael :

Pour le reste je trouve en effet qu'on en fait trop sur Vivès, ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas de talent, il en a. Mais je me suis souvent ennuyé sur des ouvrages soit disant profond, très beaux graphiquement mais très vides. A ce jeu "Dans mes yeux", magnifique dans le dessin, atteignait des sommets de vacuité.


wandrille :

J'ai beaucoup aimé Polina, lu des siècles après tout le monde. Pour moi les plus faibles sont Dans mes yeux et Le goût du chlore que là, oui, je trouve plus proche d'un nuancier Pantone Bleu Vert que d'un roman graphique avec du fond ( à part le fond de la piscine).


Je ne me relancerai pas dans cette discussion. J'ai déjà dit tout ce que j'avais à en dire. Mais je ne suis pas d'accord avec vous sur ces deux albums. Le goût du chlore et Dans mes yeux sont des exercices de style qui ne visent qu'une chose : la sensation. Faire ressentir. Faire ressentir la naissance d'un sentiment amoureux dans le premier (sans compter le rendu du temps qui s'écoule et celui du milieu aquatique où s'écoule ce temps), le cycle d'une relation dans le second, en "caméra subjective". Et Vivès y arrive parfaitement. En quelques traits et beaucoup d'ellipses, sans s'appuyer outre mesure sur le dialogue, il touche au but. Je me suis laissé porté, et j'ai tout ressenti. De la belle ouvrage quoi.

Gantois, 11.02.2013 à 17:49349789
C’est marrant comme on a tous un avis différent sur Vivès.

Pour moi son meilleur est:




Je le considère comme le deuxième volet d’une trilogie, avec :




Le protagoniste, un peu plus âgé d’album en album, semble aller a chaque fois un peu plus loin dans la conquête amoureuse.

En plus chez Dans mes yeux, il y a l’exploitation de la « caméra subjective », qui rend le récit encore plus fort, et qui est a ma connaissance la seul bd utilisant ce procédé de la première a la dernière page.

J’aime aussi beaucoup :




Tout les deux drôles et bien mis en scène.

chrisB, 11.02.2013 à 10:34349768
Son meilleur album ? les jeux vidéos !!

Glotz, 11.02.2013 à 9:38349767
Les petits albums thématiques de Vivès sont en effet fort drôles. On voit son talent sur ce format quand on le compare à d'autres qui s'y essayent (genre le dernier Delisle).

Polina est en effet lisible bien qu'un peu vain (j'aurais aimé une collaboration avec Blutch sur ce projet). La Grande Odalisque aussi. Je n'ai pas lu le Vraoum dont parle Wandrille, j'essaierai de la trouver.

Sa série que j'ai trouvée la plus intéressante reste Pour l'Empire, dont les imperfections mêmes participent au charme. Peut-être est-ce parce que je suis historien et que j'aime ce type de récits sur l'ennui et l'inutilité des grands projets ?

wandrille, 11.02.2013 à 8:53349766
Je suis, forcément, de parti pris sur cette album, mais je trouve qu'il est de tous les albums "sensibles" de Bastien le plus chouette.

Probablement parce qu'il a été écrit à chaud, avec cette technique au crayon de couleur très belle qu'il a montré dans "dans mes yeux" mais avec moins de puissance dans l'histoire.

On retrouve déjà les strips à case répétées, mais graphiquement c'est plus fort.

Mais comme dit au-dessus, étant l'éditeur de la chose, je suis forcément de parti pris.

Je partage aussi le coup de coeur de Mael pour les recueils sur la Famille et l'Amour, auquel j'ajouterais le Jeu Vidéo (mais il faut pratiquer un peu).

Les Melons de la colère est vraiment un Rape & Revenge jouissif et drôle, mais l'humour, on doit en avoir pour le lire parce que l'histoire derrière est assez sordide, donc amateurs de premier degré, passez votre chemin, ce livre vous outrera.

J'ai beaucoup aimé Polina, lu des siècles après tout le monde. Pour moi les plus faibles sont Dans mes yeux et Le goût du chlore que là, oui, je trouve plus proche d'un nuancier Pantone Bleu Vert que d'un roman graphique avec du fond ( à part le fond de la piscine).

De ces oeuvres de jeunesse, Poungi la Racaille, c'est gentil mais bon... bof.

ELLES, ça sent un peu l'adolescence. En revanche Hollywood Jan, c'est fabuleux ! C'est par cet album que je l'ai découvert et j'ai ri ! Comme les volcans d'auvergne quand ils étaient jeunes, voyez ?

C'est là que Singeon m'a montré la Boucherie en ligne en me disant que personne ne voulait la faire comme il voulait.

Les sots !

Mael, 11.02.2013 à 8:42349765
Les sceptiques doivent lire ça, c'est très drôle.

Pour le reste je trouve en effet qu'on en fait trop sur Vivès, ce qui ne veut pas dire qu'il n'a pas de talent, il en a. Mais je me suis souvent ennuyé sur des ouvrages soit disant profond, très beaux graphiquement mais très vides. A ce jeu "Dans mes yeux", magnifique dans le dessin, atteignait des sommets de vacuité. (on notera que Johnny Hallyday a pris le même titre pour sa récente autobio, le sagouin).

Sinon Polina ça se lit bien, c'est chirurgical, bien pensé, émouvant.

Les Melons de la colère c'est très marrant aussi, de la pleine gaudriole réussie.

wandrille, 11.02.2013 à 8:22349762
Vu les passions qu'ils déchaîne, il était temps qu'on ait un sujet dédié à Bastien Vives où les acharnés pourront hurler à l'arnaque et où les fans pourront répandre leurs louanges.

Et pour commencer :
http://www.delitoon.com/serie-webtoon/serie-lastman

Pages : 1

retour forum

bordure
coin bordure coin