créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Chrysostome
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Ni !
crepp
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Pourquoi lui ? Bicot Ze Kid !

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1

lanjingling, 11.05.2018 à 15:40368920
Mael :
Je me permet de reposter ici la demande d'insertion vue dans le forum dédié, moins visité, car permettant de lire ces dix albums sur Gallica !

Glotz :
Insérer les albums de Buster Brown numérisés par Gallica ? À lire en tout cas :)

Dans quel ordre sont-ils proposé ? Pas dans celui chronologique de parution en tout cas, et les 2 premiers albums n'en ont pas.

Mr_Switch, 11.05.2018 à 15:28368919
Ah, c'est donc lui le Marron Briseur ?

Glotz, 11.05.2018 à 15:22368918
Teaser :

Mael, 11.05.2018 à 15:09368917
En effet j'ai été frustré en cherchant des tomes, mais permettant d'en lire la plus grande partie rooo.

Mr_Switch, 11.05.2018 à 15:05368916
Tu fais des promesses que tu ne peux pas tenir...

Mael, 11.05.2018 à 14:35368915
Je me permet de reposter ici la demande d'insertion vue dans le forum dédié, moins visité, car permettant de lire ces dix albums sur Gallica !

Glotz :
Insérer les albums de Buster Brown numérisés par Gallica ? À lire en tout cas :)

Mr_Switch, 11.05.2018 à 14:17368914
Comme dit, Perry Winkle (Bicot) est inspiré en partie de Buster Brown (allitération en b !)

Il nous manquait en base la première édition traduite (Hachette). Voilà qui est réparé.



On remarquera qu'Hachette traduit Buster Brown et embraye avec Bicot. On retrouve la logique.

On peut s'étonner qu'aucun site ne semblait présenter jusqu'à lors les dix tomes Hachette simultanément.

Mr_Switch, 03.10.2014 à 16:34356312
A propos de Bibi Fricotin, je rappellerai mon exemple favori

Comment d'une série de strips américaine sur la femme émancipée (Winnie Winkle), on arrive une série de gamin (Perry Winkle).
Comment une fois traduite en néerlandais (Sjors), elle sera continuée dans une veine parfois fantastique. Et qu'elle fera diablement penser à Bibi Fricotin, à en croire les couvertures. Cette reprise ayant enfin été traduite en français (Jojo et Jimmy).

Mr_Switch, 01.03.2011 à 14:08336869
Vu sur BDoubliés : Bicot et la Renault 5





A gauche, les pubs pour la voiture, à droite les planches originales. Inutile de dire de Branner étant mort en 1970, il n'est pas l'auteur des détournements.

Mr_Switch, 01.07.2010 à 12:26332120
Et en 1975, Rob-Vel replace le personnage de Bicot (créé donc par son "maître" Branner) sur la couverture d'un album/archive de Spirou :
Mr_Switch :


Un album de Spirou avec en couverture : Tintin, Milou, Mr Illico, Petzi, Zig, Puce, Alfred, Mickey, Bicot, Becassine, Felix le chat, Jo et Zette, le marin doit être Bibor ou Tribar, Mandrake, Dick Tracy, Tarzan, Popeye, Prof Nimbus, Le Capitaine (de pim pim poum), Flash Gordon ou assimilé (Sauf erreur et il me manque le grand Namide à gauche et le personnage entre Mickey Et Bécassine.)
Et Spirou !

Est-ce que ça pourrait encore sortir de nos jours ? (c'est un album "rare" mais pas pirate, je précise)
Sous le trait de Rob-Vel, bien sûr.

Mael, 15.02.2010 à 18:27329186
Mr_Switch :
en parlant de Natacha... Hier en complétant le dernier Rubine, je suis tombé à nouveau sur le Natacha de 2004 "La mer de rochers" sur un scénario de Peyo. Ce Peyo m'intrigue. Il parait que c'est un scénario offert par Peyo à Walthéry pour son mariage...


J'ignore l'histoire du mariage mais tout ce que je sais c'est que Walthéry a dans ses placards un certains nombres de scénarios en avance. Peyo avait donc bien écrit celui là et Walthéry l'a laissé longtemps de côté car il trouvait trop douloureux de s'y attaquer. Je trouve ça pas mal chouette de pouvoir avoir du Peyo inédit en 2004 !
C'est comme le dernier bouquin, c'est un lecteur venu le voir en dédicace avec le scénar, et Walthéry a accepté, mais ça devait être en 2003. Bon ok, c'est pas un super album mais c'est pas mal classe ^^

effer, 15.02.2010 à 15:15329179
Merci pour cet article étonnant.
Bicot ça me parle un peu, mais toute cette histoire, des origines aux différentes traductions, c'est fort!

Mr_Switch, 15.02.2010 à 14:05329177
Merci, merci.

David -> Cet exemple particulier est spectaculaire et donc en devient intéressant.

Mael -> Oui. D'ailleurs, en parlant de Natacha... Hier en complétant le dernier Rubine, je suis tombé à nouveau sur le Natacha de 2004 "La mer de rochers" sur un scénario de Peyo. Ce Peyo m'intrigue. Il parait que c'est un scénario offert par Peyo à Walthéry pour son mariage...

Mael, 15.02.2010 à 7:53329161
Bien intéressant ce bref article, ça fait longtemps que je pense à bosser dans cette direction sur Tif&Tondu , que tu cite, pour un article sur Du9.
Mais là c'est vraiment une autre dimension dans la mesure où c'est un personnage secondaire qui devient héros et est repris dans divers pays par divers auteurs... jusqu'à être retraduit sous d'autre noms ce qui est assez phénoménal ! Il est quasi sur que tout ça ait eu lieu dans l'ignorance du créateur originel...
Il y a des trucs intéressants dans le franco-belge à ce niveau là c'était sur les scénarios (c'est moins vrai aujourd'hui). Je pense particulièrement à Natacha qui n'a eu qu'un dessinateur (hormis quelques assistants) mais voyait les scénaristes s'alternet joyeusement avec des univers forts différents, adaptés à plaisir pour l'hôtesse (de Gos à Peyo, de Cauvin à Mythic, de Tillieux à Guy d'Artet).

david t, 15.02.2010 à 6:01329160
Mr_Switch :
C'est sans doute un phénomène qui, par bien des aspects, est redouté par certains critiques de la Bande dessinée.


absolument pas, au contraire. c'est précisément le genre de truc sur lequel les critiques rêvent de tomber. très intéressante recherche en tout cas. à développer (ne pas hésiter à proposer ce genre de chose à du9, par exemple).

Mr_Switch, 14.02.2010 à 22:06329158
C'est sans doute un phénomène qui, par bien des aspects, est redouté par certains critiques de la Bande dessinée. C’est un phénomène connu, ou plutôt méconnu, en bande dessinée. Il n’est pas propre à ce média mais force est de constater qu’il s’y développe facilement.

Je veux parler du destin qui est donné à certains héros de papier. Destin causé par des reprises multiples, des mitoses, méioses, phagocytages de série ou encore par des événements plus incongrus. Destin parfois plus volontaire et étudié, mais ça me semble plus rare.

Un exemple basique est celui de Tif et Tondu : De Dineur à Sikorski… les deux héros ont bien évolués. D’ailleurs, tous les amateurs de cette série savent-ils que leurs héros ont vécu des aventures sous la plume de Marcel Denis ?
La série « Bobo » est de Deliège mais Rosy en a aussi dessiné des gags. Rosy dont la carrière est elle-même tout en poème. Ceci dit, Tif et Tondu sont en stand-by. Bobo, c’est fini.
Bibi Fricotin a eu une longue destinée mais elle semble bien finie, elle aussi.

Plus complexe est l’exemple de Spirou dont les aventures vont donner lieu à des reprises multiples, de Rob-vel à ….Yoann pour l’instant. De la période Franquin, partiront plusieurs drageons (Noël, Gaston puis le Marsu). Avec Franquin, Gaston aurait pu phagocyter Spirou (voir Bravo les Brothers)…

Je pourrais poursuivre les exemples. Cependant si je parle de tout ça, c’est qu’un destin parmi d’autres m’interpelle. C’est celui de Bicot.
Tout de suite, la mise au point : Non, ici « Bicot » n’est pas un terme insultant. Bicot est le prénom/surnom d’un petit garçon, vivant dans une famille plutôt classe moyenne.

La série « Bicot » commence en France en 1926. Elle est dessinée par Martin Branner, celui que Rob-Vel, on y revient, cite comme l’un de ces maîtres. Rob-Vel fut assistant de Branner. Et la filiation dans le dessin est visible.
Martin Branner est américain. « Bicot » est donc une série traduite. La série originale s’appelle… bin elle ne s’appelle pas vraiment en fait…

Martin Branner fait une série nommée « Winnie Winkle », une série plutôt féminine (et sentimentale). Winnie Winkle est une jeune adulte très à la mode. Elle vit avec ses parents (étrangement vieux) et son petit frère. C’est elle qui subvient au besoin de la maison.
Ce petit frère, Perry, n’est pas le héros de cette série… mais il vit souvent des aventures, notamment dans la planche du dimanche (car cette série est classiquement un soap en daily strips). Perry n’est pas aussi BCBG que sa sœur, au grand dam de cette dernière. Il préfère jouer avec sa bande des Rantanplan dans les rues et terrains vagues. (On va dire que Bicot est un Titeuf des années 20)
Ce sont les planches où Perry intervient, qui sont réunies et traduites en Europe sous le nom de Bicot. Bicot n’est donc qu’une ponction de série.
Perry devient donc Bicot, Winnie devient Suzy. Je sais, je sais ce mot de « Bicot » est intrigant. « Perry Winkle » est un jeu de mot avec « periwinckle », bigorneau en anglais. Alors peut-être, comme lanjingling l’a suggéré, que bigo… a donné Bicot ? Il faut savoir que « bicot » désigne aussi le petit de la chèvre, le chevreau, comme biquet d’ailleurs. On se rappellera aussi qu’en anglais, le mot « kid » désigne le gamin, le gosse, le petit morveux là mais aussi le chevreau. Perry est bien un « kid », un môme qui traîne dans la rue avec sa petite bande. Le voir traduit en bicot prend alors du sens.
Pas de référence anti-arabe donc. Dans les aventures de Bicot, il y a d’ailleurs un jour on l’on fête la Saint-Bicot. Quant au nom de famille de Suzy et Bicot, il semble être devenu… Bicotin.

Je ne connais de Bicot qu’un seul livre, incomplet, le cinquième. Je l’ai lu/regardé assez jeune, et il a marqué mon imagination.
D’abord, il s’agit de la société américaine dans les années 1920-1930, Suzy est habillée à la mode des 20-30. C’est assez différent de la France des années 80/90 pour marquer l’esprit. Le père et la mère de Bicot sont vieux. Alors que Bicot a 10 ans tout à plus, sa mère pourrait en avoir 60 ou 65. Son père, au dessin très caricatural par rapport à Suzy, pourrait en avoir 70, 80 ou 90…
Bref, mes souvenirs de Bicot, ce n’est pas forcément de l’humour… plutôt de l’étrangeté. A noter qu’en voyant des dessin de Rob-Vel, notamment de son Spirou, je retrouve des atmosphères à la Bicot.

Voilà déjà un étrange destin pour l’avènement de Bicot…
Mais ce n’est pas fini.
Aux USA, « Winnie Winkle » poursuivra sa parution, bien après la mort de Branner en 1970, au moins jusqu’en 1996. Je ne sais pas trop comment a évoluée la série… Il parait que la qualité n’a pas toujours trop suivie. La série a plutôt évolué vers les « Feux de l’Amour » que vers « Dennis la Malice »... Perry, simple faire-valoir, semble avoir disparu aux USA (voir Winnie vs Perry).


Winnie en 1920

Winnie à la fin du XXe, c'est vaguement différent :)


En Europe, maintenant.
En France, Bicot est publié de 1926 à 1939 par Hachette. Tout est censé être de la main de Martin Branner. L’existence de planches apocryphes est légendaire mais je ne connais pas la véracité de cette affirmation. Ce sont des livres, dos toilé, impression intérieure en bichromie. Ce sont donc des livres d’assez bonne facture mais qui ont mal résisté aux outrages du temps.
De 1939 à 1959, qu’elle fut la vie de Bicot ? Je ne sais pas trop. Mais en 1959 et 1960 sortirent des histoires inédites de Bicot. Et inédit, c’est inédit. Car ça y est, on est passé du côté obscur de la force : Bicot est maintenant scénarisé par Maric (un des scénaristes de Bibi Fricotin, on y revient aussi). Les dessinateurs sont Serna et un certain Jean-Claude Forest (oui oui, c’est pourtant bien connu…^^)
Dans cette suite, devenue du vraie franco-belge, Bicot vit quelques expériences de plus avec sa bande et avec Dorothée (une Dorothée qui semble bien différente de la petite précieuse déjà existante sous Branner). Et après cela, Bicot semble s’être endormi. Il sera réédité avec notamment une fois chez Artefact, excusez-moi du peu !

Bicot de Branner chez Artefact Bicot par JC Forest, quelques années avant Barberella...

Mais ce n’est pas fini pour autant !
Aux Pays-Bas, Perry n’est pas Bicot. Aux Pays-Bas, Perry, c’est Sjors. Sjors, et bien, il va vivre des aventures, les mêmes que Bicot et que Perry au début. Mais Sjors va vite prendre son essor, se libérer de Branner, d’abord sous la plume de Frans Piët. Sjors va avoir un nouveau compagnon, Sjimmie, un garçon de son âge, d’origine africaine (et hop, Sjors et Sjimmie prennent une sacrée ressemblance avec Bibi Fricotin, on y revient encore, et son ami Razibus Zouzou). Au Pays-bas, Sjors va connaître le succès, puisqu’il va avoir ses proches revues.
Si Bicot était resté dans le domaine de l’espièglerie, dans le sillon de Branner, Sjors va vite atteindre le fantastique (le n’importe quoi disent certains…) à l’instar de Bibi Fricotin.



Sjors et Sjimmie, vous savez quoi, ils vont faire comme Perry… être traduits en français : Ils deviennent Jojo et Jimmy et arrivent en Belgique dès le début des années 50.

Aussi vers 1960, on peut le dire, en francophonie, Perry Winkle était schizo : il vivait des espiègleries sous le nom de Bicot et des aventures loufoques sous le nom de Sjors alias Jojo.

Notons que Sjors a eu aussi le droit à des films, et pleins de choses. Le personnage est toujours vivant en 2010 (et a son site, ça vaut le coup !) Il a bien sûr connu multiples auteurs. (fouillez aussi ce site et regardez cette page !)

Enfin, on remarquera que le personnage de Perry était lui-même fortement inspiré du personnage de Buster Brown né en 1902…

Pour souvenir, Buster Brown Pour souvenir, Bibi Fricotin

NB : Ce petit texte est une exposition rapide, il n’a pas la prétention d’être rigoureux.

Pages : 1

retour forum

bordure
coin bordure coin