créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par docteur C


par doremi
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
Il est chez Jules -de -chez -Smith -en -face.
lanjingling
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Comment Betty vint au monde - L.L.de Mars

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5

lldm, 28.09.2017 à 14:56366596
Pre Carre :
Le PBE :
Bon sang mais c'est bien sûr. J'ai pourtant parcouru toute ma section lldm hier (travée n°460, 3e rangée, 6e colonne) mais sans soulever les jaquettes.


Je pensais qu'il n'existait une section lldm que dans la bibliothèque de ma maman. Je suis ému.


Oublié de me déconnecter du compte de Pré Carré, comme un cornichon. Désolé, les autres de l'équipe, cette déclaration ne concerne évidemment que moi.
Quel type brouillon je fais, c'est affligeant ...

Pre Carre, 28.09.2017 à 14:31366595
Le PBE :
Bon sang mais c'est bien sûr. J'ai pourtant parcouru toute ma section lldm hier (travée n°460, 3e rangée, 6e colonne) mais sans soulever les jaquettes.


Je pensais qu'il n'existait une section lldm que dans la bibliothèque de ma maman. Je suis ému.

Le PBE, 26.09.2017 à 21:18366586
lldm :
Le PBE :
Impression de déjà lu avec le récit de L.L. de Mars Chaque mort avale le monde (image répétée/altérée d'un écolier devant son pupitre). Le retrouve-t-on dans un autre bouquin ?


oui oui, c'est le récit que Claude (monsieur Tanibis) a décidé d'utiliser pour en faire une sorte de préface à « Sous les bombes sans la guerre », imprimée au revers de sa jaquette.

Bon sang mais c'est bien sûr. J'ai pourtant parcouru toute ma section lldm hier (travée n°460, 3e rangée, 6e colonne) mais sans soulever les jaquettes.

lldm, 26.09.2017 à 19:37366584
Le PBE :
Impression de déjà lu avec le récit de L.L. de Mars Chaque mort avale le monde (image répétée/altérée d'un écolier devant son pupitre). Le retrouve-t-on dans un autre bouquin ?


oui oui, c'est le récit que Claude (monsieur Tanibis) a décidé d'utiliser pour en faire une sorte de préface à « Sous les bombes sans la guerre », imprimée au revers de sa jaquette.

Le PBE, 26.09.2017 à 8:43366579
Impression de déjà lu avec le récit de L.L. de Mars Chaque mort avale le monde (image répétée/altérée d'un écolier devant son pupitre). Le retrouve-t-on dans un autre bouquin ?

lldm, 24.09.2017 à 1:04366556
Neuvième numéro de notre fanzine de vieux, « Amici », numéro Nerf. Avec C. de Trogoff, Loïc Largier, Jean-Pierre Marquet, Muzotroimil, Emmanuel LeGlatin et moi-même, il est décrit et rendu disponible à cette page.

NDZ, 16.09.2017 à 20:05366508
Merci Xavier, donc pas de pb a priori (j'avais rêvé d'un bull-outil de correspondance des VO/VF dans ces cas casses-têtes... mais donc, point besoin ici, parfait).

Xavier, 16.09.2017 à 17:57366507
NDZ :
Il me semble qu'il s'agit d'une sélection... sachant que Menu en // réunissait ce qui concernait la souris Quimby. Alors on est loin d'avoir une intégrale. En français, on a des miettes, dans le désordre. Je suis pour qui mettrait un peu de repères dans tout cela.

Chacun des livres traduits correspond à un recueil en vo. Pas de sélection effectuée de ce côté-ci de l'Atlantique, et sauf erreur, à l'exception des Date Books (carnets), tous les recueils existants ont été traduits.

NDZ, 16.09.2017 à 15:48366503
Il me semble qu'il s'agit d'une sélection... sachant que Menu en // réunissait ce qui concernait la souris Quimby. Alors on est loin d'avoir une intégrale. En français, on a des miettes, dans le désordre. Je suis pour qui mettrait un peu de repères dans tout cela.

lanjingling, 16.09.2017 à 15:12366501
Pierre :
l'acuité de son propos - produit par la savante interaction de son contenu "textuel" avec la forme même qu'il revêt - mérite vraiment qu'on y prête attention, en ce qu'il éclaire une voie alternative pour sortir de l’écueil que constitue la manière traditionnelle de faire de la bande dessinée.

Sa lecture m'a donné envie de revoir un Chris Ware; je cherche maintenant celui-ci dans la bullebase (il s'agit du Acme Novelty Library #16, je lis les Ware en V.O.), surprise, je ne l'y trouve pas
Malgré l'importance et la notoriété de l'auteur, ses ouvrage au moins les plus importants sont donc loin d'être tous traduits en français.
A moins que ceci soit une intégrale d'ACME ?

lldm, 10.09.2017 à 18:23366465
je disparais une semaine, loin de toute machine. Je répond à mon retour.

lanjingling, 10.09.2017 à 16:32366461
lldm :
lanjingling :
lldm :
mais oui, la bonne question que voilà : est-ce encore de la bande dessinée ? (Je me posais cette question en ouvrant récemment un album de Tintin : "est-ce ENCORE de la bande dessinée ?")

Il y aurait donc des bandes dessinées dont la substance changerait avec le temps, comme des restes animaux se minéralisent en fossiles, des fruits se fermentent en alcool et des végétaux deviennent pétrole ?


Ce qu'une draisienne est à une bicyclette, c'est à peu près l'effet que ça me fait.
En fait, tu voulais dire "est-ce DEJA de la bande dessinée ?" (Non, selon toi).

lldm :
(on pourrait discourir de la même façon du statut des imagines telles que les défendait Pline)
Il faudra, à ce propos, que je lise Pré Carré 6 pour connaitre la suite de ton article sur le dessin , interrompu au numéro 5 sur deux points; quel suspense de fin de page digne de Tillieux.(J'ai bien aimé ton retournement humoristique du paragone peinture-sculpture, qui fait de la sculpture le seul dessin qui soit )

lldm :
son cadre ergotopique
?

lldm, 10.09.2017 à 14:05366459
lanjingling :
lldm :
mais oui, la bonne question que voilà : est-ce encore de la bande dessinée ? (Je me posais cette question en ouvrant récemment un album de Tintin : "est-ce ENCORE de la bande dessinée ?")

Il y aurait donc des bandes dessinées dont la substance changerait avec le temps, comme des restes animaux se minéralisent en fossiles, des fruits se fermentent en alcool et des végétaux deviennent pétrole ?


Ce qu'un draisienne est à une bicyclette, c'est à peu près l'effet que ça me fait. Un prototype un peu merdique, puéril, désuet, mal foutu, qui n'avance pas, auquel il manque à peu près tout ce que promet l'invention d'un nouveau cadre. Sans doute attendrissant pour certains, lié historiquement à l'invention des bandes dessinées (elle en représente un moment de construction, une simple étape dans une discipline, partiellement approchée chez Hergé là où elle est déjà parachevée chez d'autres depuis longtemps, c'est-à dire à concevoir comme un archaïsme bien plus que comme une pièce d'archéologie), dont la lecture s'élève à peine au-dessus, en termes de complexité, d'invention, d'ouvertures des possiblités offertes par la bande dessinée, du feuilletage d'images d'épinal bavardes enquillées au chausse pied sur une page. Lire ça est une expérience sans grande concurrence déceptivement que je ne peux pas traverser comme lecture d'une bande dessinée. C'est une autre expérience, sans grand rapport avec la lecture d'une bande dessinée. J'aurai du mal à développer autant d'énergie pour défendre cette conception de Tintin que pour montrer de la bande dessinée là où personne n'en voit, comme je peux essayer de la faire dans Pré Carré, évidemment. Mais qu'au moins soit entendu comme possible, ici ou ailleurs, qu'il n'y a rien d'évident à ce qu'un objet (on pourrait discourir de la même façon du statut des imagines telles que les défendait Pline) se poursuive historiquement accompagné de tout son cadre ergotopique.

lanjingling, 08.09.2017 à 15:30366450
"Ceci n'est plus une fraise."

Thierry, 08.09.2017 à 15:10366449

lanjingling, 08.09.2017 à 14:51366448
lldm :
mais oui, la bonne question que voilà : est-ce encore de la bande dessinée ? (Je me posais cette question en ouvrant récemment un album de Tintin : "est-ce ENCORE de la bande dessinée ?")

Il y aurait donc des bandes dessinées dont la substance changerait avec le temps, comme des restes animaux se minéralisent en fossiles, des fruits se fermentent en alcool et des végétaux deviennent pétrole ?

beuzno, 07.09.2017 à 11:59366441
après les"bouffeurs de yaourts" les "buveurs d'huile d'olive"!! (cf yvan brun chez tanibis)

lldm, 06.09.2017 à 11:35366436
Docteur C :

Mais c'est Géant Vert de Parabellum / Les rats qui fait des chroniques pour DBD ? C'est énorme. Remarquez ça fait longtemps qu'il écrit pour la presse, moins surprenant le ton de ses chroniques à l'aune de son parcours.


Dingue.

Pierre, 05.09.2017 à 22:04366434
lldm :

mais oui, la bonne question que voilà : est-ce encore de la bande dessinée ? (Je me posais cette question en ouvrant récemment un album de Tintin : "est-ce ENCORE de la bande dessinée ?")


Tentative de définition. Qu'est-ce que c'est que la "bédé", exactement ? L'expression elle-même exige du locuteur une bonne dose d'ironie (bien que, pour ma part, je la préfère au vulgaire sobriquet marketing "roman graphique"). Les initiés se disputent sur la terminologie à employer depuis des années (j'ai ma propre nomenclature favorite), mais ne sont pas encore parvenus à un consensus (grâce aux efforts de quelques troglodytes abrutis). La "bédé" est-elle une forme d'expression valable ? J'ai bien peur que le jury n'ait pas encore rendu son verdict. D'aucuns considèrent la combinaison de deux formes pictographiques (à savoir les symboles dessinés et les caractères lettrés qui forment les mots) comme une impureté, alors que d'autres n'y voient pas d'inconvénient. Cet embarras présumé mis à part, c'est peut-être dans ce schisme que réside ce qui confère à la "bédé" sa longévité en tant que forme d'expression essentielle: alors que la prose tend vers "l’intériorité" pure, prenant vie dans l'esprit du lecteur, et que le cinéma gravite vers "l'extériorité" du spectacle expérientiel, la "bédé", de par son mariage de l'intériorité du mot écrit et du caractère physique de l'image, reflète peut-être la véritable nature de la conscience humaine et la lutte entre la définition du soi et la réalité "matérielle".

Glotz, 05.09.2017 à 11:48366433
Le yaourt doit symboliser la fadeur et la platitude, image commune chez ceux qui n'en font jamais.

Docteur C, 05.09.2017 à 9:27366431
Glotz :
Mael :
(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

Pas Betty, Tarzan, qui est donc « une putain de BD déconseillée aux bouffeurs de yaourt ».


Mais c'est Géant Vert de Parabellum / Les rats qui fait des chroniques pour DBD ? C'est énorme. Remarquez ça fait longtemps qu'il écrit pour la presse, moins surprenant le ton de ses chroniques à l'aune de son parcours.

lldm, 05.09.2017 à 2:08366429
Pierre :
Glotz :
Mael :
(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

Pas Betty, Tarzan, qui est donc « une putain de BD déconseillée aux bouffeurs de yaourt ».


Pas sûr que cette critique, témoignant pourtant d'une indéniable bonne volonté, serve la cause.


Ma seule cause, depuis que j'ai décidé de prendre au sérieux le travail dans cette discipline, est le malentendu. De ce point de vue au moins, on peut dire que cette critique sert la cause. Même si je ne comprend toujours pas le problème avec les yaourts. Je suis sûr que Jane faisait de délicieux yaourts à Tarzan. Moi-même, quand il n'y a plus de yaourts dans le frigo, je pleure. Alors vite, ma compagne fait des yaourts pour me consoler, et moi je lui dessine des tigres et des bêtes. N'en concluez pas immédiatement que ces dernières réflexions sont sexistes. Chez moi, je fais les compotes. Chacun son truc.

lldm, 05.09.2017 à 2:03366428
Glotz :
Mael :
(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

Pas Betty, Tarzan, qui est donc « une putain de BD déconseillée aux bouffeurs de yaourt ».



un membre de Hoochie Coochie dont les intentions à ce moment-là m'échappent encore aujourd'hui, m'a passé cette critique pendant le festival Hoochie Coochie Circus. On s'est penchés dessus à plusieurs, le papier a tourné, et personne ne voyait de quoi la critique parlait. Sincèrement. On essayait de traduire, de décortiquer. Plus on lisait, plus la perplexité gagnait du terrain. On a épluché chaque phrase, des bouts de mâchoire tombaient un peu partout au sol, personne ne pouvait éclairer le sens de cette très mystérieuse critique. Qu'incarnent les bouffeurs de yaourt ? Tarzan ? La nature ? Pourquoi les anarcho punks doivent-ils avoir les moyens ? Est-ce que ça veut dire que je suis viril ? Que j'aime les chiens ? Que je fais des taches rock ? Quel noeud assez difficile à saisir rapproche le code et le signe dans la phrase du texte qui parle de civilisation ? Quelle est cette certaine façon de représenter la nature que cette fresque viendrait saborder ? Etc, etc. Plein de questions, de plus en plus de questions, une par phrase, deux, quelle tourmente ! Et puis nous avons lu dans le même numéro la critique du dernier livre de Yannis Macchia ("des batisseurs", une petite merveille soit dit en passant). Que nous n'avons pas comprise non plus. Nous avons été rassurés. Tout était normal. Nous avons pu tranquillement retourner jouer à la marchande à nos stands en nous disant que ce magazine était tout simplement écrit dans une autre langue qu'aucun d'entre nous ne maitrisait.


lldm, 05.09.2017 à 1:48366427
Glotz :
Pierre :
Bon, pour être cohérent, il faudrait que je fasse moi-même un topo plus détaillé de cet ouvrage, mais je reconnais qu'il a quelque chose d'un peu intimidant qui en frêne a priori les velléités critiques.

Hêtre frêné par un tel bouleau, rien d'étonnant ! Plus sérieusement n'hésite pas à développer ton ressenti sur l'album si tu as le temps, c'est vrai que nous n'en avons pas encore parlé ici alors que nous sommes manifestement au moins quatre à l'avoir apprécié.


Honte au logis : l'hêtre est tombé dans l'étang.

Glotz :
Sinon cette critique des bombes est rigolote aussi, on sent le désemparement du chroniqueur, presque gêné d'avoir apprécié.


mais oui, la bonne question que voilà : est-ce encore de la bande dessinée ? (Je me posais cette question en ouvrant récemment un album de Tintin : "est-ce ENCORE de la bande dessinée ?")

Mael, 04.09.2017 à 18:29366425
Glotz :
Mael :
(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

Pas Betty, Tarzan, qui est donc « une putain de BD déconseillée aux bouffeurs de yaourt ».


Haaaa ok.

Fichtre, sacrée chronique en effet.

Mais ça a valu une autre encore plus drôle.

Idem j'ai réellement aimé ce Tarzan mais il me faudrait le relire, mais ça m'a fait ça avec à peu près tous les livres de Laurent (sauf les Pingouins mais c'est normal je crois).

Pierre, 04.09.2017 à 18:13366424
Glotz :
Mael :
(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

Pas Betty, Tarzan, qui est donc « une putain de BD déconseillée aux bouffeurs de yaourt ».


Pas sûr que cette critique, témoignant pourtant d'une indéniable bonne volonté, serve la cause.

Pierre, 04.09.2017 à 18:12366423
Glotz :
Pierre :
Bon, pour être cohérent, il faudrait que je fasse moi-même un topo plus détaillé de cet ouvrage, mais je reconnais qu'il a quelque chose d'un peu intimidant qui en frêne a priori les velléités critiques.

Hêtre frêné par un tel bouleau, rien d'étonnant !


L'être peut plier les râbles et ses chaînes, Cécile !
Et ces charmes communs, noyés que l'aube épine
Si près, tremblent de ce que le chat t'ait nié.

Glotz, 04.09.2017 à 16:41366422
Mael :
(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

Pas Betty, Tarzan, qui est donc « une putain de BD déconseillée aux bouffeurs de yaourt ».


Glotz, 04.09.2017 à 16:32366421
Pierre :
Bon, pour être cohérent, il faudrait que je fasse moi-même un topo plus détaillé de cet ouvrage, mais je reconnais qu'il a quelque chose d'un peu intimidant qui en frêne a priori les velléités critiques.

Hêtre frêné par un tel bouleau, rien d'étonnant ! Plus sérieusement n'hésite pas à développer ton ressenti sur l'album si tu as le temps, c'est vrai que nous n'en avons pas encore parlé ici alors que nous sommes manifestement au moins quatre à l'avoir apprécié.

Sinon cette critique des bombes est rigolote aussi, on sent le désemparement du chroniqueur, presque gêné d'avoir apprécié.

Pierre, 04.09.2017 à 15:35366420
Soit disant un must d'après les dires d'une certaine presse de bande dessinée (DBD pour ne pas les citer), ce livre est une arnaque sans nom. Des dessins, mais faut-il appeler cela des dessins, je dirais que ce sont des taches d'encres et de vulgaires traits de crayons avec des commentaires qui n'ont aucun sens.
Nommer cela une bande dessinée, c'est tromper le client. Avec en prime un prix très élevé pour un recueil bâclé et immonde à regarder et sans aucun sens.
A éviter à tout prix. Moi malheureusement je me suis fais avoir.


Cela va tout à fait dans le sens de ce que je déplorais il y a quelques jours, sur un autre sujet.

Mais c'est un avis au moins, alors que cet album n'a pas du tout été discuté ici je crois, ce que je trouve dommage parce que l'acuité de son propos - produit par la savante interaction de son contenu "textuel" avec la forme même qu'il revêt - mérite vraiment qu'on y prête attention, en ce qu'il éclaire une voie alternative pour sortir de l’écueil que constitue la manière traditionnelle de faire de la bande dessinée. Hm... Je ne sais pas si je suis très clair.

Bon, pour être cohérent, il faudrait que je fasse moi-même un topo plus détaillé de cet ouvrage, mais je reconnais qu'il a quelque chose d'un peu intimidant qui en frêne a priori les velléités critiques.

Claude, 04.09.2017 à 13:19366418
En plus il y a une faute d'orthographe dans le titre. Heureusement qu'amazon a corrigé.

Mael, 03.09.2017 à 21:14366411
Ce monsieur a tout de même tort sur un point au moins, avec le nombre de pages couleurs c'est un livre peu onéreux.

(fichtre DBD a chanté les louanges de Betty ?)

lldm, 03.09.2017 à 21:06366410
C'est si rare qu'une critique me réjouisse autant, je ne peux pas résister au plaisir de la relayer ici

lldm, 25.06.2017 à 18:45365948
Entretien avec Annabelle Dupret pour Fluxnews (Bruxelle), à propos de « Le secret ».

lldm, 24.06.2017 à 22:46365944

Tarzan - seigneur des signes from L.L. de Mars on Vimeo.

lldm, 20.06.2017 à 23:25365902
Un premier travail d'épistémologie de la critique (j'y reviendrai sans doute un de ces quatre) écrit pour les 20 ans de du9 est lisible ici

lldm, 19.05.2017 à 2:27365684




il ne devrait pas tarder à sortir de l'imprimerie
. Sortie prévue en juin.

lldm, 19.05.2017 à 0:14365683

il est sans doute dans quelques libraires depuis le début du mois.



Sinon, rien à voir, mais Adverse sort un bien joli Fanzine, "VS", à la fois chic et cheap. Très joli sommaire, je suis fier d'être si bien entouré : J. LeGlatin, Bertoyas, Docteur C. (trop rare), Chayrol, j'en oublie (j'ai pas le numéro sous le nez). Surveillez le sur les salons (tirage à 100 exemplaires, je ne sais pas encore s'il y aura de la vente par correspondance). Par exemple au troisième Hoochie Coochie Circus cet été, tiens !

lldm, 21.03.2017 à 2:04365286
Visiblement, il leur en reste quelques-uns

lldm, 05.03.2017 à 14:59365164
lanjingling :

Ce n'était pas vraiment une question, puisque ce qui me gène est la provenance de ce timbre, que je savais aléatoire.
Aléas finalement apréciables, qui ont fait apparaitre une superbe anacoluthe (j'en suis friand):
"Qui aurait pu t'en douter".

ah ! ah ! j'ai beau relire tout ce que j'ai écrit plusieurs fois, j'en laisse passer plein : depuis plus de 10 jours je dicte tout ce que j'écris à un logiciel de reconnaissance vocale, ma main droite étant inutilisable, et il a un goût étonnant pour les assonances bizarres et les accords foireux.

lanjingling, 05.03.2017 à 3:50365157
lldm :
lanjingling :
Très beau.
Aux confins de la B.D. et d'autres disciplines. Chronique à suivre.


pour répondre à ta perplexité devant le timbre allemand, sachent qu'ils ne le sont pas tous : ce qui a décidé du choix des timbres, parmi des milliers que j'ai accumulés pour faire des collages, qui aurait pu t'en douter, c'est leur couleur avant toute chose, dans l'infinie variété des bleus disponibles. ensuite, nous avons choisi ce qui nous semblaient graphiquement les plus intéressants dans les échos que nous y trouvions avec le reste du livre. ce fut plus un choix formel que thématique, mais certains des exemplaires sont tout de même frappés de motifs évoquant thématiquement certaines des pages.

Ce n'était pas vraiment une question, puisque ce qui me gène est la provenance de ce timbre, que je savais aléatoire.
Aléas finalement apréciables, qui ont fait apparaitre une superbe anacoluthe (j'en suis friand):
"Qui aurait pu t'en douter".

lldm, 03.03.2017 à 14:40365143
NDZ :
On peut donc lancer un sujet ici... avec les futurs retours des probables lecteurs de "Communes" d'ici...

Sinon, tu te demandais s'il fallait en faire un livre.



Oui. Et merci.


oui, je me suis assez longtemps posé la question. Je me demande souvent si le seul fait qu'une série de travaux se soit imposée à leur auteur, qu'il lui soit apparu absolument nécessaire de s'abandonner à eux, produit pour autant un espace de fécondité de l'autre côté du miroir ; est-ce parce que ce travail me sauve de l'ombre que par un étrange percolation il permettra également à d'autres que moi de s'arracher à leur propre ombre ? Ou, au contraire, ne risque-t-il pas de produire les simples conditions d'un bégaiement destructif de cette pénombre au lieu d'inviter à s'y arracher ?

NDZ, 03.03.2017 à 10:39365140
On peut donc lancer un sujet ici... avec les futurs retours des probables lecteurs de "Communes" d'ici...

Sinon, tu te demandais s'il fallait en faire un livre.



Oui. Et merci.

lldm, 02.03.2017 à 23:58365136
NDZ :
« Communes du livre », une rêverie qui ne demande qu'à se réaliser. Des failles mais de belles propositions... pour rendre enfin justice aux auteurs, à leur oeuvre. J'avoue que c'est le festival itinérant qui m'emballe le plus... la pérennité des Communes en elles-mêmes étant très fragile sur la papier (salaires des lecteurs, charges & locaux). Vraiment une réflexion de lldm à lire et à partager...


j'attends beaucoup de l'imagination des lecteurs de ce livre pour compléter, amender, amplifier, corriger, outrepasser ce que je voudrais être une possible machine efficace à opposer à la machine de mort actuelle de distribution de livres, et la suite logique de ce travail éditorial sera le collationnement des propositions de chacun pour constituer à « communes du livre » un gros appendice en ligne.

NDZ, 02.03.2017 à 21:45365134
« Communes du livre », une rêverie qui ne demande qu'à se réaliser. Des failles mais de belles propositions... pour rendre enfin justice aux auteurs, à leur oeuvre. J'avoue que c'est le festival itinérant qui m'emballe le plus... la pérennité des Communes en elles-mêmes étant très fragile sur la papier (salaires des lecteurs, charges & locaux). Vraiment une réflexion de lldm à lire et à partager...

lldm, 02.03.2017 à 18:54365131

sous les bombes sans la guerre from L.L. de Mars on Vimeo.



le film ci-dessus est une petite vidéo de présentation d'un livre dont je me suis demandé très longtemps s'il devait devenir un livre. Voilà qui est fait. Il doit beaucoup à l'éditeur qui a fait à ma place des choix de composition et d'organisation que la nature de ces dessins et de ces planches me rendait incapable de faire moi-même. De même, pour la présentation du livre, dont je me sens incapable de dire deux mots, pour la première fois je préfère laisser l'éditeur en parler. C'est donc son texte qui figure sous la vidéo. On peut également le retrouver sur la page consacrée au livre :

http://www.tanibis.net/livres/sous-les-bombes-sans-la-guerre#presentation

vous n'avez pratiquement aucune chance de rencontrer ce livre dans une librairie; en effet, il est proposé aux libraires en vente ferme. Autant dire que sa singularité, qui aurait déjà ét handicapante dans un système de diffusion normale, va lourdement gréver sa visibilité.
En revanche, s'il vous intéresse, vous pouvez le commander à votre libraire, pas seulement pour vous épargner une commande en ligne, mais peut-être pour produire, là où on l'attend la moins, de la
désirabilité, allez savoir...

lldm, 28.02.2017 à 21:17365125
lanjingling :
Très beau.
Aux confins de la B.D. et d'autres disciplines. Chronique à suivre.


pour répondre à ta perplexité devant le timbre allemand, sachent qu'ils ne le sont pas tous : ce qui a décidé du choix des timbres, parmi des milliers que j'ai accumulés pour faire des collages, qui aurait pu t'en douter, c'est leur couleur avant toute chose, dans l'infinie variété des bleus disponibles. ensuite, nous avons choisi ce qui nous semblaient graphiquement les plus intéressants dans les échos que nous y trouvions avec le reste du livre. ce fut plus un choix formel que thématique, mais certains des exemplaires sont tout de même frappés de motifs évoquant thématiquement certaines des pages.

lldm, 23.02.2017 à 20:44365084
je vous en avais parlé avant sa présentation à Angoulême, mais il est désormais disponible en librairie et par commande chez l'éditeur ; ce sont les éditions « ion » qui viennent de sortir un petit livre de dessins nés de
mes différentes traversées d'oeuvres italiennes, flamandes, allemandes et françaises dans les musées italiens ; ce sont de courtes digressions qui, d'une certaine manière, viennent éclairer tout ce que je peux bien écrire dans "pré carré" à propos du dessin comme mode de spéculation et comme forme intensive de la vie elle-même. C'est un
livre modeste pour des dessins modestes, qui vise avec des moyens très simples à rendre sensible la grande vitalité spéculative que les oeuvres du passé offrent à une pratique contemporaine du dessin.

http://ionedition.net/livres/museo-infinito/

lldm, 20.02.2017 à 18:51365059
lanjingling :
Très beau.
Aux confins de la B.D. et d'autres disciplines. Chronique à suivre.


Content que ça t'ait plu. C'est un livre bizarroîde, dans lequel nous avons tant investi de temps, de maniaqueries techniques, de processus hasardeux nous ayant conduit assez systématiquement loin de ce que nous avions prévus au départ, que je ne sais plus comment le regarder en tant que livre, espace à traverser ; d'une certaine manière, la réalisation l'a emporté dans ma perception de l'objet sur la vision qui y avait conduit (dans la logique du travail en cours sur dessin et couleur qui se poursuit dans les différents numéros de « pré carré », composer une forme récitante dont la couleur bleue conduise toute la structure et le déroulement).
Seuls les regards extérieurs peuvent aujourd'hui m'éclairer sur le fait qu'il y a bien là autre chose qu'une folie et artisanale, qu'il y a bien toujours sous les embarrassantes couches techniques, une vision.

lanjingling, 19.02.2017 à 17:41365046
Très beau.
Aux confins de la B.D. et d'autres disciplines. Chronique à suivre.

lldm, 13.01.2017 à 0:28364330
je vous annonce la sortie du numéro 6 de Ink Brick, magazine américain de bandes dessinées dit de « Comics poetry », où vous pourrez retrouver plusieurs habitués de PCCBA et de Factotum : Aurélien Leif, C. de Trogoff et
moi-même, qui y publions des trucs muets ou en angliche.

C'est là :

http://inkbrick.storenvy.com/products/18839044-ink-brick-no-6

Accessoirement, je publie aussi dans le dernier Stripburger, un excellent numéro de cet incontournable fanzine de l'underground de l'est :

http://www.stripburger.org/language/en/stripburger-68-2/

(j'en aurai quelques exemplaires à Angoulême, de celui-là)


Sinon, il est plus que probable que le retirage de « Docilités » chez la Cinquième Couche, épuisé depuis un moment dans l'édition Bicéphale, soit présent à Angoulême sous sa nouvelle couverture cartonnée.



J'ai toujours été très heureux d'avoir conçu ce livre POUR Bicéphale, j'espère que sa seconde vie à la Cinquième Couche connaîtra une destinée aussi radieuse.

lldm, 11.01.2017 à 19:18364293
Rendez vous à Angoulême

Au stant Tanibis avec « sous les bombes sans la guerre »
, livre difficile à décrire pour moi,
mais bon, en gros consacré à la filiation et la mort,
la généalogie et le deuil,
au communisme et au mysticisme,
à Top et à Pif.



























Au stand Adverse
avec « Commune du livre »,
un essai pour tenter d'imaginer
une sortie à la machine desctructive
du mode actuel de circulation
et de distribution des livres.



























Au stand Ion
avec « Museo Infinito »,
traversée de quelques tableaux
vus et dessinés à Ferrare,
Florence, Venise, Rome, Perouse,
Bologne, Milan, Turin.



























Au stand Hoochie Coochie
avec le dernier Turkey Comix
pour lequel j'ai gravé
une sainte Veronique
frappant la couverture.



























Enfin et surtout,
au stand PCCBA
ou vous pourrez découvrir
le dernier Amici,
mais aussi BLU et CYAN
(j'en ai mis quelques uns de côté pour cette occasion), Pré Carré
et plein d'autres choses de cet acabit.

lldm, 08.01.2017 à 4:36364259
Ah, et tant que j'y suis, je vous annonce la sortie du huitième numéro de Amici, le numéro Ouïe, avec un inédit de Michel Vachey, Loïc Largier, Matti Hagelberg, Antoine Ronco, C. de Trogoff et moi-même, pour 40 pages de bandes expérimentales et pas. C'est là, et c'est toujours le fanzine à la fois le plus rudimentaire et le plus raffiné du monde.

lldm, 08.01.2017 à 2:20364257
Faudrait quand même que je me décide à créer un fil spécial PCCBA, un de ces quatre...
Bon, en attendant, voilà notre dernière production, un petit livret en cyanotype de Joachim Clémence. C'est un peu hors piste de la bande dessinée, même si c'est toujours un travail récitatif en image, que le graphisme y prend une place importante et que ces catégories sont infiniment remodelables. Voilà. C'est là

Glotz, 22.11.2016 à 12:42363617
J'avais acheté à Angoulême dernier six des sept Accordéons de Kundig publiés en 2012 par Bicéphale. Comme Maël trois ans plus tôt, j'ai trouvé que De la couture et Piège à sucre sortaient du lot, car la contrainte y était exploitée de manière plus fructueuse que dans les autres, rendus un peu moins intéressants par des redondances une impression diffuse de délayage.

Ceux-ci sont cependant également à lire, ne serait-ce que pour l'humour diffus qui imprègne l'ensemble de la série, ou pour les correspondances qui surviennent au fil des réutilisations des mêmes cases, enrichissant continuellement les lectures.

lldm, 15.10.2016 à 16:11363341


Vous pourrez découvrir « BLU » au festival Quai des Bulles, à St Malo, au stand Adverse ; il y aura trois ou quatre exemplaires (selon ce qu'il restera), que nous montrerons à ceux qui en ferons la demande (nous évitons de le laisser sur les stands à portée de manipulation, c'est un truc un peu délicat)
Je serai au stand Adverse/Hoochie Coochie ou bien au stand Tanibis.

crepp, 04.10.2016 à 11:10363276
lldm :
crepp :
Le lien ne fonctionne pas de mon coté.


ah
pourtant, je clique, je clique, et ça amrche bien
le lien en clair, c'est ça :

http://www.le-terrier.net/pccba/blu/index.htm


Bon hier soir il ne fonctionnait pas, et ce matin pas de soucis.
Merci quand même :o))

lldm, 04.10.2016 à 0:47363274
crepp :
Le lien ne fonctionne pas de mon coté.


ah
pourtant, je clique, je clique, et ça amrche bien
le lien en clair, c'est ça :

http://www.le-terrier.net/pccba/blu/index.htm

crepp, 03.10.2016 à 21:58363272
Le lien ne fonctionne pas de mon coté.

lldm, 03.10.2016 à 21:43363271
C. de Trogoff et moi sommes très fiers de vous présenter le
truc sur lequel nous nous escrimions depuis des mois, BLU, une espèce de monstre éditorial expérimental présenté
ICI.





On souhaite que ça vous donne à tous une furieuse envie de découper, tailler, plier, patamodler, gratter, pochoirder, couturer, dessiner et inventer en famille

lldm, 30.09.2016 à 18:07363241
« On s'y retrouve tous »
est un livre souple et beau
de Lucas Taïeb,
sorti chez PCCBA,
cousu à la main avec un beau fil
vert pelouse coupée hier,
dans un joli étirement vertical
de 15 sur 28 centimètres
avec deux rabats.


Découvrez-le ici

lldm, 26.09.2016 à 23:41363203
ça fait un moment que je ne vous ai pas informés des micro-publications maison, voici quelques-unes des dernières :

notre septième numéro, déjà, de Amici, est disponible en ligne et sur les salons. C'est le numéro Tête, avec Matti Hagelberg, Muzotroimil, Karine Bottega, Robert Varlez ; je suis ravi de célébrer mes retrouvailles avec un vieil ami perdu de vue, Jean-Pierre Marquet, qui nous montrait au tout début des année 90 ses premières autofictions, dans des expositions ou des autoprods copieuses, en publiant une dizaine de ses pages (il y en aura d'autres).
Un joli numéro.












Temple et jardin est une des dernières réalisations communes avec C. de Trogoff et présente deux série d'annonciations dans un petit livret cousu en couleurs, avec une jaquette gaufrée sur une couverture noir au toucher "peau de pêche". Une microproduction PCCBA

Je vous parle bientôt du deuxième livre que nous publions de Luca Taïeb et de notre monstre expérimental, « BLU ».

lldm, 08.09.2016 à 14:35363092

la fraternelle, LL de Mars - A nos amis par dimanchedumonde

Quentin vient de finir discrètement le petit coquin le montage de son documentaire sur la réalisation de « RA - À nos amis », à la Fraternelle, l'année dernière, à la même période. Une belle science du montage, sonore et visuel.

lldm, 19.08.2016 à 17:23362978
Et comme le fanzine Scalp est assez rapidement épuisé (tiré à une trentaine d'exemplaires, ça n'a rien de très étonnant), j'ai décidé de mettre en ligne les épisodes dans leur version couleur à mesure qu'on ne pourra plus trouver le magazine :


C'est ici

lldm, 15.08.2016 à 1:30362959
Comme Thierry B. est beaucoup plus doué pour faire des revues


(l'incroyable Prurit, par exemple )



que pour en causer à leurs éventuels lecteurs, hé bien il faut que je fasse le boulot à la place de ce cornichon.
Depuis quelques mois, il a lancé « Scalp »





dont la formule est assez curieuse :
chaque série (A, B, C etc) est destinée à accueillir quatre auteurs qui vont y feuilletonner des récits expérimentaux pendant 8 numéros.
Pour l'instant, sont sortis les numéros A1 at A2, et les B1 et A3 sortiront le mois prochain. Cette première série a ceci de particulier qu'elle réunit deux couples dans la vie, Noémie Lothe et Aurélien Leif, et C. de TRogoff et moi-même.
J'y développe un des récits vectoriels qui me tiennent à la planche depuis quelques années (pour l'instant tous inédits), dont voici une des planches en cours :



Évidemment, s'en procurer nécessite de trainer sur les salons, puisqu'il n'en tire qu'une quarantaine et ne les distribue pas.
Bon courage.

lldm, 20.07.2016 à 15:29362797
Prolongation de l'État l'Affolement.

lldm, 31.05.2016 à 2:22362367
Les pages du Terrier accueillent
un récit en 25 planches,
en couleur cette fois-ci,
de C. de Trogoff,
« La brèche ».
Consultation en ligne et pdf à imprimer ICI.

lldm, 26.05.2016 à 22:54362349
La réalisation de « Socles » a un peu retardé la sortie de notre fanzine trimestriel, qui annonce déjà son sixième numéro, le numéro Coccyx.



Toujours de 40 pages, toujours pour 5 euros, cette fois-ci Amici reçoit Robert Varlez, Matti Hagelberg, Michel Vachey, Tim Danko, C. de Trogoff & moi-même, sous une couverture estampée en bichro pourpre et sang. On peut en voir des tas de photos et évidemment le commander ici.

lldm, 17.05.2016 à 1:47362274


Pas tant que ça de rapport avec mon travail, mais je ne sais pas vraiment où mettre ces trucs-là.
Bref, du Lucas Taïeb sur du papier chez nous :
la PCCBA (la Principauté du Commandant Charcot à Bruc sur Aff) est fière de vous présenter sa dernière publication, sans aucun doute la plus incongrue de son catalogue. Elle peut se décrire ainsi :
« Socles » est le produit aberrant d’une invitation faite par moi à Blexbolex, Loïc Largier et Muzotroimil de me rejoindre pour rendre encore plus confuse la publication d’un merveilleux récit d’aventure de Lucas Taïeb consacré à des machins qui bougent pas des masses, avec son total consentement.
Les détails sur le processus choisi pour rendre tout ça encore plus je-ne-sais-quoi-de-débile sont ici, avec des photos, ainsi que les moyens de se le procurer :

http://www.le-terrier.net/pccba/socles/index.htm

lldm, 19.03.2016 à 1:46361841


Complètement dévoré par la mise en place de l'expo de Bazouges, j'en oublie complètement de parler de la sortie du dernier Amici ...
Après le numéro Rate, voici le numéro Lymphe, cinquième opus avec :
BlexBolex,
Loïc Largier,
E.LeGlatin,
L.L. de Mars,
Muzotroimil,
C. de Trogoff

Toujours 40 pages maquettées avec amour pour 5 euros,
Tous les renseignements ici

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5

retour forum

bordure
coin bordure coin