créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Mael
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
J'ai feuilleté le dernier Petit Vampire ; ça m'a limite donné envie de pleurer de voir ce que Sfar est devenu (j'exagère pas, c'était une sensation corporelle , une espèce de soubresaut , de frisson, un truc comme ça).
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

L'Egouttoir, micro-édition ambitieuse et passionnée

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3

Anoeta, 21.01.2018 à 16:21368085
Ah zut, je vais devoir l'acheter du coup !

Glotz, 21.01.2018 à 13:22368076
Pour te motiver à relire : il y a 2 contraintes phonétiques et une contrainte graphique cachées à trouver, en plus du coupable ;)

Anoeta, 21.01.2018 à 12:56368075
J'ai eu la chance de lire en avant première le dit objet. Référence à Pantaléon et les visiteuses ? Le bordel n'étant pas en pleine forêt vierge, je dirais que non, mais ce fut ma première réflexion. (Génial livre de Vargas Llosa)

C'est un peu court, donc je ne déflorerai pas l'histoire mais c'est très sympa à lire. Pas de cases, les compositions sont anarchiques et permettent aux auteurs de laisser libre court à leur imagination. Je n'ai malheureusement ni la souplesse ni le nombre d'amis suffisant pour me laisser aller à de telles prouesses ! On pense à Willem et à ses poignées d'amour. L'enquête policière est à mon avis plus anecdotique mais les auteurs ont l'intelligence de ne pas donner le coupable. Au lecteur, à relire s'il le souhaite le livre à la manière d'"une enquête de Mickey".
Bref quand Walt Disney rencontre Willem pour 3 euros, ce serait dommage de s'en passer !
4 trous

Mr_Switch, 20.01.2018 à 21:31368066
Mael :
Projet lancé par Glotz lors du festival Fumetti où une expo Pantaléon avait lieu. Pantaléon, ce détective fat qui se retrouve dans un bien étrange bouge.

Tsss, voilà que Maël contamine Glotz qui se met lui aussi à lancer de curieux projets de cochoncetés. Attention cet hobby très douteux peut laisser des séquelles !

Mael, 18.01.2018 à 17:47367918
Comme souvent à Angoulême, des nouveautés, mais cette fois pfiou, c'est la surproduction. On retrouvera ces trois publications sur le stand F10 de l'espace BD Alternative, entre la revue Planches et Radio as paper.

Forcément il y a le Gorgonzola nouveau, Glotz fera un commentaire publicitaire plus détallé, le sommaire est là. 160 pages, toujours que des récits complets, une équipe qui augmente, se complète, revient... C'est l'argentin Pedro Mancini qui signe la couv, le dossier est consacré à Vaughn Bodé avec plusieurs articles, des BDs traduites... Pas évident mais réjouissant à explorer. Pour l'anecdote ce doit être le numéro avec le plus de nationalités d'auteurs différentes, je ne sais plus combien exactement mais je n'aurai pas parié vu qu'aucune des autrices colombiennes qui devait participer à Gorgonzola ne seront de ce numéro (ce sera pour le 24, histoire de faire fructifier le travail mené dans le collectif). Comme toujours aussi il y a des habitués mais aussi des auteurs présents pour la première fois, c'est toujours très agréable à réaliser. Et toujours 8€ bien sûr.


Bed & Breakfast de Florian Huet a déjà été publié il y a déjà trois ans, et épuisé. Nous le rééditons dans une forme nouvelle (nouvelle couv, nouveau papier, épilogues, de l'inédit de ci de là). Une réédition en coédition avec La Poinçonneuse, un vrai plaisir de continuer à travailler avec cet auteur si pertinent, qui exploite ici un lieu de création et rend hommage avec une force plastique qui nous fascine toujours.


Projet lancé par Glotz lors du festival Fumetti où une expo Pantaléon avait lieu. Pantaléon, ce détective fat qui se retrouve dans un bien étrange bouge. Heureusement, son excursion dans les bas-fonds n'a été connue de personne et aucune trace n'en restera. D'ailleurs ce document non-officiel est publié sous le manteau et signé par deux auteurs aux pseudonymes mystérieux : Duck et Houille. Cette réjouissante aventure d'une vingtaine de page sur fond de partouze, épisode annexe de la série Pantaléon dont des épisodes sont déjà parus chez The Hoochie Coochie, Polystyrène, en jeu vidéo, etc. sera lancé sur notre stand pour la modique somme de 3€. Vite, avant que Pantaléon le magnifique s'en rende compte et retrouve la trace de chaque volume pour les détruire.

Mael, 26.11.2017 à 19:13367114
Dans la base, avec couv, extrait et sommaire détaillé !

Mael, 09.11.2017 à 13:00366965
lanjingling :
Mael :
Viñetas désigne la case, "Historietta", terme consacré, est trop identifié ici à la BD Argentine

C'est tout simplement le mot pour tous les pays hispanophones, non ?
Viñetas est un joli titre.


En Espagne c'est plutôt Tebeos (qui vient de la première grande revue de BD espagnole, TBO, ou avait travaillé Arnal avant la guerre civile). Dans certains pays latino on dit aussi comicas.

lanjingling, 09.11.2017 à 2:48366963
Mael :
Je ne dirais pas qu'il n'y a aucune influence du comics sur certains (de super-héros peut-être), ce n'est pas un choix éditorial mais reflète ce qu'on a reçu.

C'est comme pour les Oscars, alors, il y a préselection dans le pays d'origine, puis seconde sélection à l'arrivée. (Attention de ne pas devenir le Harvey Weinstein de la B.D. :)

Mael :
Viñetas désigne la case, "Historietta", terme consacré, est trop identifié ici à la BD Argentine

C'est tout simplement le mot pour tous les pays hispanophones, non ?
Viñetas est un joli titre.

Mael, 08.11.2017 à 7:19366936
Je ne dirais pas qu'il n'y a aucune influence du comics sur certains (de super-héros peut-être), ce n'est pas un choix éditorial mais reflète ce qu'on a reçu.

Viñetas désigne la case, "Historietta", terme consacré, est trop identifié ici à la BD Argentine, nous avons donc cherché un titre évoquant la bande dessinée et l'espagnol. Le plus grand festival de Colombie s'appelant Entreviñetas (son organisateur a activement participé au collectif) on s'est arrêté là dessus après plusieurs discussions.

lanjingling, 08.11.2017 à 4:57366935
Mael :
Ñ comme viñetas, anthologie de la BD colombienne contemporaine
C'est comme cela qu'on dit B.D. en hispano-colombien ?
Mael :
une génération de jeunes auteurs et autrices aux influences multiples.
Dans les extraits montrés, je ne vois aucune influence graphique du manga mainstream, ni des comics de super-héros (un peu chez les luchadores, éventuellement)
Cela reflete la B.D. locale, ou c'est un choix éditorial ?

Mael, 01.11.2017 à 13:00366875
Ñ comme viñetas, anthologie de la BD colombienne contemporaine est disponible sur notre site (frais de port offert pour toutes commande le comprenant) et bientôt en librairie ! Il coûte 12€ pour 108 pages de bandes dessinées très différentes, mais toutes de haut niveau, accompagné d'une préface très instructive sur la bande dessinée dans ce pays.

Peu connue, la bande dessinée sud-américaine est souvent réduite aux historietas argentines. Depuis une décennie, la Colombie s’affirme pourtant comme un deuxième pôle de création majeur sur le continent. Des fanzines et des festivals se créent, des albums sont publiés... Le dynamisme du territoire porte une génération de jeunes auteurs et autrices aux influences multiples.

À l’occasion de l’année France-Colombie, nous vous proposons de découvrir 13 d’entre eux, pour la plupart encore jamais traduits : Camilo Aguirre, Henry Díaz, Luis Echavarría, Sindy Elefante, Juan & Diego, La Watson, Luto, Juan Pablo Marín (El señor), m. a. noregna, Jim Pluk, Powerpaola, Camilo Vieco et Inu Waters. Préface-entretien avec Daniel Jiménez Quiroz, traduit par Roberto Salazar Morales.


Mael, 19.02.2017 à 14:57365043
Bien vu mais en fait il n'y a pas d'erreur sur le site sur les paginations, j'avais vu que les infos techniques n'étaient pas juste et les avaient corrigé.... Sans voir qu'en fait j'avais copié tout le bloc du 18 -_- (qui fait bien 176 pages).

lanjingling, 19.02.2017 à 10:37365040
Et bien tant mieux, que Bourguignon soit encore là.
Je n'avais pas fait attention à la virgule au milieu de la phrase.

Mr_Switch, 19.02.2017 à 10:24365038
C'est un hommage de Jean Bourguignon à feu Phil, lanjingling.

lanjingling, 19.02.2017 à 10:21365037
Oui, en plus, il y avait à reprendre:
Mael :
se trouvent en effet 176 pages de bandes dessinées, illustrations et textes théoriques[...]
Infos techniques : 138 pages

Et puis " Muzotroimil semble inventer la bande dessinée industrielle"; semble, en effet, puisque dans Lapin #2 on trouvait "L'usine de bande dessinée", par Lewis Trondheim et Stanislas.
"Colville Petitpont parodie Joann Sfar", qui se parodie (involontairement ?)souvent lui-même, c'est donc une parodie au carré.
"deux dessins de Jean Bourguignon rendant hommage à ce grand auteur humoristique décédé en avril 2012."
J'imagine que, venant de toi, l'info est vraie, puisque vous avez fait un album ensemble. Mais son décès n'est pas indiqué sur bulledair, et l'abum date de 2016, il a mis 4 ans à sortir ?

Mael, 19.02.2017 à 10:00365036
Décidément je posterai tjs deux fois chaque post à cause d'erreurs. Ceci était la présentation du n°18 (erreur de lien sur notre site, j'ai copié collé sans faire attention... UNE FONCTION ÉDITER SUR BUBULLE VITE !).

(je sais, on peut aussi attendre que je sois vigilant mais bon)

Et le voici commandable ici (ou sur Rennes voire Paris en mains propres mais pas encore).


Après Viper (n°18) et les fanzineux disparus (n°20), Gorgonzola poursuit son exploration du patrimoine contemporain avec un dossier consacré à Artefact, maison d'édition pionnière issue du fanzine Falatoff qui fit notamment connaître aux lecteurs français les undergrounds espagnols (El Víbora) et néerlandais (Tante Leny presenteert!) ainsi que les Fabuleux Freak Brothers, que Jean Bourguignon évoque en couverture, entre autres.

Outre une longue interview de cinq acteurs d'Artefact (Jean-Pierre Mercier, Sylvain Insergueix, Volny, Jean-Luc Renaud et Liz Saum, avec des illustrations de Gotlib, Ever Geradts, Imagex et Placid), le dossier comprend des témoignages illustrés de Yann Fastier, Bernard Joubert et Jean Bourguignon, ainsi qu'un article de Benoît Crucifix sur les traductions des bandes dessinées hollandaises.

Les auteurs des dossiers précédents ne sont pas oubliés : Jeneverito, Ernan Cirianni et Pedro Mancini continuent de nous faire découvrir la création contemporaine argentine, Comérode (Gerbaud) et El Chico Solo d'explorer leurs nouvelles veines humoristique pour le premier et autobiographique pour le second tandis que nous avons le plaisir de pouvoir rééditer « Sanguignola, le saigneur de la lande », seule bande dessinée de Jean-Claude Poirier non réalisée pour la presse enfantine. Imagex (avec une histoire inédite de 1986), Placid, qu'on ne présente plus, et Jean Bourguignon sont également présent hors du dossier tandis que nous accueillons pour la preimère fois Kevin Lucbert, dit Klub.

De nombreux auteurs habituels sont évidemment présents : Emmanuel Reuzé qui adapte un passage du roman Monsieur le curé de Jean-Luc Coudray, Simon Hureau qui parle de dinosaures, Olivier Texier à l'humour absurde toujours aussi original, les compères de Polystyrène Alex Chauvel & Rémi Farnos qui poursuivent leurs réflexions sur l'espace, Stanislas Gros, Vincent Lefèbvre, Aleksandar Zograf qui réfléchit sur l'exil, L.L. de Mars sur le Golem, les frères LeGlatin sans Caporal ni Commandant (apparemment), ainsi que notre caution franco-belge hollandaise [sic], Erwin Suvaal.

En hommage à cette diversité, Samplerman, pseudonyme d'un de nos auteurs les plus réguliers dont le blog fascinant connaît ces derniers mois un succès international, a remixé nos numéros précédents en un mashup référentiel des plus réjouissants.

Infos techniques : 138 pages imprimées A5 noir et blanc, janvier 2017, 8 €.

Mael, 19.02.2017 à 9:26365035
Et le voici commandable ici (ou sur Rennes voire Paris en mains propres mais pas encore).

Après plus d'un an d'attente, voici le nouveau numéro de Gorgonzola, plus gros que jamais. Derrière une couverture de Tony, compagnon de la premier heure de l'Égouttoir devenu aujourd'hui un théoricien écouté et praticien chevronné de la bande dessinée numérique, se trouvent en effet 176 pages de bandes dessinées, illustrations et textes théoriques.

Dans la lignée du numéro 16 et son dossier sur la bande dessinée argentine, ce numéro propose un dossier sur la revue underground du début des années 1980 Viper. L'article historique de Maël Rannou permet de remettre en contexte et de montrer l'évolution de la revue, tout comme l'interview du rédacteur en chef Gérard Santi. Ces textes sont complétés par des illustrations de Benito, Jocelin et Philippe Lagautrière, des témoignages en bande dessinée d'Emmanuel Moynot et de Pierre Ouin, ainsi qu'un bande dessinée à quatre mains réalisées en 1984 mais restée inédite de Philippe Gerbaud et Emmanuel Moynot. Un autre pilier de Viper, déjà présent dans le précédent numéro, Imagex, livre une sinistre variation sur le thème bien connu de l'apocalypse nucléaire.

Tifenn Charles-Blin illustre les deuxième et troisième de couverture, les frères Leglatin le sommaire. Les Argentins Jeneverito, Dario Fantacci et Pedro Mancini continuent à livrer leurs histoires désabusées. Olivier Texier livre une inquiétante variation sur La Métamorphose, tandis que Pascal Tessier adapte avec brio un célèbre et inquiétant passage des Pensées de Blaise Pascal, que Colville Petitpont parodie Joann Sfar, qu'Alex Chauvel, auteur vu auparavant dans le fanzine Polystyrène, téléscope sur six pages les époques à la manière du Here de Richard McGuire et que Thomas Gosselin paie son tribut à Étienne Lécroart dans une bande dessinée itérative des plus réussies. Muzotroimil semble inventer la bande dessinée industrielle, l'Américain Peter S. Conrad parle de son étrange dentiste, François Henninger évoque avec maestria et musicalité le spleen contemporain et l'Autrichien Nicolas Mahler montre une nouvelle fois qu'il est l'un des auteurs actuels à l'humour le plus subtil et efficace.

Des auteurs réguliers sont présents : Jzef s'intéresse aux goûts des crocodiles en matière de pizza, aux gâteaux pour vélociraptors et à la vulcanologie gastronomique, Rémy Cattelain aux mœurs des chasseurs, Vincent Lefèbvre comme Yvang à l'étrangeté du bonheur, Maël Rannou et Joanna Hellgren à Alice hors du miroir (cinquième épisode), le Finlandais Marko Turunen aux soucis dentaires des super-héros. Petit hommage à Phil également, à travers une dizaines de planches retraçant vingt ans de sa carrière et deux dessins de Jean Bourguignon rendant hommage à ce grand auteur humoristique décédé en avril 2012.

On lira également Docteur C sous le nom d'Électro vigueur présente, des illustrations de Guy Boutin, une nouvelle de Benoît Préteseille, une longue histoire du Québecois Richard Suicide, des bande dessinée de Léo-Louis Honoré ou Nicolas Pinet, une collaboration entre Vincent Giard et Alexandre Fontaine-Rousseau. En quatrième de couverture, Léo Quiévreux clôt les intrigantes aventures de l'Agent Schumacher, et montre son talent pour la colorisation.

Infos techniques : 138 pages imprimées A5 noir et blanc, janvier 2017, 8 €.

Mael, 10.02.2017 à 13:44364931
Mael :
Sur Du9, entre autres notules, L.L. de Mars signe celle-ci, et j'en suis fort aise :

Gorgonzola n°22, par les éditions de l’Égouttoir. Un numéro plein de bonnes choses (le merveilleux travail des frères Le Glatin sur Polyphème qui approche de sa fin, un beau récit intemporel de Coudray et Reuzé, des pages sobres de Pedro Mancini) et de trucs plus ou moins drôles (nettement dans les plus pour les dernières planches de Texier qui construit patiemment un monde et ses règles affolantes), plus ou moins passionnant (dans les plus pour un dossier émouvant et assez riche sur les gars d’Artefact à qui je dois tant de lectures), dont le voisinage donne une idée du bordel régnant dans la tête de Maël Rannou en matière de goût et de jugement. C’est sans doute très bien ainsi et c’est ce qui doit faire tout le sel de ce fanzine tenace sur lequel je n’aurais pas parié autrefois un kopeck. Je laisse de côté les quelques pages foireuses pour me concentrer sur cet appel : Maël Rannou, si tu m’entends, prends des cours de PAO ! Numéro 22 et toujours pas foutu de pondre un sommaire qui tienne debout, nom de Dieu !


***

(je lui dirai plus tard que j'ai fait un BTS comprenant des heures et des heures de PAO)

(mais j'étais très mauvais et j'adorerai trouver un maquettiste bénévole et compétent, mais du coup je le fais)

(mais merci tout de même et, surtout, le seul sommaire magnifique et valable c'est celui de la bullefiche)

Mael, 16.01.2017 à 14:47364430
Oui merci à Anoeta !

Et le 22 est bien là, enfin j'ai reçu le bon à tirer et on les aura juste avant le festival !

Couv et sommaire ici, avec les participations de Jean Bourguignon, Kevin Lucbert, Samplerman, Simon Hureau, Olivier Texier, Jeneverito, Vincent Lefèbvre, Rémi Farnos & Alex Chauvel, Stanislas Gros, Pedro Mancini, Aleksandar Zograf, Imagex, Yann Fastier, Perdo Mancini, Marcel Gotlib, Pilif André, une grosse interview Artefact par mezigue (avec Jean-Pierre Mercier, Sylvain Insergueix, Liz Saum, Volny et Jean-Luc Renaud), Evert Geradts, Placid, Bernard Joubert, Éditions Bicéphale, Jérôme LeGlatin, Benoît Crucifix, L.L. de Mars, Comérode, Emmanuel Reuzé & Jean-Luc Coudray, El Chico Solo, Jean-Claude Poirier, Ernan Cirianni et votre serviteur à la réunion de tout ça et à l'interview (+ des traductions de Claire Lataxgue et Glotz).

Parmi les contentements voir que pleins la plupart des gens rencontrés via les précédents dossiers ont envie de participer à la revue !

Glotz, 29.12.2016 à 22:54364028
Sorti depuis un an, le 22 sera en vente à Angoulême... on n'est pas favoris ;)
Mais merci et au plaisir de voir des Bullairiens au stand :D

Anoeta, 29.12.2016 à 15:11364024
Personne pour signaler que Gorgonzola 21 est nominé pour la BD alternative à Angoulême ? On croise les doigts pour vous !

Glotz, 06.02.2016 à 20:05361486
Pour ceux qui nous auraient manqué (ou snobé) à Angoulême, nos deux dernières sorties sont maintenant disponibles à l'achat sur notre site.

NDZ, 19.01.2016 à 21:52361020
Mael :
Bon bah finalement, il semble que j'ai menti. Tant mieux.



Quand tu passes, tu me fais signe :)

Mael, 19.01.2016 à 19:59361017
Bon bah finalement, il semble que j'ai menti. Tant mieux.

Mael, 19.12.2015 à 14:30360405
Malheureusement non.

Ce de l'investissement, que je n'ai pas pu mettre pour le moment, j'espère à Angoulême, sans y croire.

Au moins cette année il n'y aura pas de stress sur le prix de la BD alternative pour nous !

Anoeta, 19.12.2015 à 12:48360404
Pas de Gorgonzola en 2015 ?

Mael, 23.09.2015 à 22:13359607
Oui, il sort pour l'occasion.

C'est un tout modeste fanzine, pour relancer notre collection de petits zines photocopiés.

Modeste dans la forme parce qu'en effet c'est chouette. Une sorte d'essai sur le DIY, certains diraient même une BD-reportage hé hé... Mais bon, c'est autre chose. Je suis curieux de vos lectures.

lldm, 23.09.2015 à 20:59359602
Docteur C :
Mael :
Oh ?



Hâte de voir ça, le travail de Florian Huet est passionnant.


De même, très excité de voir un nouveau livre de Florian Huet
il sera présent au festival de St Malo, ce livre ?

Docteur C, 22.09.2015 à 13:11359594
Mael :
Oh ?



Hâte de voir ça, le travail de Florian Huet est passionnant.

Mael, 22.09.2015 à 11:25359592
Oh ?

Mael, 30.12.2014 à 16:17357200


Gorgonzola fête ses 10 ans, son vingtième numéro et son amour du fanzinat en donnant la parole à trois fanzineux historiques trop ignorés des amateurs comme des spécialistes de la bande dessinée. Choisis chacun pour incarner une décennie Filipandré (années 1970), dessinateur « pachiadin » entre tous, Gerbaud (années 1980), pionnier de la BD numérique, et El Chico Solo (années 1990), défenseur d'une SF alternative, reviennent sur leur parcours et leur vision du fanzinat, mais aussi sur leur vie après la bande dessinée et leur actualité la plus récente.

Le fanzinat contemporain est également à l'honneur de ce numéro, fidèle à la volonté de dialogue entre le dossier et le reste de la revue. Pour ses dix ans, Gorgonzola offre un sommaire resserré autour de 19 contributeurs réguliers ou historiques, encouragés à réaliser des histoires plus longue qu'à leur habitude. Alex Chauvel (auteur de la couverture avec Charlotte Bräuer), Jzef, Tony, Simon Hureau, Olivier Texier, Yvang, Jean Bourguignon, Muzotroimil, Mickaël Roux, Jeneverito, Léo Quiévreux, Erwin Suvaal, J&E Leglatin, Victor Hussenot, Vincent Lefèbvre, Richard Suicide (d'après Denis Vannier) et Pedro Mancini ont saisi l'occasion et apporte une densité toute nouvelle à la revue. Densité... et épaisseur, ce numéro frôlant les 200 pages et fêtant ainsi dignement un anniversaire sans passer par la case autocélébration sans grand intérêt.

Enfin, notons que ce numéro est dédié à Nicolas Plamondon, auteur québécois disparu cette année. Sa route avait croisée celle de Gorgonzola et nous aurions aimé qu'elle le croise plus souvent.

Infos techniques : 192 pages imprimées A5 noir et blanc, décembre 2014, 10 €. Maquette du numéro d'Alex Chauveul et Charlotte Bräuer. Traductions des planches de Jeneverito et Pedro Mancini par Roberto Salazar.

Pour le commander, c'est simple, vous pouvez envoyer 13,30€ (10€+fdp) via paypal à legouttoir@free.fr ou par chèque à L’Égouttoir 14 rue du Gravier 53000 Laval. Expédition garantie dans la semaine.

Nous serons également présent à Angoulême.

Mael, 06.12.2014 à 21:19356889
Teaser






Et, surtout, sommaire, pour un numéro anniversaire (10 ans !) dont je suis très très content.

Aba Sourdi, 26.09.2014 à 11:05356268
(Tiens, c'est drôle parce que j'ai justement mis aujourd'hui sur un blog d'archives un truc de quatre pages que j'avais proposé pour ce collectif, il me semble. Je me permets cette indication car la coïncidence m'amuse.)

Mael, 23.09.2014 à 21:13356256
JM Bertoyas ne souhaitait pas republier ses planches, nous ne souhaitions pas laisser 12 pages vides.

Tous les acquéreurs de la première version peuvent d'ailleurs demander un pdf des nouvelles pages.

lldm, 23.09.2014 à 20:14356255
Mael :
de l’Égouttoir pour sa nouvelle édition, avec pour seule différence le remplacement des planches de Bertoyas par une histoire de Pich


pour quelle raison ?

Mael, 23.09.2014 à 16:12356254


Fin des années 2000. La bande dessinée francophone succombe à la mode délétère du porno chic, de Stupre à Fluide Glamour, d'Érotix à Comtesse. On fait du cul mais attention, pas du vulgaire porno hein, de l'art, etc... Énervé par ces discours suintant l'hypocrisie et l'opportunisme (même s'ils permettent parfois de belles choses), un petit collectif a fomenté l'idée d'éditer un livre au doux nom de PORNO CRADE. Ici pas question de bon goût ou de défense culturelle : du sexe, du sang, de la merde, des animaux, etc...

Le recueil sortit fin juin 2010 aux éditions Maël Rannou. Autour d'une contrainte simple (écrire un récit pornographique intéressant, mais crade), on retrouvait 4ndr34s M4rch4ll, Bertoyas, Pakito Bolino, Olive Booger, Jean Bourguignon, Guy Boutin, Docteur C., Mavado Charon, Mike Diana, Jean Kristau, Joko, Julie Ja, Bernard Joubert, Matthias Lehmann, LL de Mars, Mikkymixx, Pithec, Léo Quiévreux, Maël Rannou, Guillaume Soulages, Richard Suicide, Olivier Texier, Duy Thang Nguyen, Tony, Anne Van Der Linden, Jacques Velay et Yvang.

Rapidement épuisé après sa sortie, demandé par les lecteurs, le livre, toujours d'acutalité, intègre en 2014 le catalogue de l’Égouttoir pour sa nouvelle édition, avec pour seule différence le remplacement des planches de Bertoyas par une histoire de Pich et quatre gags de Texier.

Infos techniques : Porno crade (2e édition), 250 exemplaires, janvier 2014, 10 € + FDP.

Commandes sur notre site.

Mr_Switch, 15.05.2014 à 13:33355144
Petit dossier sur Poirier qui donne un aperçu global de son oeuvre. C'est bien. Le revers de la médaille, c'est que l'on veut une intégrale ou une anthologie de cet oeuvre. Particulièrement de Horace, en ce qui me concerne.

Mael, 09.11.2013 à 23:31352827


Après la bande dessinée argentine contemporaine et Viper, revue culte des années 1980, Gorgonzola continue à remonter le temps pour s'intéresser à Jean-Claude Poirier (1944-1980), créateur d'Horace et de Supermatou dans le Pif Gadget des années 1970. Original et inventif, Poirier a intrigué de très nombreux lecteurs.

L.L. de Mars, Ronald Grandpey, Yvang (qui réalise également la couverture), Muzotroimil, Pinpin, Mandragore et en étaient, et chacun revisite à sa manière l'œuvre d'un auteur qui les a marqué dans leur enfance. Les anciens collègues de Poirier Philippe Luguy, Jacques Kamb (qui à 80 ans devient le vétéran de Gorgonzola !) et Mircea Arapu complètent l'hommage dessiné, tandis que François Corteggiani livre quatre émouvantes pages de souvenir et Christian Flamand, assistant de Poirier jusqu'à la mort de ce dernier en 1980, un témoignage précieux sur les dernières années de l'auteur.

Ces hommages et recréations sont complétés par une étude des travaux de jeunesse de Poirier écrite par le spécialiste de la bande dessinée populaire Dominik Vallet et une étude stylistique (la première du genre) de Poirier par Maël Rannou, lequel a également rassemblé de nombreux dessins et images relatifs à Poirier inédits ou peu connus.

Hors du dossier Poirier, de nombreux habitués de Gorgonzola continuent à déployer leur univers. Les Argentins Jeneverito, Dario Fantacci et Pedro Mancini, le Finlandais Marko Turunen et le Québecois Guy Boutin sont de la partie, tout comme Yann Tréhin et Alex Chauvel de Polystyrène, le Caporal et Commandant des frères LeGlatin, l'Agent Schumacher de Léo Quiévreux, Jzef, Vincent Lefèbvre, Louis-Honoré Léo et Imagex.

Ce numéro accueille également quelques nouveaux auteurs : Victor Hussenot, remarqué pour son album La Casa chez Warum, Vincent Djinda et TemPoe, ainsi que Claire Pétry, en collaboration avec Maël Rannou. Deux photographies de Janie Julien-Fort ornent les deuxième et troisième de couverture.

Infos techniques : 140 pages imprimées A5 noir et blanc, octobre 2013, 8 € + 2,35€ de frais de port.

Commandes sur le site de l’Égouttoir.

Mr_Switch, 16.04.2013 à 14:38350851
J'avais pris ce fanzine pour le dossier Fleischer. Je n'ai pas été déçu. J'ai appris pas mal de trucs (je ne connais presque pas). Et J'ai pu faire le lien avec d'autres observations de mon cru.
Bien content, donc.
Une anecdote à la fois anodine et intéressante. Sugar a bel et bien vu au moins le premier cartoon de Popeye.


Il y a aussi des poèmes et autres textes théâtraux. Ce n'est pas forcément ma tasse de thé donc je ne saurais dire si c'est de bonne facture.

Le PBE, 26.02.2013 à 13:55350067
Donc les revues ne parlent de votre revue que si vous publiez un dossier sur une autre revue !? ;o)

Mael, 26.02.2013 à 13:49350066
On parle aussi de ce numéro dans le dernier Psikopat !

Mael, 21.02.2013 à 19:35349974
Dans le Charlie Hebdo de mercredi, quelqu'un qu'on aime beaucoup parle de nous, et ça fait très plaisir.


chrisB, 14.02.2013 à 17:29349892
La couv est très chouette (le reste aussi j'imagine), un petit coté Windows 8...

Mael, 14.02.2013 à 17:11349891
Pour les parisiens, ce dimanche de 17h à20h la fabuleuse
librairie-galerie Le Monte en l'air accueillera le Gorgonzola 18 (ainsi que les anciennes publications) pour un lancement post angoumoisin !

Quelques auteurs du numéro (mais aussi d'ancien) seront présents pour discuter et dédicacer autours d'un verre de vin et de quelques cacahuètes.

http://montenlair.wordpress.com/2013/02/10/gorgonzola-n-18-lancement/

Mael, 13.02.2013 à 9:20349864
Pas de soucis, l'idée générale était bien résumée, merci pour ces retours.

NDZ, 12.02.2013 à 20:40349859
Mael :
NDZ :
Je commence à percevoir une équipe d'habitués de qualité (Turunen, Le GlatinS, Texier), des guests qui viennent et servent du bon (Mahler, Gosselin et Préteseille ici, Baladi, Gros ou Hureau sur le 17).


Juste pour préciser, en fait Gros et Hureau sont plutôt des habitués non présents dans le 18. Gros depuis le n°3, Hureau depuis le 12.

J'espère que Gosselin (et Mahler, mais j'y crois moi) se systématisera par la suite !


Oups, manque de pratique flagrante :)

Si tu les signes en habitués, je commande déjà le 19.

Mael, 12.02.2013 à 20:34349858
NDZ :
Je commence à percevoir une équipe d'habitués de qualité (Turunen, Le GlatinS, Texier), des guests qui viennent et servent du bon (Mahler, Gosselin et Préteseille ici, Baladi, Gros ou Hureau sur le 17).


Juste pour préciser, en fait Gros et Hureau sont plutôt des habitués non présents dans le 18. Gros depuis le n°3, Hureau depuis le 12.

J'espère que Gosselin (et Mahler, mais j'y crois moi) se systématisera par la suite !

NDZ, 12.02.2013 à 17:36349843
Je commence à percevoir une équipe d'habitués de qualité (Turunen, Le GlatinS, Texier), des guests qui viennent et servent du bon (Mahler, Gosselin et Préteseille ici, Baladi, Gros ou Hureau sur le 17). Franchement, ça fourmille, ça part dans tous les sens, mais quand on ajoute à cette certaine qualité globale un dossier Viper qui m'a appris beaucoup de choses, on ne peut qu'espérer que l'aventure gorgonzolesque continue.

NDZ, 03.02.2013 à 23:00349497
J'ai toujours du mal à trouver un équilibre de lecture dans les revues, les recueils thématiques et multi-auteurs, les fanzines. Et là, ça marche. On a de très belles choses, d'autres insignifiantes mais qui n'estompent pas les réussites.

Pour tenter une comparaison qui n'a pas lieu, j'ai lu ces derniers temps beaucoup de Judith et Marinette dans lesquels Nylso et Jean Jean, par exemple, me parlent à chaque fois quand le reste de la bande d'auteurs ne me touchent (émotion qui va du rire aux larmes, du malaise à l'interrogation) que de temps à autre. Pas plus.

Dans ce (premier pour moi) Gorgonzola, j'aurai peut-être plus de mal à retrouver des habitués, le concept du fanzine étant éloigné de le Journal de J&M, qui est bien une revue. Mais j'ai eu clairement de bons moments de lecture (hé non, je ne donne pas de noms).

Mael, 18.01.2013 à 17:22349169
Oui en effet, pour une raison que j'ignore www.bulledair.com s'est rajouté dans l'adresse.

Là ça fonctionne : Un article sur le dernier numéro sur le site de La Rubrique à brac.


SydN, 18.01.2013 à 16:43349165
Mael :
Un article sur le dernier numéro sur le site de La Rubrique à brac.


erreur 404

Mael, 18.01.2013 à 16:05349164
Un article sur le dernier numéro sur le site de La Rubrique à brac.

Glotz, 13.01.2013 à 15:16348820
lanjingling :
Mael :


Le Gorgonzola nouveau peut peut se commander directement sur notre site, nous rappellons qu'en ce moment une offre permet à toute commande comprenant un exemplaire de Caporal & Commandant recueillis d'être exemptée de frais de port !
J'imagine que cette offre n'est valable que pour la France o)

Comme l'a dit Maël, les frais de ports vers l'étranger sont... moins élevés que vers la France. Donc en fait non seulement l'offre est également valable pour les gens qui habitent en Asie, mais elle est plus rentable pour nous ^^

Mael, 13.01.2013 à 15:05348819
Pirik : Oui bien sûr on peut tjs envoyer en prioritaire mais c'est beaucoup plus cher qu'en économique. Nous on propose le tarif le plus bas, après si les gens qui commandent veulent un tarif spécifique plus cher pour des raisons x ou y (suivre le paquet etc.) on fait comme ils veulent.

Il reste qu'il est moins cher d'envoyer un livre en Asie qu'en France, même en mettant le tarif le moins cher possible pour la France. Ce qui est quand même un peu fou.

pirik2, 13.01.2013 à 14:46348818
Tu peux tout de même envoyer au tarif lettre prioritaire en France, suffit d'affranchir aux bornes et de déposer directement dans une boite aux lettres où ton livre passe.
Pour des envois plus épais, effectivement c'est n'importe quoi, ou c'est du pile ou face selon l'humeur des guichetiers.

Pour ceux qui ont le courage, un peu de documentation et un article de l'ARCEP. (Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes)

Désolé du hors sujet.

Mael, 13.01.2013 à 14:24348817
Oui mais

Mael :
Afin de réparer cette injustice nous offrons jusqu'en mars pour toute commande comprenant Caporal & Commandant recueillis les frais de port en France métropolitaine,et un tarif spécial vers le reste du monde.

Le site de l’Égouttoir.


J'ignore les détails de ce tarif spécial mais de toute façon, grâce à une bizarrerie de la poste, il est moins cher d'envoyer un C&C ou un Gorgonzola en Asie qu'en France.

lanjingling, 13.01.2013 à 14:18348816
Mael :


Le Gorgonzola nouveau peut peut se commander directement sur notre site, nous rappellons qu'en ce moment une offre permet à toute commande comprenant un exemplaire de Caporal & Commandant recueillis d'être exemptée de frais de port !
J'imagine que cette offre n'est valable que pour la France o)

Mael, 13.01.2013 à 13:42348814
Non la liste n'est pas à jour, disons que les librairies citées sont celles où on a pu trouver du Gorgonzola.

Pour ce numéro il n'ira sans doute qu'au Monte en l'air, et dans longtemps...

Il faut savoir que vu notre prix de vente le déposer en librairie revient à vendre à perte, il s'agit vraiment quand on le fait d'être dans une librairie militante (c'est pour ça qu'on a pu nous trouver chez Alphagraph, Expérience, etc. mais c'est très aléatoire, en fonction de mes déplacements).

Le plus simple reste le site ou les festivals.

ABDI, 13.01.2013 à 12:50348809
Est-ce qu'il sera distribué en libraire, ce Gorgonzola ? Si oui, est-ce que la liste du site est à jour ?

Mael, 13.01.2013 à 11:20348808
Sommaire détaillé :





Le Gorgonzola nouveau peut peut se commander directement sur notre site, nous rappellons qu'en ce moment une offre permet à toute commande comprenant un exemplaire de Caporal & Commandant recueillis d'être exemptée de frais de port !

Mael, 13.01.2013 à 11:18348806
Le Gorgonzola n°18 est disponible !



Après plus d'un an d'attente, voici le nouveau numéro de Gorgonzola, plus gros que jamais. Derrière une couverture de Tony, compagnon de la premier heure de l'Égouttoir devenu aujourd'hui un théoricien écouté et praticien chevronné de la bande dessinée numérique, se trouvent en effet 176 pages de bandes dessinées, illustrations et textes théoriques.

Dans la lignée du numéro 16 et son dossier sur la bande dessinée argentine, ce numéro propose un dossier sur Viper, revue underground du début des années 1980. L'article historique de Maël Rannou permet de remettre en contexte et de montrer l'évolution de la revue, tout comme l'interview du rédacteur en chef Gérard Santi. Ces textes sont complétés par des illustrations de Benito, Jocelin et Philippe Lagautrière, des témoignages en bande dessinée d'Emmanuel Moynot et de Pierre Ouin, ainsi qu'un bande dessinée à quatre mains réalisées en 1984 mais restée inédite de Philippe Gerbaud et Emmanuel Moynot. Un autre pilier de Viper, déjà présent dans le précédent numéro, Imagex, livre une sinistre variation sur le thème bien connu de l'apocalypse nucléaire.

Tifenn Charles-Blin illustre les deuxième et troisième de couverture, les frères Leglatin le sommaire. Les Argentins Jeneverito, Dario Fantacci et Pedro Mancini continuent à livrer leurs histoires désabusées. Olivier Texier livre une inquiétante variation sur La Métamorphose, tandis que Pascal Tessier adapte avec brio un célèbre et inquiétant passage des Pensées de Blaise Pascal, que Colville Petitpont parodie Joann Sfar, qu'Alex Chauvel, auteur vu auparavant dans le fanzine Polystyrène, téléscope sur six pages les époques à la manière du Here de Richard McGuire et que Thomas Gosselin paie son tribut à Étienne Lécroart dans une bande dessinée itérative des plus réussies. Muzotroimil semble inventer la bande dessinée industrielle, l'Américain Peter S. Conrad parle de son étrange dentiste, François Henninger évoque avec maestria et musicalité le spleen contemporain et l'Autrichien Nicolas Mahler montre une nouvelle fois qu'il est l'un des auteurs actuels à l'humour le plus subtil et efficace.

Des auteurs réguliers sont présents : Jzef s'intéresse aux goûts des crocodiles en matière de pizza, aux gâteaux pour vélociraptors et à la vulcanologie gastronomique, Rémy Cattelain aux mœurs des chasseurs, Vincent Lefèbvre comme Yvang à l'étrangeté du bonheur, Maël Rannou et Joanna Hellgren à Alice hors du miroir (cinquième épisode) et le Finlandais Marko Turunen aux soucis dentaires des super-héros.

Ce numéro contient également un petit hommage à Phil également, à travers une dizaines de planches retraçant vingt ans de sa carrière et deux dessins de Jean Bourguignon rendant hommage à ce grand auteur humoristique décédé en avril 2012.

On lira également Docteur C sous le nom d'Électro vigueur présente, des illustrations de Guy Boutin, une nouvelle de Benoît Préteseille, une longue histoire du Québecois Richard Suicide, des bande dessinée absurdes de Léo-Louis Honoré ou Nicolas Pinet, une collaboration entre Vincent Giard et Alexandre Fontaine-Rousseau. En quatrième de couverture, Léo Quiévreux clôt les intrigantes aventures de l'Agent Schumacher, et montre son talent pour la colorisation.

Infos techniques : 176 pages imprimées A5 noir et blanc, décembre 2012 (daté octobre 2012), 8 €.

lldm, 16.12.2012 à 13:50348177
Mael :
L’Égouttoir souhaite accompagner cette sortie en remettant en avant un titre passé trop inaperçu, le magnifique Caporal & Commandant recueillis, qui reprend les premiers récits des deux personnages.


excellente nouvelle

Mael, 16.12.2012 à 10:58348173
Offre spéciale Caporal & Commandant

À la mi-octobre sortait chez The Hoochie Coochie Projectile, grand et beau livre de J&E LeGlatin. On y retrouvait Caporal & Commandant, personnages bien connus des lecteurs de Gorgonzola et Turkey Comix, habitués à se délecter de leur fascinantes joutes verbales, résurrection après résurrection.

L’Égouttoir souhaite accompagner cette sortie en remettant en avant un titre passé trop inaperçu, le magnifique Caporal & Commandant recueillis, qui reprend les premiers récits des deux personnages. Bien qu'il n'y ait pas de chronologie interne à la série, le lecteur voit dans ce premier volume se forger le langage, la rythmique si particulière, la mythologie propre à cet improbable couple qui explore sans relâche sa si étrange relation.

Présenté sous une jaquette soigneusement sérigraphiée, Caporal & Commandant recueilli était le premier acte d'une série qui n'a cessé de grandir depuis. Une série radicale et métaphysique sans être gratuite, un dialogue qui installe petit à petit son évidence et vaut amplement d'être (re)découvert.

Malheureusement, des aléas éditoriaux et la faillite de son diffuseur ont rendu le livre indisponible en librairie, lui empêchant d'obtenir l'attention qu'il méritait. Afin de réparer cette injustice nous offrons jusqu'en mars pour toute commande comprenant Caporal & Commandant recueillis les frais de port en France métropolitaine, et un tarif spécial vers le reste du monde.

Le site de l’Égouttoir.

Mael, 16.12.2012 à 10:57348172
Offre spéciale Caporal & Commandant

À la mi-octobre sortait chez The Hoochie Coochie http://www.du9.org/chronique/projectile/, grand et beau livre de J&E LeGlatin. On y retrouvait Caporal & Commandant, personnages bien connus des lecteurs de Gorgonzola et Turkey Comix, habitués à se délecter de leur fascinantes joutes verbales, résurrection après résurrection.

L’Égouttoir souhaite accompagner cette sortie en remettant en avant un titre passé trop inaperçu, le magnifique Caporal & Commandant recueillis, qui reprend les premiers récits des deux personnages. Bien qu'il n'y ait pas de chronologie interne à la série, le lecteur voit dans ce premier volume se forger le langage, la rythmique si particulière, la mythologie propre à cet improbable couple qui explore sans relâche sa si étrange relation.

Présenté sous une jaquette soigneusement sérigraphiée, Caporal & Commandant recueilli était le premier acte d'une série qui n'a cessé de grandir depuis. Une série radicale et métaphysique sans être gratuite, un dialogue qui installe petit à petit son évidence et vaut amplement d'être (re)découvert.

Malheureusement, des aléas éditoriaux et la faillite de son diffuseur ont rendu le livre indisponible en librairie, lui empêchant d'obtenir l'attention qu'il méritait. Afin de réparer cette injustice nous offrons jusqu'en mars pour toute commande comprenant Caporal & Commandant recueillis les frais de port en France métropolitaine, et un tarif spécial vers le reste du monde.

Le site de l’Égouttoir.

Bicephale, 30.01.2012 à 16:52342625
David Fournol traite de L’Égouttoir et du Gorgonzola 17 sur Une autre Histoire

SydN, 21.12.2011 à 16:53341646
Mael :
Même pas, mais on a pu le lire il n'y a pas si longtemps que ça dans le n°15 de Gorgonzola l'Oxymore n°3 (ha oui octobre 2009 et janvier 2010 quand même...). Il est juste très lent en fait, et il fait des études.


je l'ai le 15... me souvient plus très bien, j'avoue.
j'y jetterais un oeil...

Mael, 21.12.2011 à 16:23341645
Même pas, mais on a pu le lire il n'y a pas si longtemps que ça dans le n°15 de Gorgonzola l'Oxymore n°3 (ha oui octobre 2009 et janvier 2010 quand même...). Il est juste très lent en fait, et il fait des études.

SydN, 21.12.2011 à 15:22341644
Mael :
Mais je veux bien croire à mon influence radicale sur Davram !


c'est toi qui lui a dit de laisser tomber la BD? :p

Mael, 21.12.2011 à 14:56341643
[citer auteur=SydNC'etait plus ou moins la meme epoque non?[/citer]

Gorgonzola n° 1 : octobre 2004
Myxomatose : 2006

Mais je veux bien croire à mon influence radicale sur Davram !

SydN, 21.12.2011 à 12:38341639
Mael :
Du coup je voulais un nom de maladie genre Eczéma et je croyais que Gorgonzola c'en était aussi une.


Et puis Davram était déjà sur le creneau de la maladie, avec myxomatose... C'etait plus ou moins la meme epoque non? Je me souviens que Davram me parlait souvent de toi... Déjà l'amour fou, si jeune... :)

Pages : 1 - 2 - 3

retour forum

bordure
coin bordure coin