créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par herbv


par pierig
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
J'ai feuilleté le dernier Petit Vampire ; ça m'a limite donné envie de pleurer de voir ce que Sfar est devenu (j'exagère pas, c'était une sensation corporelle , une espèce de soubresaut , de frisson, un truc comme ça).
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Actes Sud se (re)lance dans la BD comme en l'An 2

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3

crepp, 22.09.2018 à 10:39370002
lanjingling :

crepp, je te conseille celui-ci, complètement différent comme thème, entre conte de fée et terreurs d'une petite fille.


Bien, bien...j'irai jeter un œil un de ces jours.

lanjingling, 22.09.2018 à 0:23370000
crepp :
les gens rencontrés dans cette soirée , je m'en contrefiche, leurs problèmes, je m'en tape, c'est si superficiel, si fade, si inintéressant.

Bah oui, pas lu celui-ci, mais c'est un peu pareil pour Les amateurs et Les noceurs. Je pourrais rapproche ces livres de ceux de Scott Fitzgerald ou Les polyglottes, de William Gerhardie, sur ce point (une grande famille belgo-anglaise d'expats au Japon et en Russie, dont la vie est si creuse qu'une vieille tante est malade en permanence, pour combler son ennui), mais ces livres étaient entachés du tragique de l'époque (1re guerre mondiale, Dépression), par contre, je ne vois pas par rapport à quoi veut se situer Brecht Evens.

crepp, je te conseille celui-ci, complètement différent comme thème, entre conte de fée et terreurs d'une petite fille.

crepp, 21.09.2018 à 15:08369996





Ca faisait longtemps que je tournais autour d'un album de Brecht Evens, et j'ai enfin franchi le cap avec les rigoles.
la première planche commence avec une conversation téléphonique, je remets une partie des dialogues :" Tu sais quoi Camille...tu es prête?...j'emmerde cette ville...elle ne va pas me manquer...c'est une ville de losers...c'est une ville de branleurs, c'est une ville de faux culs..."
en somme j'étais prévenu dès le début, car je suis désolé, de mon coté, c'est une très grande déception, car les gens rencontrés dans cette soirée , je m'en contrefiche, leurs problèmes, je m'en tape, c'est si superficiel, si fade, si inintéressant.
Alors je vois bien le trait exagéré dans la première partie, pour pouvoir sortir un peu le fond des personnages principaux dans la seconde partie, mais le mal était fait.
Par contre, bordel de merde comment graphiquement ça arrache grave ! des moments géniaux, un grand faible pour les passages dans le taxi.

2 lignes de coke

Thierry, 23.07.2018 à 14:59369513
dans ses "explainers", il met en effet souvent en scène une danseuse

lanjingling, 23.07.2018 à 14:00369512
Thierry :
Et c'est une merveille graphique. Les scènes de danse sont incroyables. Et la danse en bande dessinée est quasi toujours d'une lourdeur sans nom.

C'est un peu une spécialité de Feiffer, suffit de google-imager "Feiffer dance"

Thierry, 23.07.2018 à 12:50369511
Thierry :
série noire complètement assumée et fantaisiste. Tout y est: privé alcoolique, gros bras épais, les placards sordides d'Hollywood. Et pourtant, c'est avant tout une histoire de femmes. Les hommes y sont relégués au rang d'utilités, voire pire. Et c'est une merveille graphique. Les scènes de danse sont incroyables. Et la dancse en bande dessinée est quasi toujours d'une lourdeur sans nom. Il y a une scène entre 3 limousines qui est juste une merveille de fluidité. Je n'avais pas top accrovhé en première lecture, mais en relecture, c'est vraiment très bon.

et c'est visiblement le premier volet d'une trilogie, complétée par Cousin Joseph (paru en 2016) et The Ghost Script (a paraître cet été).

Thierry, 23.07.2018 à 12:45369510
série noire complètement assumée et fantaisiste. Tout y est: privé alcoolique, gros bras épais, les placards sordides d'Hollywood. Et pourtant, c'est avant tout une histoire de femmes. Les hommes y sont relégués au rang d'utilités, voire pire. Et c'est une merveille graphique. Les scènes de danse sont incroyables. Et la dancse en bande dessinée est quasi toujours d'une lourdeur sans nom. Il y a une scène entre 3 limousines qui est juste une merveille de fluidité. Je n'avais pas top accrovhé en première lecture, mais en relecture, c'est vraiment très bon.

lanjingling, 19.05.2018 à 2:01368962
Il semble que ce soit très différent des cartoons connus de Feiffer; c'est une série noire années 30' totalement assumée, comme un retour aux sources pour Feiffer, qui fut des années l'assistant d'Eisner.
Source et extraits.

Pierre, 18.05.2018 à 19:24368958
Le PBE :
Ah mais je l'ai lu en vo il y a quelques années ça. C'est très bien.


Mince, je vais devoir l'acheter.

lanjingling, 18.05.2018 à 14:50368957
Ne laisse pas de m'étonner que Feiffer a un immense prestige aux E.U., un peu comme Sempé ici, mais qu'il n'est quasi pas traduit en français. (alors que Sempé est abondamment publié outre-Atlantique.)

Mr_Switch, 18.05.2018 à 14:29368956
Ah, tu me coupes l'herbe sous le pied ! Je voulais demander à notre expert en Feiffer (Thierry) son avis.

Très bien, très bien. Merci !

Le PBE, 18.05.2018 à 13:59368955
Ah mais je l'ai lu en vo il y a quelques années ça. C'est très bien.

ingweil, 29.11.2016 à 16:24363671
Toujours aussi bien cette auteure. J'aime vraiment sa façon de rendre ses personnages aussi réels, malgré leurs bizarreries. C'est une sacrée dialoguiste. Les grands cases à l'aquarelle sont très réussies. Une bonne place aux bulled'or 2016 assurément.

Mr_Switch, 09.11.2016 à 12:28363510
Vous aviez peut-être entendu cette chronique de François Morel.


Aviez-vous réalisé que le second livre était
?

Charlie Brown, 25.01.2016 à 11:05361329




Je mets la même bullenote à ces deux volumes d’enquêtes de Sally Salinger, même si j’ai préféré le premier, Castilla Drive, plus intimiste et psychologique, au second, Bonbons atomiques, plus classique et plus dans l’action. Du polar bien torché, tendu, prenant, bourré de palpable humanité et de personnages attachants. Anthony Pastor a un vrai talent de conteur et de dialoguiste, qui me fait parfois penser à Etienne Davodeau dans ce qu’il a de meilleur.

Mr_Switch, 20.01.2016 à 20:26361041
Je n'avais pas tout compris d'avance, hein. Mais l'élément central auquel je fais allusion m'a paru rapidement très probable, d'après la manière dont Constance était représentée.

De là, certaines révélations ne m'ont pas forcément étonnées. Même si la bizarrerie de l'ensemble permet de ne jamais être complètement sûr de tout comprendre.

Jean-Christophe, 20.01.2016 à 20:10361039
Moi aussi.

Tu es donc très futé, Mr_Switch, l'un des rares seuls à avoir trouvé.

Pierre, 20.01.2016 à 19:35361038
Mael :
Perso rien vu venir avant l'annonce "officielle"


Moi non plus. On doit pas être futés ! Sur la déchéance sociale, la folie de la grand-mère, l'homosexualité du grand-père tout était dit ou sous-entendu, la seule révélation porte sur SPOILER le crime fondateur dont se rend coupable la grand-mère et l'enlèvement - et l'erreur sur le sexe - de Constance SPOILER mais sinon, l'auteur aurait pu faire l'économie de cet appendice qui n'a à mon sens de remarquable que sa bizarrerie.

Mael, 20.01.2016 à 17:02361033
Perso rien vu venir avant l'annonce "officielle"

crepp, 20.01.2016 à 14:16361032
Mr_Switch :
Personnellement, le fait d'avoir compris rapidement la nature de l'héroïne a réduit l'effet sur moi de certains coups de théâtre.
Vous avez vraiment compris que tardivement, vous ?


Oui, pas vu venir la chose.

Mr_Switch, 20.01.2016 à 14:06361030
Personnellement, le fait d'avoir compris rapidement la nature de l'héroïne a réduit l'effet sur moi de certains coups de théâtre.
Vous avez vraiment compris que tardivement, vous ?

crepp, 20.01.2016 à 13:52361029
Pierre :
Thierry :
pas entièrement conquis mais bonne lecture quand même que cette favorite. C'est cruel et sensible, bien raconté. Intéressant


Il y a un beau sujet, bien traité, avec beaucoup de goût et de sensibilité, mais il y a un gros défaut de construction dans ce choix d'un flash-back impromptu avec changement de point de vue narratif (on passe d'un récit poétique à la première personne à un compte-rendu informatif à la troisième personne), l'effet est catastrophique, on perd tout ce qui avait été créé précédemment. Il y avait forcément moyen de distiller les informations les plus importantes au fil du récit, ce qui aurait évité de greffer ce dossier documentaire à la fin.


En fait j'aime bien cette rupture. Ca m'a donné le sentiment (comme je l'ai dit précédemment) de passer d'un conte à un fait divers, revenir dans une dure réalité après avoir été baladé dans un possible imaginaire.

Pierre, 20.01.2016 à 13:43361028
Thierry :
pas entièrement conquis mais bonne lecture quand même que cette favorite. C'est cruel et sensible, bien raconté. Intéressant


Il y a un beau sujet, bien traité, avec beaucoup de goût et de sensibilité, mais il y a un gros défaut de construction dans ce choix d'un flash-back impromptu avec changement de point de vue narratif (on passe d'un récit poétique à la première personne à un compte-rendu informatif à la troisième personne), l'effet est catastrophique, on perd tout ce qui avait été créé précédemment. Il y avait forcément moyen de distiller les informations les plus importantes au fil du récit, ce qui aurait évité de greffer ce dossier documentaire à la fin.

Thierry, 20.01.2016 à 9:58361024
pas entièrement conquis mais bonne lecture quand même que cette favorite. C'est cruel et sensible, bien raconté. Intéressant

Matrok, 22.11.2015 à 12:54360027
Est-ce que quelqu'un a lu ça ? Qu'est-ce que ça vaut ?

NDZ, 15.10.2015 à 19:52359774
L'étouffeur ?

NDZ, 15.10.2015 à 19:51359773
Déçu. Je m'attendais à une star de 2015, je ressens juste un "auteur à suivre". Le jeu sur les registres et les genres narratifs est très réussi, comme dit ailleurs, le mélange cartoon et trait du gratteur / carte font merveille dans cette fable-fait-divers. Reste qu'il manque un truc pour m'emballer et en faire un de mes favoris de cette année. En tout cas, moi qui n'avait jamais franchi le pas et commencé la lecture d'un Lehman, ça aura eu le mérite de me dire franchement "allez, hop, un peu de recherche bibliographique". C'est donc parti pour en lire un autre... L'étrangleur ?

crepp, 12.10.2015 à 16:26359734




Il me faisait de l'œil depuis un petit moment, j'ai donc craqué.
Un trait qui donne l'impression d'être dans une gravure du XIX ième. Une histoire forte, cruelle et touchante, c'est assez étonnant ce sentiment de passer d'un conte à un fait divers. Des effets de surprise très bien amenés.
Pas un coup de cœur car il faut un moment pour que le récit se mette en place, mais une très belle lecture.
4 étoiles.

chrisB, 06.08.2014 à 9:16355945
Chopé sur un coup de tête à la médiathèque, pfiouuu c'est excellent. Ptain ca m'a fait un bien fou de lire un truc bon, bien fichu et original !!

chrisB, 04.03.2014 à 0:34354479
Belle déception, histoire peu captivante, persos peu attachants, ça se lit jusqu'au bout mais j'en attendais plus...

NDZ, 23.04.2013 à 20:53350928
Charlie Brown :




Suis allé écouter Anthony Pastor lors des Rencontres du 9ème Art. L'ai trouvé intéressant et sympathique. Du coup, j'ai emprunté ce bouquin dans sa réédition Actes Sud-L'An 2, pour voir de quoi il retournait. J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce polar, de ce "roman visuel" comme disait la collection de la première édition, à mi-chemin entre la nouvelle illustrée et la bande dessinée. Beaucoup aimé les dialogues en voix off aussi. Bref, pas mal de talent. Va falloir que je creuse plus avant...


C'est de loin mon Pastor préféré. Mais le reste est bien quand-même, hein.

Charlie Brown, 23.04.2013 à 14:42350927




Suis allé écouter Anthony Pastor lors des Rencontres du 9ème Art. L'ai trouvé intéressant et sympathique. Du coup, j'ai emprunté ce bouquin dans sa réédition Actes Sud-L'An 2, pour voir de quoi il retournait. J'ai beaucoup aimé l'ambiance de ce polar, de ce "roman visuel" comme disait la collection de la première édition, à mi-chemin entre la nouvelle illustrée et la bande dessinée. Beaucoup aimé les dialogues en voix off aussi. Bref, pas mal de talent. Va falloir que je creuse plus avant...

lanjingling, 16.04.2013 à 4:20350849
wandrille :
On en revient aux pratiques du grand timonier .
N'étant moi-même pas du tout dans le milieu, je me demande qui est le grand timonier...un surnom de Menu?

Mael, 15.04.2013 à 20:28350843
Attention, là tu parles de Kaplan et non de Rosset (c'est de lui dont parle Aba Sourdi dans ce que tu cites).

ça ne change rien au fond de ton message mais Rosset me parait plus honnête dans sa démarche.

wandrille, 15.04.2013 à 19:04350842
Aba Sourdi :

Bah euh, oui, je vois pas le problème, Christian Rosset ne couvre en effet pas toute l'édition alternative et cette méconnaissance est en effet dûe à son arrivée tardive dans le 'milieu', les deux points vont ensemble.


Le problème, c'est que le mec n'arrive pas exactement humblement avec ses manques. Il se pose plein de suffisance, en avant-garde de l'avant-garde, donc en expert, finalement.

Avec sa connaissance parcellaire de ce qui se fait, il se sert la coupe avec complaisance, expliquant l'immensité de ce qui leur est dû.

Se posant en inspirateur de l'Asso "créé par Menu" (ah ah ah, l'Asso créé par un unique associé, la fameuse hydre à une tête), ce même Menu qui les a consacré dans sa dernière éprouvette, tout ça pue la complaisance et l'autopromo.

Le tout jugeant Brecht Evens du haut de son autorité de type qui a fait un magazine un jour dans les années 80 "et c'était révolutionnaire, la preuve, personne connait" et sa demi-culture de mec "pas dans le milieu, mais il me doit tout, comprenez ?" On en revient aux pratiques du grand timonier : nos potes sont géniaux, les maitres, nous en sommes leurs uniques héritiers, ceux qui ne sont pas nos potes et, surtout, ceux qui ne nous doivent rien, c'est tout caca.

Aba Sourdi, 12.04.2013 à 19:22350808
sixpieds :
Mael :
Bon après je suis aussi assez peu amateur de Rosset, je n'aime pas beaucoup ce qu'il écrit, que je trouve souvent plein de vide derrière des grandes phrases. Donc peut-être qu'en effet je ne suis pas sensible à ces gens qui se seraient éloignés pour mieux revenir.


Je souscris entièrement, Maël. Les connaissances "alternatives" de CR semblent extrêmement limitées (pas sa culture classique par contre) et du coup, il défend avec beaucoup d'emphase une tout petit nombre de choses, que personne n'attaque vraiment d'ailleurs. Et puis bon, les gens qui arrivent quand la soupe est froide pour discuter de la recette... :-).

Bah euh, oui, je vois pas le problème, Christian Rosset ne couvre en effet pas toute l'édition alternative et cette méconnaissance est en effet dûe à son arrivée tardive dans le 'milieu', les deux points vont ensemble. Je comprends qu'on puisse trouver ça rageant quand on est Six Pieds Sous Terre, mais le lui reprocher je ne comprends pas, on ne puisse pas dire qu'il soit si médiatique au point que sa vision prévaut et cache toutes les autres. Si tu veux dire qu'il n'est pas assez curieux, là non c'est carrément erroné.

Je comprends déjà mieux les reproches de Maël, si c'est une question d'écriture là okay. Personnellement je n'ai jamais aimé la critique de bande dessinée, je m'en fiche complètement (désolé pour vos bullechroniques), par contre j'ai toujours trouvé chez Rosset un souffle, un style, quelque chose qui me parle et qui m'a donné envie de lire les livres dont il parlait. Comme quoi !

sixpieds, 12.04.2013 à 16:55350804
Mael :
Bon après je suis aussi assez peu amateur de Rosset, je n'aime pas beaucoup ce qu'il écrit, que je trouve souvent plein de vide derrière des grandes phrases. Donc peut-être qu'en effet je ne suis pas sensible à ces gens qui se seraient éloignés pour mieux revenir.


Je souscris entièrement, Maël. Les connaissances "alternatives" de CR semblent extrêmement limitées (pas sa culture classique par contre) et du coup, il défend avec beaucoup d'emphase une tout petit nombre de choses, que personne n'attaque vraiment d'ailleurs. Et puis bon, les gens qui arrivent quand la soupe est froide pour discuter de la recette... :-).

Mael, 12.04.2013 à 15:16350802
Bon après je suis aussi assez peu amateur de Rosset, je n'aime pas beaucoup ce qu'il écrit, que je trouve souvent plein de vide derrière des grandes phrases. Donc peut-être qu'en effet je ne suis pas sensible à ces gens qui se seraient éloignés pour mieux revenir.

Mais malgré tout, j'ai apprécié ses émissions, et certains de ses articles, même si je trouve que Menu en a beaucoup fait sur Rosset il n'est pas inintéressant. Et surtout il n'apparait pas bouffi d’orgueil, il y a une certaine modestie dans sa redécouvete ("tiens c'est formidable ça, hop je m'enthousiasme et redécouvre un intérêt") ce qui est une différence sensible.

Aba Sourdi, 12.04.2013 à 14:51350801
Disons qu'il y a le même parcours "j'ai lâché l'affaire pendant des années puis je redébarque et j'apporte un regard nouveau". Je te rappelle que Rosset a découvert les livres de L'Association au début des années 2000. Cette longue pause est quand même suffisamment curieuse pour en faire quelqu'un qui n'est pas attaché spécialement au milieu BD, tout comme Kaplan malgré sa revue précurseuse des années 80. (À ce compte-là, tout le monde est dans le milieu du moment qu'il a écrit quelques articles sur la BD à un moment de sa vie, je ne crois pas que c'est ce que tu dises. Après, les histoires d'amitié c'est autre chose.)

Mael, 12.04.2013 à 14:45350800
Extérieur au milieu Christian Rosset ??? Il n'est pas du tout dans le même délire du "ne rien y connaître", il a d'autres intérêts, une autre vie, et ça c'est très bien, mais il est totalement dans le milieu.

Ce n'est pas un défaut en soi hein, mais il montre assez dans ses articles ses amitiés avec tel ou tel grand auteur pour ne pas être considéré comme "extérieur au milieu".

Aba Sourdi, 12.04.2013 à 14:39350799
Tiens, je n'ai pas vu de prétention personnellement, mais un côté "je débarque de nulle part" parfaitement assumé. On arrive à comprendre en le lisant que le mec n'est pas forcément au courant de tout ce qui s'est fait en BD dans les années 2000, c'est pas gênant, c'est même tout l'intérêt de son article : dans les années 80 on pensait que la BD pouvait permettre plein de choses, L'Association a suivi cette impulsion du point de vue graphique, puis des années plus tard je renoue avec la BD grâce à mon pote Schwartz qui sort son livre et je vois que ce qui tient le haut du pavé en terme d'avant-garde c'est quelque chose de très pauvre et que tout le monde a oublié l'aspect littéraire au sens stylistique du terme et non pas au sens romanesque. En gros je résumerais comme ça. Je ne vois pas ce qu'il y a de choquant, vu comme ça. (Mais il faut voir comme ça, je l'entends bien.)

Ce qui me paraît particulièrement intéressant c'est cette affirmation, à mon sens très pertinente et essentielle en plus d'être à contre-courant d'un cliché, comme quoi L'Association a surtout ouvert des portes graphiques plutôt que littéraires. C'est ce que je pense aussi. Ça m'apparaît désormais comme une évidence historique que les indés des années 90 ont privilégié l'impulsion "on peut dessiner comme on veut et on peut tout raconter" mais qu'il y a un arrêt de l'exploration au niveau de l'écriture proprement dite, qui avait été ébauchée par Masse, F'Murr, Barbier, Gébé, Altan, Régis Franc, etc. Quelques jeunes auteurs comme les Gosselin-Henninger reprennent aujourd'hui le flambeau, mais ils sont vraiment peu nombreux.

(Quoi qu'il en soit, ça me semble toujours rafraîchissant de lire des gens extérieurs au milieu, comme Christian Rosset par exemple, des gens qui ont une toute autre culture et qui apportent un regard neuf, souvent décalé et très subjectif, mais toujours intéressant. Oui, "ne rien n'y connaître" c'est parfois une qualité, à mon sens.)

crepp, 12.04.2013 à 9:23350790
Sur la critique de l'auteur, ça reste un avis rien de plus donc je passe, mais sur "l'auto-léchage de ma propre intelligence" c'est énorme. Je ne me souviens pas d'un tel niveau de prétention.

lanjingling, 12.04.2013 à 4:05350787
Mael :
C'est vrai que c'est assez terrible.

L'article montre à la fois une méconnaissance totale de ce qui s'est fait dernièrement en bande dessinée (cf. bon commentaire de Morvandiau) et un ton clairement insupportable sur l'air de "avec mon ami on avait créé la revue critique qui déchirai tout, nous on avait tout compris et depuis y a pas à dire y a rien de mieux que ce que fait Schwartz."

Pourquoi tu le réécris, il suffit de le citer pour voir sa stupéfiante prétention:
"nous voulions créer un appel d’air. Nous allions être entendus : quelques années plus tard, Jean-Christophe Menu, par ailleurs lecteur attentif de Dorénavant, créait la maison d’édition l’Association qui allait changer en profondeur le paysage de la bande dessinée, notamment dans sa dimension graphique."
L'Association, fondamentalement, c'est eux.

Mael, 11.04.2013 à 23:44350786
C'est vrai que c'est assez terrible.

L'article montre à la fois une méconnaissance totale de ce qui s'est fait dernièrement en bande dessinée (cf. bon commentaire de Morvandiau) et un ton clairement insupportable sur l'air de "avec mon ami on avait créé la revue critique qui déchirai tout, nous on avait tout compris et depuis y a pas à dire y a rien de mieux que ce que fait Schwartz", c'est carrément au niveau de Maus, rien que ça.

Pourtant j'aime mieux "Le Rêveur captif" que les Evens, en effet très jolis et mais assez creux.

THYUIG, 11.04.2013 à 23:17350784
Voilà, en gros ça dit que Evens c'est nul, que Schwartz c'est mieux, que d'ailleurs Schwartz c'est comme Proust, et que ça tombe bien parce que Schwartz c'est un copain.
Voilà.
Youpee !

wandrille, 11.04.2013 à 21:57350782
Aba Sourdi :
Que Balthazar Kaplan (co-animateur avec Barthélémy Schwartz de l'intraitable revue Dorénavant que les jeunes esthètes comme moi ont découvert par L'Eprouvette) soit très perplexe devant Brecht Evens, ça fait très plaisir et c'est très cohérent. Ouf. http://www.du9.org/dossier/dorenavant-encore/


C'est plein d'auto-complaisance à tous les niveaux, dites moi : le post, l'article...

Aba Sourdi, 11.04.2013 à 21:18350781
Que Balthazar Kaplan (co-animateur avec Barthélémy Schwartz de l'intraitable revue Dorénavant que les jeunes esthètes comme moi ont découvert par L'Eprouvette) soit très perplexe devant Brecht Evens, ça fait très plaisir et c'est très cohérent. Ouf. http://www.du9.org/dossier/dorenavant-encore/

BRECHT EVENS SYMBOLE BOURGEOIS DE "L'AVANT-GARDE SOFT" !!!

Aba Sourdi, 11.02.2013 à 18:14349793
C'est donc peut-être ça, il faut être intéressé par le réalisme. Mais pour moi "Les Noceurs" c'était tout un livre sur "les fêtards sont des gros cons" donc c'est quand même un peu vain, je n'ai pas attendu Brecht Evens pour le savoir. C'est particulièrement énervant à un double niveau : premièrement tous ses personnages sont des têtes-à-claques, mais en plus il utilise son graphisme impressionnant pour faire un livre sur ça ! Page après page j'attendais autre chose, une illumination, mais elle ne vient jamais. Avec des qualités formelles d'une telle évidence, se cantonner à des mises en scène de la décadence c'est un pur gâchis, autant lire les BD fêtardes des années 80, au moins on savait en voyant les dessins que ça allait être léger.

J'avoue n'avoir pas lu en entier "Les amateurs", mais ce que j'en avais vu me semblait être du même tonneau au niveau des dialogues et de l'esprit. Donc je ne suis pas allé plus loin.

Charlie Brown, 11.02.2013 à 17:13349787
Gantois :
Moi je trouve que chez Brecht Evens, les rapports humains entre les personnages sont d’une justesse et d’un réalisme rare en bd. Ce coté la est pour moi aussi fort que son graphisme.


J'irais pas jusqu'à dire que c'est rare en BD, loin de là, mais je suis assez d'accord avec toi. C'est pour ça que ma bullenote ne descend pas en dessous de 3 (tiens, ça me fait penser que j'ai oublié de le bullenoter... Hop !). Vraiment dommage que ses histoires et ses personnages n'arrivent pas à m'intéresser...

Gantois, 11.02.2013 à 16:09349785
Moi je trouve que chez Brecht Evens, les rapports humains entre les personnages sont d’une justesse et d’un réalisme rare en bd. Ce coté la est pour moi aussi fort que son graphisme.

chrisB, 11.02.2013 à 14:15349778
Aba Sourdi :
Tout à fait d'accord ! Les livres de Brecht Evens sont pour moi le symbole d'une forme graphiquement jolie mise au service d'un fond horriblement pauvre. Je n'en revenais pas que ça ait eu autant de succès alors que tant de livres plastiquement tout aussi intéressants mais beaucoup plus solides et intenses dans le contenu émotionnel ou intellectuel passent inaperçus. Un scandale.


Le fond c'est ce que tu y mets, ce n'est pas la taille du synopsis, pas plus que le nombre de "messages" portés.

Et coté scandale, je pense que tu pousses un peu, on en est loin :)

e m, 11.02.2013 à 14:03349777
Il y a donc par ici d'autres personnes qui n'ont pas aimé Les amateurs. Ça fait plaisir de voir qu'on n'est pas tout seul 8)
Il m'avait même plutôt énervé ce bouquin.


lanjingling :
oui, a ce propos ce serait pas mal qu'une date accompagne chaque note (et chaque chronique, tant qu'a faire)

Alors, c'est pour bientôt les dates avec les bullenotes? 8))

Aba Sourdi, 11.02.2013 à 13:11349774
Charlie Brown :




J’avais pas trop aimé Les Noceurs, alors je voulais donner une deuxième chance à Brecht Evens, très apprécié sur Bulledair, visiblement...

Eh ben voilà quoi... Même impression avec Les Amateurs qu’avec Les Noceurs. C’est graphiquement intéressant, mais le sujet, ou plutôt le traitement du sujet m’emmerde un peu. Plus encore, ce sont les personnages qui m’emmerdent. Comme dans Les Noceurs, je ne les supporte pas. Je suppose que c’est le but recherché par Brecht Evens, nous rendre ses personnages insupportables, antipathiques et inintéressants au possible, nous faire sentir une certaine vacuité. Et je suppose donc que ces deux albums sont réussis, en ce sens. Mais j’accroche pas vraiment. Je me fous de leurs histoires. N’était la forme, je ne ferais plus l’effort de lire ses albums...

Tout à fait d'accord ! Les livres de Brecht Evens sont pour moi le symbole d'une forme graphiquement jolie mise au service d'un fond horriblement pauvre. Je n'en revenais pas que ça ait eu autant de succès alors que tant de livres plastiquement tout aussi intéressants mais beaucoup plus solides et intenses dans le contenu émotionnel ou intellectuel passent inaperçus. Un scandale.

chrisB, 11.02.2013 à 12:53349773
Avec Bouzard, ça doit être un des seuls gars pour qui je guette les albums.

C'est malin, drole, sensible...

Charlie Brown, 11.02.2013 à 12:46349772




J’avais pas trop aimé Les Noceurs, alors je voulais donner une deuxième chance à Brecht Evens, très apprécié sur Bulledair, visiblement...

Eh ben voilà quoi... Même impression avec Les Amateurs qu’avec Les Noceurs. C’est graphiquement intéressant, mais le sujet, ou plutôt le traitement du sujet m’emmerde un peu. Plus encore, ce sont les personnages qui m’emmerdent. Comme dans Les Noceurs, je ne les supporte pas. Je suppose que c’est le but recherché par Brecht Evens, nous rendre ses personnages insupportables, antipathiques et inintéressants au possible, nous faire sentir une certaine vacuité. Et je suppose donc que ces deux albums sont réussis, en ce sens. Mais j’accroche pas vraiment. Je me fous de leurs histoires. N’était la forme, je ne ferais plus l’effort de lire ses albums...

longg, 27.03.2011 à 18:28337429
Ah tiens, moi je note 4 ou coup de coeur, le reste je m'abstiens.

effer, 27.03.2011 à 16:03337423
Je ne note pas par rapport aux autres, mais uniquement selon mon impression personnelle.
Par contre je ne note pas ce qui me semble être de la bouse, car ce n'est que mon avis et que cela plaît sans doute à d'autres.
Donc je ne descends jamais un album.

lanjingling, 27.03.2011 à 0:46337416
Mael :
Glotz :
Charlie Brow :
Sans déconner, il vous arrive vraiment de "bullenoter" en fonction des autres, pour faire baisser ou monter une moyenne et pas seulement en fonction de vos ressentis de lectures ?

Bien entendu. Quand j'ouvre un livre, j'ai généralement un horizon d'attente lié à ce que les autres lecteurs en ont pensé, qui importe dans mon ressenti final (surtout en cas de déception d'ailleurs, plus fréquentes que les heureuses surprises). Si je trouve l'ouvrage surfait, je le sous-note un peu pour signifier mon incompréhension, si je le trouve injustement méconnu, je veux le défendre et donc le surnote.


C'est un peu l'idée aussi. Dans la majorité des cas je note pour ce que je pense mais s'il y a eu un battage pour le livre et que ça me tombe des mains (comme Rosalie Blum) je veux bien marquer cette interrogation. Et l'inverse quand je veux défendre un titre. 70% du temps (waw la statistique totalement hasardeuse) le livre je le note pour ce qu'il est car les gens n'en parlent pas de cas livres. Mais quand on me dit pendant 5 mois "lis ça c'est génial" et qu'une fait nan forcément je veux le marquer parce que ça à influé sur ma déception, si on ne m'avait rien dit ça m'aurait peut-être juste indifféré alors que là je suis déçu, ce qui est nettement plus cruel. Parfois je me retrouve à bien noté des bouquins mineurs juste parce que je ne m'attendais à rien et que, du coup, je suis content que ce soit bien.

proposition: pouvoir indiquer si une note est relative (r)ou absolue (a)

Mael, 26.03.2011 à 22:57337415
Glotz :
Charlie Brow :
Sans déconner, il vous arrive vraiment de "bullenoter" en fonction des autres, pour faire baisser ou monter une moyenne et pas seulement en fonction de vos ressentis de lectures ?

Bien entendu. Quand j'ouvre un livre, j'ai généralement un horizon d'attente lié à ce que les autres lecteurs en ont pensé, qui importe dans mon ressenti final (surtout en cas de déception d'ailleurs, plus fréquentes que les heureuses surprises). Si je trouve l'ouvrage surfait, je le sous-note un peu pour signifier mon incompréhension, si je le trouve injustement méconnu, je veux le défendre et donc le surnote.


C'est un peu l'idée aussi. Dans la majorité des cas je note pour ce que je pense mais s'il y a eu un battage pour le livre et que ça me tombe des mains (comme Rosalie Blum) je veux bien marquer cette interrogation. Et l'inverse quand je veux défendre un titre. 70% du temps (waw la statistique totalement hasardeuse) le livre je le note pour ce qu'il est car les gens n'en parlent pas de cas livres. Mais quand on me dit pendant 5 mois "lis ça c'est génial" et qu'une fait nan forcément je veux le marquer parce que ça à influé sur ma déception, si on ne m'avait rien dit ça m'aurait peut-être juste indifféré alors que là je suis déçu, ce qui est nettement plus cruel. Parfois je me retrouve à bien noté des bouquins mineurs juste parce que je ne m'attendais à rien et que, du coup, je suis content que ce soit bien.

e m, 26.03.2011 à 22:22337413
Charlie Brown :
Du coup, si vous êtes une majorité à faire la même chose, les bullenotes, ça veut plus trop rien dire en fait... (Si ça a jamais voulu dire quelque chose...)

C'est bien les bullenotes. Je les consulte souvent pour les albums qui m'interessent mais que je ne suis pas sûr d’apprécier. Ça permet de se faire une petite idée.

Thierry :
[...]même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.

Tiens moi aussi. Je viens de relire Zetman #1, ça passe de 4 à 1 (et j'ai hésité avec le 0).
Mais j'assume toujours pleinement toutes mes bullenotes, même pour les bouquins que je suis le seul à aimer. 8)

lanjingling :
oui, a ce propos ce serait pas mal qu'une date accompagne chaque note (et chaque chronique, tant qu'a faire)

Bonne idée.
Ça permettrait de resituer un peu certaines chroniques.
(ça fait un moment que j'attends les dates pour les bullenotes)

*-*-*
Note pour plus tard :
ne plus se fier aux bullenotes de lanjingling et Mael qui font n'importe quoi 8)

-*-*-
(rien à voir, mais avec firefox 4 je peux redimensionner la fenêtre où je rédige mon message. Enfin une grande fenêtre pratique !)

Charlie Brown, 26.03.2011 à 21:07337411
Du coup, si vous êtes une majorité à faire la même chose, les bullenotes, ça veut plus trop rien dire en fait... (Si ça a jamais voulu dire quelque chose...)

Glotz, 26.03.2011 à 13:18337401
Charlie Brow :
Sans déconner, il vous arrive vraiment de "bullenoter" en fonction des autres, pour faire baisser ou monter une moyenne et pas seulement en fonction de vos ressentis de lectures ?

Bien entendu. Quand j'ouvre un livre, j'ai généralement un horizon d'attente lié à ce que les autres lecteurs en ont pensé, qui importe dans mon ressenti final (surtout en cas de déception d'ailleurs, plus fréquentes que les heureuses surprises). Si je trouve l'ouvrage surfait, je le sous-note un peu pour signifier mon incompréhension, si je le trouve injustement méconnu, je veux le défendre et donc le surnote.

ingweil, 25.03.2011 à 18:17337390
Charlie Brown :
Sans déconner, il vous arrive vraiment de "bullenoter" en fonction des autres, pour faire baisser ou monter une moyenne et pas seulement en fonction de vos ressentis de lectures ?
Ça me scie à la base.

Moi ça m'est arrivé de mettre des bullenotes pour qu'elles ne fassent pas évoluer la moyenne. C'est sûr que ça ne sert vraiment à rien. C'est mon côté consensuel mou.

lanjingling, 25.03.2011 à 16:24337387
Charlie Brown :
Thierry :
je suis d'une rigueur très janséniste lorsque je bullenote, même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.


Rassure-toi, tu en as encore. :o)

(Bon, OK, j'arrête avec Besson.)
a mon sens, tu fais bien , parce que Thierry a ete extremement bienveillant jusqu'ici, mais il lui serait aussi extremement facile
Charlie Brown :

Il a quand même fait quelques bons trucs, Sardou.
de retomber dans ses travers passes tels que
Thierry :
certaines méchancetés gratuites
:o)

Thierry, 25.03.2011 à 15:22337381
je te rassure, par souci de cohérence éthique et parce que je ne veux pas priver certains de la joie de me renvoyer dans la figure mes errements passés, je ne compte pas supprimer de chroniques du site. Mais indiquer les dates de rédaction pourrait être éclairant et dédouanant dans certains cas particuliers, comme quand je manquais du plus élémentaire discernement sur ça (non que je renie complètement, mais mon échelle de valeur a suffisamment évolué pour reconsidérer les qualités réelles de cette série au demeurant pas immonde).
Il y a aussi les cas ou mon karma risque de me poursuivre pour certaines méchancetés gratuites comme ici, ou et je ne vous parle même pas de
ça

Charlie Brown, 25.03.2011 à 15:21337380
Thierry :
je suis d'une rigueur très janséniste lorsque je bullenote, même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.


Rassure-toi, tu en as encore. :o)

(Bon, OK, j'arrête avec Besson.)

lanjingling, 25.03.2011 à 14:04337378
Thierry :
lanjingling :
Thierry :
je suis d'une rigueur très janséniste lorsque je bullenote, même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.
oui, a ce propos ce serait pas mal qu'une date accompagne chaque note (et chaque chronique, tant qu'a faire)

au moins les chroniques, il y en a que je n'assume plus (mais je pourrais les supprimer purement et simplement)
ha non, ca ne serait pas gentil envers les passionnes de bullarcheologie

Thierry, 25.03.2011 à 13:58337377
lanjingling :
Thierry :
je suis d'une rigueur très janséniste lorsque je bullenote, même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.
oui, a ce propos ce serait pas mal qu'une date accompagne chaque note (et chaque chronique, tant qu'a faire)

au moins les chroniques, il y en a que je n'assume plus (mais je pourrais les supprimer purement et simplement)

lanjingling, 25.03.2011 à 13:42337374
Thierry :
je suis d'une rigueur très janséniste lorsque je bullenote, même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.
oui, a ce propos ce serait pas mal qu'une date accompagne chaque note (et chaque chronique, tant qu'a faire)

Thierry, 25.03.2011 à 13:35337373
je suis d'une rigueur très janséniste lorsque je bullenote, même si je dois confesser en revoyant mes notes avec le recul des années que j'avais parfois de sacrés gouts de merde.

Pages : 1 - 2 - 3

retour forum

bordure
coin bordure coin