créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par sylvain Ricard
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure MonoChat
J'ai feuilleté le dernier Petit Vampire ; ça m'a limite donné envie de pleurer de voir ce que Sfar est devenu (j'exagère pas, c'était une sensation corporelle , une espèce de soubresaut , de frisson, un truc comme ça).
Aba Sourdi
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Ruppert et Mulot, le duo flingueur.

Bandes Dessinées : auteurs, séries, et toutes ces sortes de choses... ]


retour forum
Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5

ibnalrabin, 22.01.2009 à 19:23317757
Y a des pages qui merdent mais dans l'ensemble c'est absolument grandiose, cette maison close. Kiloffer et Imius sont incrédibles (et on voit des auteurs tous nus).

abasourdi, 22.01.2009 à 17:15317752
Ah ben en fait y'a certaines pages qui marchent et d'autres qui buguent. En tout cas ça vaut le coup, y'a du beau monde ! :)

(et Frantico assume enfin d'être Trondheim, ou l'inverse)

abasourdi, 22.01.2009 à 17:03317751
Le "strip" encore ça va, mais j'ai cliqué sur une demoiselle et là par contre j'ai vraiment pas eu la patience, alors que ça doit valoir le coup... :(

effer, 22.01.2009 à 16:01317747
Un loooonnng strip qui déforme la fenêtre de mon navigateur, c'est sans doute pour cela que c'est lent à charger!
;-)

abasourdi, 22.01.2009 à 14:48317745
J'espère que y'aura un bouquin du coup...

abasourdi, 22.01.2009 à 14:46317743
jmmelo :
La suite de leur maison close

C'est chez moi ou tout est hyper lent à charger ?

Gantois, 22.01.2009 à 13:31317739
ils devraient en faire un bouquin, serait-ce prévu...?

jmmelo, 22.01.2009 à 12:18317735
La suite de leur maison close

NDZ, 07.11.2008 à 9:26315017
Apparemment la page que j'avais liée n'existe plus... dommage, on avait un bon moment de rigolade gratos (à la manière des bras de fer). J'aurais dû la sauver, m$*+!

Ah, bah maintenant elle est dans un pop-up qui s'ouvre de la page d'accueil du festival : http://www.bdangouleme.com/

:))

kayoo83, 06.11.2008 à 23:37315010
Celui-là devrait marcher

SydN, 06.11.2008 à 20:54315000
ton lien ne marche plus apparement ^^

NDZ, 06.11.2008 à 15:03314991
Lucas Taieb :
Et on peut lire ça dans les dernières Nouvelles de l'Hydre : "Ruppert & Mulot auront une place d'honneur dans l'exposition Dupuy & Berberian" (à Angoulême). Tout le monde les aime, les deux lascars !


'tain, personne ne me dit jamais rien dès que ça parle un peu de la chose... c'est que je suis trop p'tit ? c'est ça ?!

Gantois, 25.10.2008 à 21:00314606
Tiens, j'avais jamais vu cette page


Lucas Taieb, 02.10.2008 à 14:52313469
Tiens, le lien ne fonctionne pas, je le remets pour les flemmards : http://www.succursale.org/championnat/

vma, 02.10.2008 à 12:54313463
Suite du championnat de bras de fer sur le site de Ruppert et Mulot. C'est encore un fois très bon.
http://www.succursale.org/championnat/

Seccotine, 24.09.2008 à 12:31313066
Ruppert et Mulot "exposés" à Beaubourg lire l'article ici

Lucas Taieb, 21.09.2008 à 13:38312912
Et on peut lire ça dans les dernières Nouvelles de l'Hydre : "Ruppert & Mulot auront une place d'honneur dans l'exposition Dupuy & Berberian" (à Angoulême). Tout le monde les aime, les deux lascars !

Le PBE, 21.09.2008 à 13:33312911
Sol Carrelus en novembre

june, 13.06.2008 à 10:30309705
Allez hop une triplette...

Demain samedi 14 juin, Florent Ruppert et Jérôme Mulot passeront par Besançon pour dédicacer "Le Tricheur", dès 14h45.



Librairie Camponovo
50 Grande Rue 25000 Besançon
Comme d'hab, infos auprès de Thierry, Nico ou Ju au 03.81.65.07.76.

pessoa, 08.06.2008 à 20:19309523
longg :
Gantois :
Quelqu'un peut en parler ?
Je sens que je ne l'aurai pas encore cette semaine


Moins de gros mots, moins de découpage expérimental.
Mais toujours autant de causticité et de sexe, et une intrigue à démêler au fur et à mesure de l'histoire.
Y'a sûrement encore un concept derrière le livre, connaissant ces messieurs, mais il n'est pas mis en avant.
Donc un livre d'une approche plus classique qu'à leur habitude avant et très brillant, comme d'habitude.


Bah, le concept, c'est que chaque scène est présentée deux fois, une fois en cases muettes, une fois en texte (sous la forme d'interrogatoires de police puisque c'est une intrigue policière).
Sinon, il y a toujours autant d'inventivité chez les deux furieux (la représentation des coups de feu, par exemple).

june, 05.06.2008 à 11:33309422
Florent Ruppert et Jérôme Mulot passeront par Besançon pour dédicacer "Le Tricheur", le samedi 14 juin 2008, dès 14h45.



Librairie Camponovo
50 Grande Rue 25000 Besançon
Comme d'hab, infos au 03.81.65.07.76.

Gantois, 04.06.2008 à 21:13309411
merci, 'me reste plus qu'a attendre qu'il arrive à Bruxelles

longg, 04.06.2008 à 18:44309408
Gantois :
Quelqu'un peut en parler ?
Je sens que je ne l'aurai pas encore cette semaine


Moins de gros mots, moins de découpage expérimental.
Mais toujours autant de causticité et de sexe, et une intrigue à démêler au fur et à mesure de l'histoire.
Y'a sûrement encore un concept derrière le livre, connaissant ces messieurs, mais il n'est pas mis en avant.
Donc un livre d'une approche plus classique qu'à leur habitude avant et très brillant, comme d'habitude.

Gantois, 04.06.2008 à 18:23309407
Quelqu'un peut en parler ?
Je sens que je ne l'aurai pas encore cette semaine

effer, 13.03.2008 à 17:49305634
Les phénakistiscopes et de Ruppert et Mulot: ici, je connaissait pas ( non pas le dispositif), mais ceux faits par les deux compères.

lyaze, 12.03.2008 à 20:11305600
Cobalt 60 :

(bonjour Lyaze)

ha euh, bonsoir.


Cobalt 60, 12.03.2008 à 12:24305560
Où l'on reparle des phénakistiscopes et de Ruppert et Mulot.

C'est à la page 234 du catalogue de l'"Enfer de la BNF". Sur la page de droite un exemple de phénakistiscope obscène (on est en Enfer, hein) daté du 19ème siècle. Sur la page de gauche, un commentaire d'un spécialiste bibliothécaire et une conclusion qui nous dit que cette invention a été remise au goût du jour par notre duo flingueur.
Si c'est pas une consécration, ça !

(bonjour Lyaze)

NDZ, 07.03.2008 à 10:25305281
Juste pour dire que la suite du championnat, initialement prévue pour fin février, est reportée à la fin mars.

kayoo83, 29.01.2008 à 10:22303026
Je rappelle aussi l'adresse : http://www.succursale.org/

kayoo83, 29.01.2008 à 10:18303025
Pour le championnat de bras de fer de Ruppert et Mulot, voici les quelques règles qu'ils m'ont expliqué à Angoulême.

Les tirages au sort sont faits par un site (dont je ne me rappelle plus le nom) de calcul aléatoire fait par des scientifiques.

Un premier tirage au sort est fait pour connaître les matchs (qui rencontre qui).

Ensuite pour chaque match, 2 tirages au sort sont faits :
- Le premier détermine qui gagne le bras de fer (l'action)
- Le deuxième détermine si le perdant du bras de fer en se rebiffant va gagner le match ou pas.

En ce qui concerne le dessin, les auteurs doivent utiliser le mobilier déssiné par Rupper et Mulot (quelque chose comme 5 vues différentes de table et chaises). Les auteurs font se qu'ils veulent de leur narration du moment qu'ils respectent les tirages au sort, ils peuvent faire intervenir les arbitres.

Les tours suivants ne sont pas encore dessinés et ils n'ont pas encore décidé si cela pourrait être publié (certains y seraient favorables)

En tout cas, je trouve que c'est un exercice tout à fait original et passionant qui peut réconcilier les amateurs d'expérimentation les plus folles avec ceux qui préfèrent la narration simple et efficace.
L'invention du sport oubapien.

lyaze, 25.01.2008 à 17:35302836
Cobalt 60 :
Note perso : pour attirer Lyaze sur bulledair, parler de Rupert et Mulot.

Beuh ? Mais pourquoi tu veux m'attirer sur Bulledair ? C'est quoi c't'embrouille ?

Cobalt 60, 25.01.2008 à 16:58302830
Note perso : pour attirer Lyaze sur bulledair, parler de Rupert et Mulot.

lyaze, 25.01.2008 à 16:20302827
lyaze :
frederik peeter :
www.succursale.org

Allez voir en bas de la page.
Un peu de sport ne fait jamais de mal. (je ne dis pas ça pour monsieur Besson...)

Dire que j'ai failli louper ça à cause du bug !

Moi je suis pour Sébastien Lumineau ! Allez Seb !!

marclizano, 25.04.2007 à 18:59284227
et on a le droit de mettre un "s" à lecteur", surtout au pluriel si je me rappelle bien ;)

marclizano, 25.04.2007 à 18:58284226
juste un message pour vous signaler la participation du duo dans les page de (l'excellent) nouveau journal de judith et marinette, qui sort cette année tous les mois. ce "fanzine" de haute tenue est un indispensable pour les lecteur qui font preuve d'un peu de curiosité (on a pu y découvrir imius, jeanjean ou tofépi par exemple). les autres peuvent aller acheter l'intégrale de ric hochet…

NDZ, 25.04.2007 à 16:00284191
Cobalt 60 :
figurant chez Max Pecas ou Claude Zidi. J'ai bon ?


Oui

Cobalt 60, 25.04.2007 à 15:43284190
Nan, son métier c'est de loucher sur commande, donc ça doit être clown ou un truc dans le genre figurant chez Max Pecas ou Claude Zidi. J'ai bon ?

Pierre, 23.04.2007 à 20:47284021
NDZ :

NB : aucun problème pour voir la 3D - pas peu fier - en même temps c'est un peu mon métier alors...


Tu serais donc ophtalmo ? Ce n'est pas ce que tu nous avais dit pourtant ...

NDZ, 23.04.2007 à 15:20283995




Ai rattrapé mon retard en branchitude. C'est pas du tout politiquement correct.

Le premier vaut par son incorrectitude : pêle-mêle, ça traite (hum) de racisme, d'homophobie, de la guerre, du colonialisme, de l'armée et de la marine, de la voile et de la vapeur, Tintin en prend plein les reins (indirectement mais clairement à mon avis). On croit parfois saturer, on pense presque qu'ils vont trop loin, que c'est plus drôle poussé à ce point. Et puis non. C'est toujours drôle. Reste qu'il faut une dose hallucinante de second degré et de réflexion pour ne pas téléphoner à la LICRA. Mérire presque un macaron pour pas que les électeurs de "la bête", terrassée hier de bien belle manière, prenne cela au sérieux et s'en servent à mauvais escient.

Pour le second, on peut contacter la HALDE ou l'APF, WWF ou bien l'UNICEF. C'est toujours autant de mauvais goût, d'humour super noir au dixième degré. Mais c'est drôle et les expérimentations graphiques de celui-ci surpassent la perf du précédent. Chapeau.

NB : aucun problème pour voir la 3D - pas peu fier - en même temps c'est un peu mon métier alors...

david t, 13.04.2007 à 1:41283064
ruppert et mulot sont en tournée dédicaces au québec au cours des prochains jours:

* les 14 et 15 avril à la galerie rouje (à québec) dans le cadre de l'OFFiciel, nouveau volet "alternatif" du festival de BD de québec

* puis le 17 avril chez fichtre! à montréal.

faut pas manquer ça!

lanjingling, 12.04.2007 à 6:58282958
souze :

On y apprend entre autre que l'idee de faire Gogo Club vient des Gogo Bars Thailandais (ou les filles font de multiples exploits avec leurs vagins)

encore une victime du duo flingueur:

One blog in Bangkok has envoy red-faced

Jocelyn Gecker

Thursday, April 12, 2007

A British diplomat in Thailand has learned that writing a blog can open the door to some very undiplomatic exchanges - on delicate subjects such as his outings in Bangkok's famed red-light districts.
Ian Proud, who heads the British Embassy's political division, accepted an offer to become an honorary blogger this week on the Web site of the Thai English- language newspaper The Nation.

The idea was proposed to him by the newspaper's editor, Tulsathit Tuptim, a personal friend who envisioned the blog as a forum in which Proud could discuss his "Thai experiences with British perspective and humor" before ending his four-year tenure in Bangkok next month, according to the blog's introductory message.

What ensued could better be described as a case of a blog gone wild.

"It seemed like a good idea at the time," Proud said Wednesday. "What have I gotten myself into!"

As of midday Wednesday the blog had attracted more than 3,000 viewers and about 100 postings since its start two days earlier.

Proud's picture appeared with the blog, prompting several bloggers to note that they had seen him around town, particularly at Bangkok's red-light districts.

"I recall going to the embassy once and that same night I was down on Cowboy and who did I bump into? Yes, it was Ian," wrote Edwardio Shanks, referring to notorious Soi Cowboy - Cowboy Street - which is packed with go-go bars and Western men on the prowl.

Simon Peltier wrote: "I saw him walking arm-in-arm with a girl that could only be described as `two- dollar whore.' I bet that girl got a visa no problem."

Proud did not deny familiarity with the red-light districts but insisting he did not patronize them on "a regular basis."(1)

"I'm not going to complain that I've never been there.

"But at the same time, the suggestion that I'm some sort of upholder of the sex trade in Bangkok ..." he trailed off. "It's pathetic, frankly."(2)

Postings were not exclusively about Proud's wanderings through Bangkok's nightlife.

Some complained about the consular office's visa section and hurled criticism at British diplomats in general, while others wished Proud well in his future endeavors or urged him to stop blogging to save his pride.


(1)hinhin
(2)hinhin

lanjingling, 04.04.2007 à 7:34282502
Le PBE :
souze :
On y apprend entre autre que l'idee de faire Gogo Club vient des Gogo Bars Thailandais (ou les filles font de multiples exploits avec leurs vagins)

Ca c'est écrit dans le livre et c'est illustré en 4ème de couv (du moins je suppose ;o).

faut-il voir dans le fait que ces filles sont surnommees "coyotte girls" une allusion a blueberry ?

Le PBE, 03.04.2007 à 18:22282471
souze :
On y apprend entre autre que l'idee de faire Gogo Club vient des Gogo Bars Thailandais (ou les filles font de multiples exploits avec leurs vagins)

Ca c'est écrit dans le livre et c'est illustré en 4ème de couv (du moins je suppose ;o).

souze, 03.04.2007 à 17:54282467
Merci Mr_Switch pour le lien de l'emission sur france culture, c'est pas mal du tout.

On y apprend entre autre que l'idee de faire Gogo Club vient des Gogo Bars Thailandais (ou les filles font de multiples exploits avec leurs vagins), ou encore que leur prochain bouquin est deja ecrit et qu'il sera encore a l'association.

Thierry, 02.04.2007 à 9:58282313
Difficile de saisir ce Gogo Club tant Ruppert et Mulot prennent un mailin plaisir a brouiller les cartes. Il me faudra d'ailleurs plus d'une seule lecture pour en saisir toutes les subtilites. Je craignais que R&M se perdent un peu vite dans le trip mechant zoophile scato. Ce Gogo club demontrent que ce n'est absolument pas le cas.
Partant d'une de leur seance de dedicaces-happening dont ils ont le secret, ils castent des comediens pour un petit vaudeville, a priori sans grand interet. mais a y regarder de plus pret, les liens entre "acteurs" et personnages prennent une saveur toute particuliere. Si les personnages de R&M se caraterisent par des visages depourvus de traits, ceux de la pieces sont de plus affubles de masques grotesques, qui, outre la distance qu'ils imposent, semblent devenir un handicap pour les acteurs.
En resulte un telescopage etonnant entre fiction et realite, a condition d'admettre que les "castings", a priori realises lors d'une seance de dedicaces, soient reels. Gogo club releve d'une manipulation totale du lecteur qui ne sait plus a quoi se fier, et en est reduit aux conjectures sur le but reel des auteurs. 'Tain, une BD qui demande a ses lecteurs d'utiliser la masse blanchatre qui flatouille derriere ses orbites pour autre chose que pour avaler la bouillie qu'on trouve de plus en plus sur les etals des libraires-charcutiers, ca fait du bien !

Gantois, 01.04.2007 à 14:05282295
pessoa :
Je ne saurais pas en parler en termes aussi savants que ci-dessous, mais Ruppert et Mulot poursuivent leur travail de euh... de recherche et développement.
R&M avaient auparavant travaillé sur la forme (machin-truc-scopes, dialogues en langage des signes...), ils innovent ici plutôt sur le fond avec cette espèce de bédé-réalité et d'anti-dédicace... le bouquin s'entortille entre trois niveaux de réalité : la réalité (la séance de dédicace), la fiction (l'histoire de la deuxième partie) et le niveau intermédiaire (celui des "acteurs" du vaudeville) qui fait l'articulation des deux. Fascinant.

(après relecture, mon texte est incompréhensible. C'est très bien.)


Bien résumé !
Je suis tout à fait d’accord

pessoa, 31.03.2007 à 23:25282285
Je ne saurais pas en parler en termes aussi savants que ci-dessous, mais Ruppert et Mulot poursuivent leur travail de euh... de recherche et développement.
R&M avaient auparavant travaillé sur la forme (machin-truc-scopes, dialogues en langage des signes...), ils innovent ici plutôt sur le fond avec cette espèce de bédé-réalité et d'anti-dédicace... le bouquin s'entortille entre trois niveaux de réalité : la réalité (la séance de dédicace), la fiction (l'histoire de la deuxième partie) et le niveau intermédiaire (celui des "acteurs" du vaudeville) qui fait l'articulation des deux. Fascinant.

(après relecture, mon texte est incompréhensible. C'est très bien.)

Dieu, 31.03.2007 à 19:35282280
longg :
Dieu :
Et je ne vois pas ce qu'il y a d'ennivrant à ne pas comprendre. C'est juste frustrant voire vexant.


Si tu savais :) Pour moi les histoires vraiment réussies sont celles qui mènent le lecteur par le bout du nez, le plongent dans une atmosphère particulière et où la perception de l'histoire prend le dessus sur la compréhension du scénario lui-même.
C'est très dur à réussir, il ne suffit pas de raconter juste n'importe quoi sinon ça ne marche pas (avec moi). En même temps, il n'y a pas beaucoup d'histoires que je trouve vraiment réussies, en général.


OK. Pendant la lecture c'est vrai. Mais une fois le livre fini j'aime bien comprendre le sens de l'oeuvre.

longg, 31.03.2007 à 15:55282279
Dieu :
Et je ne vois pas ce qu'il y a d'ennivrant à ne pas comprendre. C'est juste frustrant voire vexant.


Si tu savais :) Pour moi les histoires vraiment réussies sont celles qui mènent le lecteur par le bout du nez, le plongent dans une atmosphère particulière et où la perception de l'histoire prend le dessus sur la compréhension du scénario lui-même.
C'est très dur à réussir, il ne suffit pas de raconter juste n'importe quoi sinon ça ne marche pas (avec moi). En même temps, il n'y a pas beaucoup d'histoires que je trouve vraiment réussies, en général.

Dieu, 31.03.2007 à 15:34282278
chrisB :
Je vois bien le concept, je reste juste sur ma faim sur la réalisation. J'etais ressorti de ma discussion avec eux avec l'impression de tenir un truc énorme, ce qui pour moi n'est pas le cas.


Si l'écriture de la seconde partie a été faite suite à la première, je trouve dommage qu'ils n'integrent pas des choses "concretes" (des paroles, des gestes spontanés). En revanche, et je me repete, si la seconde n'a pas de liens de causalité avec la première, l'exercice reste anecdotique sur la forme, il y a toujours le concept de fond sous-exploité.


Il y a quand même quelques choses concretes qui ont été repris du casting à la pièce comme la cigarette dans la figure de la danseuse et la démarche du mari alcoolique quand il rentre chez lui.

Mais globalement je reste un peu sur ma faim même si c'est plutôt divertissant. Et je ne vois pas ce qu'il y a d'ennivrant à ne pas comprendre. C'est juste frustrant voire vexant.

Mr_Switch, 30.03.2007 à 23:14282253
Florent Ruppert et Jérôme Mulot dans Le choix des livres, cette aprem', sur France Culture "forcément".

Le PBE, 30.03.2007 à 11:17282191
Je l'ai lu hier soir, trop vite, trop tard et trop pas à jeun mais nénamoins il est pour moi évident que la deuxième partie n'est pas une impro des acteurs. Dans la première partie Ruppert et Mulot "testent" le comportement de chaque candidat sur l'une des scènes (déjà écrites) que ce soit un comportement actif (fais-voir comment tu pisses) ou passif (fais-voir comment tu te fais pisser dessus).

THYUIG, 29.03.2007 à 18:59282162
Moi qui espérais avoir quelques chances, je suis déçu.

lyaze, 29.03.2007 à 18:19282156
THYUIG :
Cobalt et xavier, cessez donc d'importuner ces deux jeunes gens, c'ets l'amour qui commande ne voyez-vous pas ?

Tu veux te joindre à nous Thyuig ?!
Et puis tu sais bien que je n'ai d'yeux que pour Grospatapouf !

THYUIG, 29.03.2007 à 17:40282155
Cobalt et xavier, cessez donc d'importuner ces deux jeunes gens, c'ets l'amour qui commande ne voyez-vous pas ?

lyaze, 29.03.2007 à 17:12282152
Oui le port des masques n'est pas innocent.

Attention spoiler !
En fait, quand le cadavre du clochard est trouvé par la danseuse, son masque est à moitié enlevé, et il tombe complètement quand elle soulève le corps.
Sinon je viens de remarquer que dans la scène entre le mari alcoolique et la danseuse ("choupinette" "youhou"), le masque de la danseuse est lentement repoussé par le mari. Cela la réveille, et en se défendant avec une bouteille en verre, le masque du mari reste un instant bloqué. ( cocasse, non ?)

Et j'avais une question qui m'intrigue depuis ma première lecture. Quand la danseuse rentre chez elle, elle passe devant le clochard et va vers la droite de la scène. Quand le mari alcoolique rentre chez lui, même chose, il passe devant le clochard et va vers la droite. Par contre, quand la danseuse (avec le clochard dans les bras) conduit le policier chez elle pour lui montrer quelquechose ils partent vers la gauche de la scène. Cela ne doit pas être fortuit, et je n'en ai pas l'explication pour l'instant.

chrisB, 29.03.2007 à 17:11282151
Je vois bien le concept, je reste juste sur ma faim sur la réalisation. J'etais ressorti de ma discussion avec eux avec l'impression de tenir un truc énorme, ce qui pour moi n'est pas le cas.


Si l'écriture de la seconde partie a été faite suite à la première, je trouve dommage qu'ils n'integrent pas des choses "concretes" (des paroles, des gestes spontanés). En revanche, et je me repete, si la seconde n'a pas de liens de causalité avec la première, l'exercice reste anecdotique sur la forme, il y a toujours le concept de fond sous-exploité.

Xavier, 29.03.2007 à 16:50282149
lyaze :
Ils passent du statut de lecteur (réalité), à celui de candidat (premier niveau de fiction) et pour finir les candidats sélectionnés deviennent les personnages de la pièce, avec les masques (second niveau de fiction).


L'utilisation des masques est d'ailleurs intéressante, en cela qu'elle occulte complètement l'humanité des acteurs. Chaque fois qu'ils sont pris d'un mouvement humain (fumer une cigarette, boire, vomir), le masque est soulevé.
(Je n'ai pas le bouquin sous la main, mais je me demande si le policier ne soulève pas le masque du clochard pour constater sa mort)
Ce qui trouble un peu plus la limite entre théâtre et réalité, entre personnages et leurs doubles -- comme c'est le cas dans leur système de dédicace, où des situations violentes que l'on suppose fictives sont apposées à la réalité de la silhouette du dédicacé et son état civil/signature.
Bref, le tout joue encore joyeusement sur ce malaise qui ressort du brouillage de ces limites lorsque l'on touche à des sujets extrêmes.

lyaze, 29.03.2007 à 16:37282146
Alors, dès mon premier avis argumenté sur ce livre, je me positionne en disant que les 2 parties sont bien liées.
Les acteurs de la seconde partie sont ceux qui ont réussi à passer le casting de la première.

Je recite Menu qui fait la préface : "Avec "Gogo Club" Ruppert et Mulot font plus que de confronter autobiographie et fiction, ils parviennent rien de moins qu'à amener de la réalité en puissance dans une bande dessinée de papier. Euh...c'est un livre super...et pas cher"

Pour moi Ruppert et Mulot mêlent la réalité (une vraie dédicace/performance) et la fiction (un vaudeville joué par des personnages fictifs).
Cette pièce de théâtre a peut être été imaginé après le casting, les candidats ont peut être été choisi au hasard, la trame de la seconde partie est peut être issue de ce choix aléatoire. Je ne sais pas quel a été le processus de création de ce livre par Ruppert et Mulot, auteurs de BD, par contre, ce que je fais, (et c'est le cas pour leurs autres livres...et heureusement), c'est que je différencie les auteurs de leurs avatars de papiers.
Pour moi le contenu de ce livre veut nous montrer un processus de casting, une sélection d'acteurs sur la base de critères précis que nous découvrons avec la "vision" de la pièce de théâtre.

Lors de la première partie, les candidats sont de simples lecteurs (ou amateurs, ou curieux qui passaient par là etc. mais je garde "lecteur" pour ma démonstration). Avec le simple "pouvoir de création" de Ruppert et Mulot, ces lecteurs deviennent doublement acteurs dans la seconde partie. Ces lecteurs entrent dans la fiction. Ils passent du statut de lecteur (réalité), à celui de candidat (premier niveau de fiction) et pour finir les candidats sélectionnés deviennent les personnages de la pièce, avec les masques (second niveau de fiction).

Bref Ruppert et Mulot réussissent un tour de force que j'ai rarement vue en BD, en tout cas rien ne me vient à l'esprit pour l'instant.
Cette manipulation du réel et de la fiction est mené avec talent.
Je me trompe peut être et je serai curieuse de discuter de leurs intentions avec eux. Mais à la lueur de leurs oeuvres précédentes, où ce duo d'auteur se représentaient déjà en duo fictif dans des situations absurdes, je pense qu'il faut chercher vers la piste de la "manipulation".

chrisB, 29.03.2007 à 15:52282137
Aucune malice dans mes posts, si je creuse le truc c'est que je ne veux pas etre passé à coté d'un truc énorme que je n'aurais pas saisi.


Pour moi la seconde partie en tant que telle est banale, sympa mais sans plus, une bonne petite histoire quasi muette.

Meme si la contrainte ne fait pas tout, et ne justifie pas de donner plus de crédit à une oeuvre sur cette seule base, le coté exercice de style peut apporter un plus.
C'est en ce sens que je questionne les liens entre les 2 parties.


En clair pour ma première interrogation : "qu'apporte la première partie aux auteurs ?", l'histoire qu'ils nous présente ensuite aurait t-elle pu se faire sans les castings ?

lyaze, 29.03.2007 à 15:43282136
chrisB :
Tu veux dire (Porter quand tu nous tiens) que la seconde partie indépendante de la première ? en gros qu'elle n'avait pas besoin d'elle ? (ni des candidats, ni de leur impro)


Tu n'es pas clair là, répondre à une question par une autre question ce n'est pas très dur.

Je n'ai jamais dit que les 2 parties étaient indépendantes. Je pense juste que les acteurs ne font pas de l'impro. Quand un film est tourné, les acteurs ne font pas forcement de l'impro, pourtant il y a très souvent un casting en amont. Le réalisateur est celui qui contrôle presque tout, ou qui a de toute façon une vision globale de l'oeuvre.
Je compare donc Ruppert et Mulot à ce genre de cinéastes.
(et je ne dis pas que l'impro ce n'est pas bien, je constate juste que ce n'est pas forcement le mode de fonctionnent pricipal dans un jeu d'acteur)

Et donc je répète :

lyaze :
chrisB :
Pour moi, le texte de la seconde partie est issu d'une improvisation des candidats (sinon cet histoire n'a vraiment qu'un tres faible interet).

Ah ? Qu'est ce qui te fait penser ça ? (j'ai peut être loupé un truc ?)
Et pourquoi dans le cas contraire cela serai d'un très faible intérêt ?

chrisB, 29.03.2007 à 15:27282130
Tu veux dire (Porter quand tu nous tiens) que la seconde partie indépendante de la première ? en gros qu'elle n'avait pas besoin d'elle ? (ni des candidats, ni de leur impro)

lyaze, 29.03.2007 à 15:20282127
chrisB :
Pour moi, le texte de la seconde partie est issu d'une improvisation des candidats (sinon cet histoire n'a vraiment qu'un tres faible interet).

Ah ? Qu'est ce qui te fait penser ça ? (j'ai peut être loupé un truc ?)
Et pourquoi dans le cas contraire cela serai d'un très faible intérêt ?

Pour moi la non improvisation de la pièce de théâtre, issue donc de l'imagination des auteurs montre justement une des forces de ce livre. Ruppert et Mulot sont les seuls maîtres à bord, ils contrôlent tout, nous manipulent à souhait. Ils sélectionnent d'abord les acteurs et montent leur pièce de théâtre avec les personnages qui en deviennent en quelque sorte leurs marionnettes. D'ailleurs tout les acteurs portent d'affreuses grosses têtes masquant leur véritable visage. Ils ne perdent cet accessoire que dans des situations assez violentes (coup de feu, nausée, gifle, mort...) Pourquoi à ce moment là ? je ne sais pas vraiment... Peut être parcequ'à ce moment là les acteurs jouent des émotions qui vont au delà du simple jeu de marionnette, et que ce sont des émotions qui touchent plus profondément l'être ? (à creuser...)
J'imagine que rien n'est laissé au hasard, Ruppert et Mulot doivent sûrement maîtriser à fond leur histoire. Ils sont les créateurs de cette oeuvre, ils en sont omnipotents...

lyaze, 29.03.2007 à 14:51282124
Cobalt 60 :

Tu es sûre que tu es à jeun, là ?

Gnagnagna, j'ai vu ma faute ensuite...(et comme il n'y a pas d'édit ici...)

Conclusion : Je conseille de le lire !!!

PS : pour ma défense, j'ai une méchante sinusite. :p
(et puis tu foires aussi les citations à ce que je vois ;)

chrisB, 29.03.2007 à 14:50282123
Pour moi, le texte de la seconde partie est issu d'une improvisation des candidats (sinon cet histoire n'a vraiment qu'un tres faible interet).

1-casting-partie 1
2-choix des 5 rôles (pas montré)
3-improvisation de l'histoire (pas montré)
4-compte rendu de l'histoire-partie 2

C'est la partie 3 qui me manque, du coup je vois mal la portée de l'impro, ce qu'elle apporte en plus.

Cobalt 60, 29.03.2007 à 14:42282121
Une seule lecture suffit (je conseil juste de le lire à jeun en fait ;)
(oups je me suis un peu plantée dans la citation ci dessous)[/citer]

Tu es sûre que tu es à jeun, là ?

lyaze, 29.03.2007 à 14:38282120
longg :
Cobalt 60 :
Nan, mais là longg, t'es pas sympa. Tu laisse la pauvre Liaze se démener toute seule pour comprendre Gogo Club et tu viens fanfaronner après genre "la la lère, ben moi j'avais tout compris". C'est pas charitable, ça voyons.Tu mériterais d'être casté par les deux flingueurs.


Hin hin! Je dis que "j'avais tout compris" mais en fait j'avais saisi que la seconde partie résultait directement de la première, ça c'est pas très sorcier de comprendre que des gens sont "castés" puis doivent "jouer" à des personnages d'un drame dans ce livre.
Après dès qu'on cherche à creuser cette idée et à comprendre plus en détail on s'y perd c'est sûr. Mais c'est ça que je trouve génial, c'est d'accepter de ne pas tout contrôler dans une lecture, c'est assez eninvrant et vertigineux. Bon bref, coup de coeur donc !

Ben voilà, on est vraiment d'accord !!
Une seule lecture suffit (je conseil juste de le lire à jeun en fait ;)
(oups je me suis un peu plantée dans la citation ci dessous)

lyaze, 29.03.2007 à 14:35282119
Cobalt 60 :
longg :


Voilà, c'est pour ça que ce livre est un coup de coeur pour moi :)


Nan, mais là longg, t'es pas sympa. Tu laisse la pauvre Liaze se démener toute seule pour comprendre Gogo Club et tu viens fanfaronner après genre "la la lère, ben moi j'avais tout compris". C'est pas charitable, ça voyons.Tu mériterais d'être casté par les deux flingueurs.


Bah, c'est pas très grave, car en fin de compte ce n'est pas du tout un livre compliqué ! ;)
Donc un conseil : lisez le comme il se doit, sans prise de tête, mais avec un minimum d'attention.
Mais n'oubliez pas que c'est juste une Mimolette, ça vaut le coup de le relire pour en saisir toutes les subtilités.

longg, 29.03.2007 à 14:34282118
Cobalt 60 :
Nan, mais là longg, t'es pas sympa. Tu laisse la pauvre Liaze se démener toute seule pour comprendre Gogo Club et tu viens fanfaronner après genre "la la lère, ben moi j'avais tout compris". C'est pas charitable, ça voyons.Tu mériterais d'être casté par les deux flingueurs.


Hin hin! Je dis que "j'avais tout compris" mais en fait j'avais saisi que la seconde partie résultait directement de la première, ça c'est pas très sorcier de comprendre que des gens sont "castés" puis doivent "jouer" à des personnages d'un drame dans ce livre.
Après dès qu'on cherche à creuser cette idée et à comprendre plus en détail on s'y perd c'est sûr. Mais c'est ça que je trouve génial, c'est d'accepter de ne pas tout contrôler dans une lecture, c'est assez eninvrant et vertigineux. Bon bref, coup de coeur donc !

lyaze, 29.03.2007 à 14:26282116
chrisB :
Mais de mémoire "l'obtention" du texte de la seconde partie n'est pas montrée dans la première.

Euh...j'ai pas compris ce que tu appelles "l'obtention" du texte ?

Moi, ce que je vois dans la première partie, c'est que les "directeurs de casting" mettent en situation des personnes se présentant à ce casting. Ces postulants connaissent peut être l'intitulé du rôle (le voleur, la danseuse, le clochard, le policier, le mari alcoolique), mais pas forcement le texte qu'il leur faudra connaître ou la nature profonde de leur personnage. Et je pense que selon leur aptitude à réagir à cette situation ( ni bonne, ni mauvaise, car à ce moment là on ne connaît pas les critères recherchés), ils seront sélectionnés, ou non, pour le rôle.
Maintenant j'aimerai bien connaître la réaction de ceux qui ont été évincés (mauvaise foi ? résignation ? humiliation ?) et c'est peut être déjà l'objet de la suite ?!

Pages : 1 - 2 - 3 - 4 - 5

retour forum

bordure
coin bordure coin