créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Charlie
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Coacho
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

Bone
Dessin et scénario : Smith Jeff

Cycle 1, terminé


Volume 1 - 1995

Volume 2 - 1996

Volume 3 - 1996

Volume 4 - 1997
Cycle 2, terminé


Volume 5 - 1998

Volume 6 - 1998

Volume 7 - 1999

Volume 8 - 2000
Cycle 3, terminé


Volume 9 - 2002

Volume 10 - 2003

Volume 11 - 2005
Hors-série


Volume 1 - 2000

Volume 2 - 2003


Sur le web

  • Sujet sur Bone [forum]
  • Boneville, site officiel de Bone 
  •  

    4 avis


    petitboulet
    Bone est un ovni, un monument dans le monde de plus en plus vaste et de plus en plus n'importe quoitiste de la bd Héroic Fantasy, une oeuvre majeure, originale, drôle, sombre et passionnante à la fois.

    Le premier cycle de la saga Bone, qui en comptera 3, relate l'arrivée de 3 créatures pour le moins étranges, les Bone de Boneville, blancs, ronds, avec un gros nez, petits... enfin des archétypes d'anti-héros. Le premier est Fone Bone, gentil, un peu naif, courageux quand il le faut. Le second, Phoncibble P.Bone ou Phoney Bone, est un arriviste, un escroc incorrigible, vénal et sans beaucoup de scrupules. Le troisième, Smiley Bone, porte un chapeau et fume le cigare, ne quitte jamais son air rigolard, semble s'amuser de tout. Il a l'air d'un crétin fini. Cette joyeuse équipe de cousins (eh oui ils sont cousins) va semer le désordre complet dans la vallée où ils vont attérir après avoir été chassés de Boneville...

    Ce premier cycle est une véritable introduction au monde de Bone, un premier pas dans cet univers vaste et complexe, dominé par le rêve. Jeff Smith nous croque d'admirables personnages, hauts en couleurs, caractériels, grincheux, prompts à s'emporter... Bref des personnages qui vont nous révéler toute leur profondeur au fil des tomes. Les 4 premiers tomes de la série sont placés sous le signe de l'humour, un humour totalement délirant et aussi réussi dans les gags visuels que dans le purement narratif. Il faut voir le côté apocalyptique de la course de vaches dans le tome 2, apothéose de burlesque et de ridicule. Bref du côté de l'humour, pari complètement réussi.

    Mais Bone ce n'est pas que de l'humour, c'est aussi une histoire plus sombre, plus adulte, une quête complexe comme on en a rarement vu en BD, qui va amener les Bone à révéler leurs ressources cachées et leur âme.

    Le dessin de Bone est très particulier, alternant le très simple et arrondi (les Bone, les bébés animaux) et le plus réaliste (thorn, Lucius). Un mélange des genres qui passe parfaitement et qui donne du charme à la série, au même titre que le mélange Héroic-Fantasy/humour du scénario. Et puis Bone est en noir et blanc, et c'est ce qui fait sa grande force, tout en sobriété et en efficacité, le dessin de Jeff Smith nous marque beaucoup plus que s'il avait été délayé par la couleur.

    Un cycle et une série qui va marquer longtemps les esprits et l'Heroic-Fantasy en BD, cachez vous, clones de Conan le Barbare et de Lanfeust, Bone déboule !

    petitboulet
    Après un premier cycle drôle, frais et léger, les 4 tomes suivants de la saga Bone s'avèrent beaucoup plus sérieux et sombres, sans pour autant délaisser l'humour.

    Après les révélations de la fin du 4e tome, la vie des Bone, de Thorn et de tous les habitants de la vallée va amorcer un grand tournant et se présenter comme une série beaucoup plus sérieuse, complexe et passionnante. Passionnante parce que Jeff Smith se révèle aussi à l'aise pour l'humour que pour le moins drôle, son dessin si particulier retranscrit aussi bien les frasques de Phoney Bone (seul élément comique restant avec Smiley Bone, mais quel élément!), que la bataille entre kingdok et Rose, alternant les cases où le noir domine totalement, où l'on a presque une sensation de claustrophobie, entouré de tout ce noir, et des planches lumineuses, donnant une impression de soulagement, une respiration nécessaire aux albums.

    On l'aura compris ce deuxième cycle est aussi indispensable que le premier, parce que Jeff Smith a su se renouveler, partir dans une direction à risque sans se brûler les ailes , et même a réussi à enfoncer la plupart des production actuelles sans beaucoup d'efforts. Bone est LA série Héroic Fantasy du moment, celle qui apporte une vraie fraicheur, un vrai dynamisme au genre, qui le dépoussière et le casse parfois pour mieux le plier aux formes originales de la saga Bone.


    pierig
    Voila, les 8 premiers tomes de lus ! En fait, je lis assez peu les comics, sans doute trop habitué au format et au style "européen". Quoi qu'il en soit, "Bone" est une agréable surprise. Le style de Smith peut se résumer très simplement : un graphisme épuré avec une ligne claire et précise mise en valeur par un encrage soigné. Le dessin est simple mais très bien maîtrisé et terriblement efficace. "Bone" est une série atypique où Smith a su créer un monde riche et cohérent, proche du conte. La force de ce comics réside dans la galerie de portraits "hauts en couleurs". Déjà avec les 3 cousins Bone : Fone candide mais courageux, Phoney margoulin et arnaqueur et Smiley nonchalant et plaisantin. On a également la jeune Thorn bien sûr et l'énigmatique Mamie Ben, sans compter les nombreux personnages secondaires qui ont leur importance (Ted, les possums, ...).

    D'habitude, un sentiment de frustration envahit le lecteur lorsque le dénouement d'une histoire tarde à venir. Ici, ce n'est pas le cas. On prend vraiment plaisir à suivre les péripéties des cousins bones qui croisent souvent le chemin des rats-garous bêtes et méchants... Le comportement de ces rats-garous me font curieusement penser aux films des "Monty Python" réputés pour leurs dialogues savoureux ! Pour ces passages, la VO doit être à se tordre de rire ! . . .

    L'humour est bien présent dans les 3 premiers tomes où les méchants sont là mais semblent peu menaçants. Avec le 4ème, un tournant est pris, le ton est plus grave... le danger s'approche et Mamie Ben (Rose) en dévoile un peu plus sur le passé de sa petite fille Thorn. Le suspens est soutenu pendant les deux tomes suivants (5 et 6) puis la tention retombe avec le tome 7 où l'humour des premiers tomes se fait à nouveau présent. Enfin, le tome 8 est l'album de toutes les révélations et clot d'une belle manière le deuxième cycle.

    Bref, je n'ai que quelques mots à rajouter : Stupides, stupides rats-garous !

    NB : Juste une petite question, d'où Smiley peut-il bien sortir tous ses cigares ?

    Nepenthes
    Bone, un pur moment de plaisir à lire et à déguster de longues heures durant.
    Pour ma part, je l'ai découvert dans sa version intégrale en anglais (1332 pages); après une petite phase d'adaptation, on se fait très rapidement au vocable anglo-saxon, même si le langage est très parlé, y compris au niveau orthographe, ce qui prouve quand même la puissance du récit.
    AU niveau dessin, c'est un véritable plaisir. Jeff Smith maîtrise son trait que ce soit dans la simplicité (famille Bone, un peu Disney, simple mais très expressive) ou dans le dessin quasi réaliste (en allant des animaux aux personnages humains). Le noir et blanc sied tout à fait à cet univers où l'épaisseur variable du trait donne toute son épaisseur aux personnages.
    Pour ce qui est du scénario, le trait y colle très bien, les trois personnages Bone sont d'une grande richesse, qui apparaît progressivement, oscillant selon les uns et les autres de la naïveté bonhomme et sympathique (Fone Bone) à l'opportunisme vénal (Phoney Bone) en passant par la naïveté servile et gentille (Smiley Bone) ; mais chaque protagoniste dépasse la simplicité apparente de ces traits de caractère principaux. Tout ceci concourt à donner une saga - une épopée ?- aux personnages secondaires très étoffés et passionnants. Les rebondissements se succèdent sans effets inutiles, dans une atmosphère qui se met en place très insidieusement ; on se laisse porter et de loin en loin on ne peut s'empêcher de penser un peu à l'univers et l'histoire fouillée du Seigneur des Anneaux.
    Un de mes plus importants chocs de lecture ces dernières années, que je place très haut dans mon panthéon : du bonheur de lecture tout à fait parfait.
    bordure
    coin bordure coin