créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par Coacho
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

interview

accueil interview

L'agence Barbare - Interview Marko et Olier par cubik

Première interview, proposée par cubik, il s'agit de celle de Marko et Olier, respectivement dessinateur et scénariste chez Bamboo de

(sujet sur le forum)



  • Bonjour. Tout d'abord pourriez-vous vous présenter un peu? Quel est votre parcours? Comment êtes-vous arrivés à la bd?

    Olier: J'ai commencé par enseigner l'histoire et la géographie à des élèves à peine plus âgés que moi... Dès que j'ai eu l'occasion de lâcher l'Education Nationale pour mon rêve d'enfance, la BD, j'ai sauté dessus ! Engagé dans la structure des toutes jeunes éditions Le Téméraire, j'ai été scénariste de BD régionales puis nationales pendant 8 ans et directeur de collection pendant trois mois. J'ai surtout appris ce qu'il ne fallait pas faire si on veut survivre dans le monde impitoyable des petits mickeys. A la fermeture de cette boîte d'édition, je suis devenu auteur free-lance et, peu de temps après, j'ai rencontré Marko... Le reste, c'est de l'Histoire...

    Marko: Je ferai bref en résumant un parcours axé autour d'un seul but : "vivre de mon dessin"... Décision prise à 12 ans et j'aurai attendu mes 21 ans pour ouvrir mon premier atelier dessin dans une assocation culturelle au coeur du pays basque ... Pour en arriver là, je suis passé, au lycée, par une section lettres et arts... plus arts que lettres d'ailleurs ! Les beaux-arts de Pau que je quitterai en plein milieu pour travailler sur Paris dans le dessin animé... Depuis je suis comme mon poto Olier auteur à mon compte et aux compte des autres!


  • Comment vous êtes-vous rencontrés, malgré la distance géographique qui vous sépare?

    O: On s'est rencontré sur le net. On fréquentait tous les deux un site de musique dont le webmaster (coucou, Olivier !) nous a mis en contact. Marko était à la recherche d'un scénariste pour un personnage qui venait de jaillir de son crayon, Ian Bernar, et moi, j'avais plein d'histoires à raconter mais il me manquait une "âme soeur graphique" pour les accoucher... Pendant plus d'un an, on a travaillé ensemble sur divers projets sans se voir...

    M: J'étais embarqué depuis plus de 3 ans dans le bus KEBAWE ( KE pour Quebec, BA pour Basque et WE pour sWEden ) et nous naviguions gaiement tous ensemble sur les autoroutes de l'information avec Hans, Allan, le Dok et Olivier ... Olier faisait de l'autostop. Il a sauté dans le bus. Et depuis on se quitte plus ! Comme le dit Olier, nous avons travaillé sans se voir sur plusieurs projets. Il faut dire aussi que je n'ai jamais rencontré ni Olivier, ni Allan ni Hans et nous travaillons ensemble depuis plus de 3 ans. www.kebawe.com est notre portail et www.agencebarbare.com est un exemple de travail commun. L'album Agence Barbare est dans le même esprit.


  • Est-ce que que "L'Agence Barbare" est votre premier album?

    O: C'est notre premier album publié, mais pas le premier projet sur lequel on a travaillé de concert. On a réalisé pendant près d'un an et demi un strip quotidien pour "Le Journal du Pays Basque", l'histoire d'un personnage loufoque, le Velu, qui exerçait le joyeux métier d'éleveur de mammouths. Plus de 300 strips déjantés attendent maintenant un éditeur courageux pour connaître une suite. Et puis, on a écrit et quasiment complètement dessiné un album ayant pour héros Ian Bernar, un garçon vraiment pas comme les autres, au bord de l'autisme, mais à l'imagination débordante, dans le sens littéral du terme. Cet album, intitulé "Cervelle de Papillon" attend lui aussi un éditeur... On a bon espoir. A part ça, on a travaillé pour de l'édition locale, un spectacle de marionnettes et à plein d'autres projets qui bourgeonnent comme les fleurs au printemps...

    M: Rien a rajouter... Si ce n'est que l'Agence Barbare est surement le premier et pas le dernier projet MarkOlier ;) Ian Bernar fait parti des personnages qui nous rassemblent, et j'espère sincèrement que nous aurons l'occasion d'en parler plus longuement un de ces 4.


  • Comment travaillez-vous ensemble, en étant éloignés comme vous l'êtes?

    O: On utilise beaucoup le mail et le téléphone, pardi ! Jusqu'à présent, on ne s'est vu en vrai que trois fois. Mais on se parle quotidiennement, on s'envoie des planches et des scripts par mail. C'est un peu comme si on travaillait dans la même pièce, même si nos ateliers sont distants de plus de 1000 km...

    M: Je dirai : "à motivé peu importe la distance" et je résumerai tout ! Les ondes passent entre Olier et moi... Alors peu importe les kilomètres, tant que wanamou et fiordnet fonctionnent ! Et peut-être que si ces ondes étaient trop trop proches elles feraient des étincelles... donc !!
    Au niveau du travail, il suffit de bien se coordonner pour les envois des planches, des roughs, des textes, bordéliques s'abstenir ! Puis la distance me permet d'écouter Mon Onc' Serge et Brigitte Fontaine à fond sans déranger Olier.


  • C'est pas frustrant la communication via le web quand vous voulez montrer quelque chose de précis et qui ne passe pas forcement facilement dans les tuyaux, comme par exemple un truc vu dans un film, a la télé, sur une affiche...?

    M: Tu sais l'internet est très riche, et il est assez facile de trouver l'image ou la référence précise. Pour l'instant on a pas eu de problème de ce coté là .... Il nous arrive de coller le combiné de téléphone tout près des enceintes pour faire écouter un morceau de zique !!!!

    O: Comme on a globalement les mêmes références visuelles, ça facilite beaucoup les choses. Marko est plus "films", moi je suis plus "BD". Pour comprendre ce que je dis, il est parfois obligé de faire une petite visite à son libraire. De mon côté, j'essaie de quitter mes bouquins pour regarder des films. C'est dur ! Mais on y travaille...


  • Comment vous partagez vous le travail concrètement: le scénariste fournit-il un story board complet, ou bien laisse libre cours à l'imagination visuelle du dessinateur? les références visuelles sont-elles apportées par les 2 ou par le dessinateur? Idem pour l'écriture, le dessinateur se contente de recevoir le scénario ou vous construisez l'ensemble du scénar à 2?

    O: Pour le premier tome de "l'Agence Barbare", j'ai écrit le script complet de l'histoire avec le découpage planche par planche, case par case. Normal, il fallait un scénario complet et détaillé pour donner à l'éditeur l'envie de nous publier. Mais Marko a amené pas mal de sa vision graphique des choses en remaniant ou en modifiant le découpage, l'agencement ou l'articulation des séquences... Pour le tome 2, on a décidé de fonctionner autrement. Je vais écrire un synopsis puis un scénario moins finalisé, moins détaillé. Marko effectuera le découpage puis je viendrais rajouter le dialogue définitif. On espère ainsi avoir une plus grande "interaction" entre le graphisme et les textes. Mais globalement, même pour le premier volume, l'univers du monde de "L'Agence Barbare" est le résultat d'un mix entre ma vision de départ et l'exubérance graphique de Marko. Il adore ajouter des petits détails dans le fouillis des arrières plans qui sont assez rigolos à dénicher. Par exemple. Je lui ai suggéré deux ou trois fois de rajouter des persos pour faire des clins d'oeil dans les arrières-plans, mais 99,9% du visuel de l'album, du design des personnages à l'architecture des décors, vient de son esprit tortueux ! Il est sympa, il ne finalise jamais rien sans mon accord, mais il m'impressionne tellement par sa maîtrise de la mise en scène qu'il est bien rare que je trouve quelque chose à changer à son dessin... La plupart du temps, c'est lui-même qui se force à retravailler telle ou telle séquence parce qu'il la juge imparfaite. Marko est un grand malade...

    M: Malade depuis trop longtemps. Et c'est pas le remède Olier qui va le soigner ;)... En général j'aime être cadré dans mon travail, mais c'est pour mieux m'en échapper. Nous allons tenter un nouveau mode de travail entre nous. On verra ce que ça donne.
    Ce que j'aime dans le travail de la BD c'est la création de l'ossature d'une planche, chercher le lien entre les cases, définir la lecture subliminale d'une planche. Qu'Olier me donne la ligne directrice narrative, je me charge de coller le rythme des cases et je laisse affiner les dialogues ! il faut que ça devienne un véritable ping-pong.
    L'héroic fantasy laisse beaucoup de liberté pour les décors et les costumes... On fait un gros mélange, on secoue bien, on met le doigt sur le goulot,on laisse passer la pression.et on voit se que ça donne ! J'ai eu à travailler des sujets historiques, la recherche ne me dérange pas, je suis pas un grand rat de bibliothèque mais je suis plutôt fainéant :Vive le Net !!!!!!! C'est une formidable banque d'images !
    Même si j'aime mettre des détails en arrière plan j'essaye au maximum de créer un "bordel organisé". Et par exemple si je laisse traîner un poisson rouge, je ne pourrais pas m'empêcher de mettre la flaque d'eau, le bocal brisé, la table duquel il est tombé, la balle qui l'a cogné, la vitre par laquelle la balle est passée et derrière tout au fond le gamin qui se fait tirer les oreilles par le concierge...
    En gros et pour finir il me semble que c'est intéressant que chacun de nous deux lâche de la bride, dans le scénario et dans le dessin. Le regard extérieur de l'un et de l'autre est important.



  • Quels sont vos inspirations et influences, aussi bien graphiques que narratives, ou pour le contenu de votre album?

    O: En ce qui me concerne, "L'Agence" trouve son inspiration dans mes lectures de jeunesse, surtout "Le Seigneur des Anneaux" de Tolkien, ainsi que dans le comics d'héroïc fantasy (Conan le Barbare, Tellos...) ou les mix entre super-héros et séries policières qui fleurissent en ce moment outre-Atlantique (Top Ten, Powers...). En ce qui concerne le franco-belge, je suis un fan absolu de la série "Donjon" de Sfar et Trondheim, et donc, il y a un peu de loufoquerie dans "L'Agence" qui vient de là, aussi...

    M: Graphiquement je pompe de partout... Je suis une éponge graphique , un gros buvard d'encre. Je laisse aux gens le soin de définir mes influences. Je parlerai des mes inspirations. Je suis en travail parallèlement à L'agence Barbare sur "Gartxot ", une BD qui sortira début décembre 2003, avec un autre style graphique, un autre rythme. J'ai donc jonglé de l'une à l'autre BD. J'avoue avoir travaillé au jour le jour sur les deux projets, plus qu'en suivant une quelconque inspiration. C'est ce qui peut donner ce coté foufou des ambiances et des personnages de AB. On retrouve certains clins d'oeil dans ce tome. Et je te jure que des fois je m'en balancais foutrement de l'inspiration tellement je me battais avec les difficultés purement graphiques !
    Inspiration qui va au-dela du graphisme : Moebius.


  • Est-ce que vous pouvez présenter un peu "L'agence barbare"?

    O: "L'Agence Barbare", c'est l'histoire d'un commissariat implanté au beau milieu d'une ville d'héroïc fantasy. Les Agents doivent mener des enquêtes criminelles au milieu d'une population comprenant des fées, des elfes, des magiciens, des dragons, des morts-vivants, entre autres. Leur tâche n'est pas facile, mais ils s'en sortent parce que dans leurs rangs, il y a aussi des créatures bizarres, des demi-dieux, des cyclopes octopodes, des filles avec des bras de golem... Dans la première aventure, un tueur énigmatique s'en prend à des agents et les élimine un par un. Drago, le "héros" et son nouvel équipier Jason Brisemür, se lancent à sa poursuite mais les événements semblent vite les dépasser... Le dénouement de l'affaire se déroulera dans le second tome.


  • Sur les persos de l'Agence Barbare, comme c'est souvent le cas dans les séries humoristiques, vous utilisez quelques clichés comme le dieu nordique surpuissant, le petit génie, l'ancien ténébreux et la nouvelle recrue pleine de promesses. En même temps, vous les maltraitez bien, vu que le dieu nordique a l'air d'avoir le QI d'une cuillère à soupe, le petit génie est un nain capable de dépecer un orc, l'ancien ténébreux n'a aucune capacité spéciale contrairement à ses partenaires et la jeune recrue a l'air plus que naif.
    Bon, tout ça pour dire que vous torturez un peu les clichés habituels, alors c'était une volonté d'essayer d'éviter les clichés ou c'était vraiment une envie de les tordre dans tous les sens?


    M: Question fort pertinente, s'il en est ! :)
    Avec un sujet comme celui traité dans AB, et avec la profusion des films, romans, BD qui utilisent le même univers, il est assez facile de tomber dans les clichés. Je laisserai commenter Olier sur le coté scénaristique et sur le concept même de AB, je me refugierai de nouveau derrière mon crayon ! ( oui, Olier, je peux le faire, oui, j'te dis ! :)
    Si je peux éviter de faire un "barbare, grand musclé, fort et courageux, armé de sa fière épée ancestrale, coiffé du bandeau des rois barbares et chevauchant les plaines orcs du grand désert de la mort", ben... je vais éviter oui.... ça ne m'interresse pas, en fait..... et si d'un autre coté, je peux éviter de le faire "totalement abruti, incapable de distinguer un cactus d'un porc epic, avec la cervelle pas plus évoluée que celle d'un Jean-Pascal de la Star Academy"... je vais éviter aussi... ce qui m'attire et qui déclenchera quelque chose de pétillant ce sera de faire un mixte de ces deux formules et d'y rajouter un schmilblik perso de plus..... Ensuite c'est vraiment l'échange de nos deux univers propres (celui d'Olier et le mien) qui font les perso de AB. J'aime bien mener mes recherches vers un "maxi" (vestimentaire, de caractére, corporelle etc...) puis revenir et faire des réglages . Comme une espèce de ressort que l'on tend au maximum et qu'on relâche... soit il reprend sa forme initiale (ce qui est fort triste, ma foi ;( ) soit il se retrouve totalement deformé (ce qui est nettement mieux :))) ) voilà, assez parlé!!! à toi mon gars Olier !

    O: Ben... Les deux, mon général ! Dans l'Agence, on a essayé de partir d'un truc dans lequel les fans d'héroïc fantasy et de jeux de rôles se sentent à l'aise, en terrain connu. Donc, on a dû utiliser des clichés pour créer un environnement familier. Mais, comme on ne veut pas rester dans les sentiers battus, on a décidé de tordre un peu ces clichés pour délirer juste ce qu'il faut. Dans les tomes suivants, on retrouvera sûrement des personnages ou des situations familières à tous ceux qui adorent le médiéval-fantastique, mais on espère que les lecteurs pourront se dire : "Ah ouais, vu sous cet angle, ça déchire grave aussi... J'y avais pas pensé !". C'est un peu comme dans "Authority" : les personnages d'Appolo et The Midnighter sont des clones très nets de Superman et Batman. Mais dans "Authority", ils sont homosexuels et en couple... et ça change tout! Chez nous, Angus Mc Dagda peut faire penser au Thor de chez Marvel, mais dans notre histoire il a le cerveau inversement proportionnel à la musculature... ce qui fait qu'il est aussi fûté qu'un dentifrice à l'ail... et t'as pas encore vu sa môman!


  • Est-ce que vous lisez des bd? Plutôt quels genres?

    O: Oui, bien sûr qu'on en lit, sinon, on n'en ferait pas ! Pour ma part, je lis tout ce qui me tombe sous la main et dont le visuel m'intéresse. J'ai quand même un faible pour le travail d'auteurs comme Alan Moore, Neil Gaiman, André Juillard, Lewis Trondheim, Joann Sfar, Kevin Smith, Manu Larcenet, Jack Kirby... Mes deux BD-cultes d'enfances étaient Rahan et Blueberry. Elles gardent une place spéciale dans mon coeur.

    M: Aie ! je vais jouer les troubles fêtes!!!! Je lis trés peu de BD! A mon grand tort diraient certains !!! houuuuu honte sur moi . Peut-être est ce par là un moyen de me présever des influences? ce doit être aussi une grosse part de fainéantise! :)... Par contre une rangée entière de ma bibliothèque est consacrée aux auteurs, même si de certains, je ne possède aucune BD. "L'envers du Décor" de Loisel, "les Animeleries" de Solé les "extras" de Mézières sont en ce moment sur ma table de chevet., ainsi qu'un bon vieux Stephen King ..... J'aime à me réfugier dans de bons vieux classiques : Fred et F'murr par exemple. J'ai plaisir a relire Comès, Munoz et Sampayo mais par contre je n'ai jamais réussi à dépasser la 3ème page d'un album de Jacobs et reste encore hermétique aux univers mystico-politiques de Bilal. De Crecy me ravit toujours autant et Goossens est un roi, et Crumb une bombe...
    Je reste par contre les yeux ouverts et suis prêt à faire de belles découvertes... même si, comme le plus souvent, je suis le dernier à les faire :)


  • L'album sort quand?

    M: Mise en place pour le début mai... première semaine... normalement !!!!!

    O: Aglagla !


  • Est-ce que vous êtes impatients ou anxieux pour la sortie de votre album?

    O: Non, tu penses... On est sereins comme tout ! On grille clope sur clope, on bouffe frénétiquement des pains-bananes à longueur de journée, on tape continuellement sur le chat et on s'engueule avec nos femmes, mais on n'est pas anxieux pour deux sous! Bon... Pour l'instant, on a de bons échos, mais personne à part nous et notre éditeur (coucou Olivier aussi! ) n'a vu l'album terminé... Alors on redoute le moment ou l'objet commencera à circuler et à être commenté... Et si on s'était trompé ? Et si tout cela avait réellement de l'importance ?

    M: Le principal est aussi de se dire que nous avons essayé de donner le maximum de nous.. même si on peut donner encore plus sur le prochain album. On attend... On attend...... mais je te jure que j'ai tendance a trouver le mois qui arrive aussi long qu'une année !!!!!!!!


  • Est-ce que vous profiterez au moins des dédicaces pour vous voir en vrai? Ou Olier est trop anxieux vis à vis de la réaction des lecteurs pour ça?


    M: C'est prévu oui...... sur www.agencebarbare.com vous serez tenu au courant de tout!

    O: Anxieux? Moi? Je serais anxieux? Ahlala, ce qu'il faut pas entendre! euh... où j'ai mis mon Prozac, moi?...


  • Et enfin, quels sont vos projets après la sortie de l'album?

    O: Ben, on se met au tome 2, tiens! Et puis, on a encore une floppée de projets à divers niveaux d'avancement qu'il faut finaliser puis essayer de faire éditer... Tant qu'on s'amuse, nous on continue, qu'est-ce que tu crois! Jusqu'à maintenant, on faisait surtout ça pour le fun, alors si on commence à gagner des sous... Y'a plus de limites!

    M: On a pas commencé hier... c'est pas demain qu'on va s'arrêter :)


  • Olier, je vois sur Kebawe que tu dessines aussi. Tu as des projets bd en tant que dessinateur?

    O: Rien au niveau national pour l'instant... Mais je mettrais quelques gribouillages sur le site de l'Agence qui, du coup, deviendront des collectors instantanés.


  • Vous qui passez beauocup de temps connectés, est-ce dans vos projets d'essayer de développer une bd en ligne? Un exemple pour illustrer ce dont je parle, une bd spéciale Web des frères Jouvray, les auteurs de Lincoln. (http://www.supershoes.com.fr/)

    M: L'idée est là, oui... mais le manque de temps a fait que ça reste quelque-part dans nos disques durs. Et un beau jour je découvre http://www.bd-magelis.org/... Je me suis jeté dessus avec Olier et nous avons travaillé sur le sujet en mettant en ligne une aventure de "Ian Bernar", des strips de "brelock". Magelis propose de créer des aventures BD en ligne en permettant à diverses personnes de venir dessiner son strip ... L'idée est super, et une équipe travaille dessus. C'est bien que tu me donnes l'occasion de faire un appel général pour rameuter des troupes vers ce site, pour qu'il prenne de l'ampleur... Le velu à d'ailleurs été choisi comme mascotte pour ce site! Que cela soit sur Magélis ou ailleurs l'idée d'une interactivité est très alléchante!!!

    O: Pour être francs, on a une idée dans ce genre-là sur le feu... Mais tant qu'on a pas de feux vert des instances dirigeantes, c'est motus... Désolé! Si ça se fait, vous serez les premiers à l'apprendre sur www.agencebarbare.com



Merci à vous 2.


Interview réalisée par mails entre le 21/04/2003 et le 24/04/2003




Images Copyright © Marko et Olier - Bamboo 2003



accueil interview

bordure
coin bordure coin