créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Bulles d'Or
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par CoeurDePat
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

focus

accueil focus

Ayako - Tome 1
Réalisé par CoeurDePat et MR_Claude


Ce focus est consacré à Ayako, nouvelle série chez Delcourt, prévue en trois volumes et écrite par Ozamu Tezuka, souvent considéré comme le Dieu du manga, du moins son père spirituel. Les oeuvres en français de Tezuka, sont soit difficiles à trouver (rééditions chaotiques,...), soit arrêtées en route, et bien souvent les gens peuvent hésiter devant l'ampleur des différentes oeuvres (8 gros volumes pour Bouddha, 11 pour Phénix...). Ce sujet est donc l'occasion pour nous d'essayer de guider un peu dans cette ample production, et la sortie d'une nouvelle série semble pouvoir être le moment ou jamais pour se lancer!
Ayako se présente comme une histoire d'espionnage dans un contexte réaliste. En 1949, Jirô Tengé est un ancien prisonnier de guerre, travaillant maintenant pour les forces d'occupation américaines. Il retrouve sa famille: son père, ancien grand propriétaire terrien, dépossédé par les réformes agraires, régnant comme un tyran sur sa famille, son frère Ichiro, ne songeant qu' à hériter de son père, sa soeur Naoko, jeune fille apparemment sans histoires, son jeune frère Chiro, brillant et lucide, et découvre la dernière venue dans la famille, Ayako, fillette de 4 ans dont la naissance fait partie de ces secrets de famille inavouables... Le travail de Jirô Tengé pour l'état-major du General HeadQuarters va faire exploser le peu qui restait de lien familial, dans une époque trouble de l'histoire japonaise, l'immédiat après-guerre.

Alors, pourquoi avons-nous choisi, parmi la production manga de plus en plus diversifiée, de nous intéreser à une nouvelle oeuvre de Tezuka?

Tout d'abord parce que, même si le nom de Tezuka fait toujours figure de référence, que beaucoup en ont entendu parler, moins nombreux sont ceux qui ont franchi le pas, devant une oeuvre plutôt imposante. On espère ainsi simplement donner envie de le découvrir, au travers d'une oeuvre dont la publication débute, et qui sera finie en trois tomes.
Et surtout, parce qu'à nos yeux, Tezuka reste un auteur quasi indispensable:


  • Biographie succinte:
    Osamu Tezuka est né le 3 novembre 1928, à Toyonaka (Osaka).
    Inspiré par la collection de mangas de son père, marqué fortement par le théâtre Takarazuka (un genre d'opérette), le petit Osamu dessine déjà sur les bancs de l'école primaire (c'est une façon de parler). L'autre grande influence sera l'achat par son père d'un projecteur de films.
    En 1943 il accomplit son service militaire. Une mycose mal soignée faillit le priver de ses deux bras (thème que l'on retrouvera en particulier dans "Le Phénix"), et il n'est sauvé que par la compétence d'un médecin militaire, qui lui inspirera une grande admiration (et peut-être bien plus tard le personnage de "Black Jack") et lui donnera l'envie de faire des études de médecine. Il entrera à l'université de médecine à seulement 16 ans.
    Il cumule alors ses études, son travail pour le soutien de l'effort de guerre, dessine à chaque fois qu'il le peut... et prend l'habitude de dormir quatre heures par nuit.
    A 17 ans il devient rédacteur permanent dans un quotidien dans lequel il publie sa première oeuvre professionnelle, Le journal de Ma. Son premier grand succès, La nouvelle île au trésor, fait fureur au Japon.
    Travailleur acharné, la liste de ses publications est d'une longueur impressionnante. Il introduit dans le manga un style extrêmement novateur, influencé par Disney, le cinéma, et le théâtre de sa jeunesse. Il adapte des procédés, en particulier cinématographiques (zoom, perspectives novatrices, composition de certaines scènes, découpages originaux, théâtralité...) et révolutionne le manga. C'est également lui qui établit les codes du shôjo (manga déstiné à un public de jeunes filles).
    Son oeuvre se distingue également par la présence de thèmes durs, violences, tortures, mutilations, souffrances physiques et morales, traités avec une volonté poussée de réalisme (rappelons qu'il a une formation de médecin) qui surprend et détonne par rapport à son dessin très rond et enfantin.
    Son travail en matière de films d'animation est tout aussi impressionnant, mais le connaissant à peine, je n'en parlerai pas (voir lien en fin de dossier).
    L'ensemble de son oeuvre laisse transparaître un traitement très adulte de ses histoires. Tezuka réfute complètement le manichéisme, ses personnages ont une véritable vie propre et vivent leurs choix, qui sont bien loin des stéréotypes auxquels on peut être habitué. Ils surprennent donc, déstabilisent, et ce n'est qu'en s'accrochant un peu que l'on découvre l'incroyable richesse et la profondeur des thèmes traités, des personnalités montrées, du graphisme utilisé, de la composition des scènes...
    Il ne cessera de dessiner jusqu'au 9 février 1989.
    Biographie très détaillée sur www.mad-movies.com.

  • Le dessin de Tezuka.
    C'est à première vue ce qui peut sembler le "point faible" de Tezuka. Un dessin simple, un peu daté, souvent exagéré. Mais chez Tezuka, le dessin est bien souvent "utile", fonctionnel, il sert l'histoire sans se mettre en avant, et on l'oublie très vite. Ses personnages semblent esquissés en un seul trait continu, et même peu fouillés, ils n'en restent pas moins harmonieux (ses personnages féminins notamment). Ses décors sont a contrario souvent très travaillés, très fins, et souvent impressionants.
    Pour autant, ses albums proposent différents niveaux de lecture. Ils sont parsemés de nombreux petits "gags", dessins extrêmement caricaturaux qui surgissent là où on ne les attend pas, personnages ou objets complètement anachroniques, ou encore de Tezuka lui-même qui se met en scène de façon souvent ironique et pas toujours flatteuse. Tezuka aime à dessiner de série en série les mêmes caricatures de méchant, à se dessiner lui-même comme intervenant dans ses propres histoires. Il crée ainsi des personnages identifiables au premier coup d'oeil, le méchant est un méchant, cela se voit, ce qui ne l'empêche pas d'avoir une personnalité complexe.
    Tezuka est également un inventeur, un défricheur, on peut trouver au détour d'une page des recherches, presque des exercices de style que ne renieraient pas forcément certains adeptes actuels des expérimentations graphiques.

    Au final, on a là un dessin, qui non content d'avoir imposé un style reconnaissable et longtemps influent, est bien moins simpliste qu'il n'y paraît.



    Exemples tirés de Phénix #2 et #1:
         


  • L'humanisme de Tezuka.
    La caractéristique principale de toutes les histoires de Tezuka, est son humanisme, sa foi en l'homme malgré tout. Cela transpire dans toute son oeuvre, quel que soit le thème qu'il aborde. Et sa grande force c'est de ne jamais être manichéen. Ses personnages peuvent être des ordures qui seront punies à la fin, il n'excuse pas mais ne juge pas non plus. Fortement marqué par la Guerre, Tezuka est un pacifiste convaincu, L'Histoire des 3 Adolf, Phénix, Bouddha, sont là pour le montrer. Dans ses histoires peuvent se cotoyer les situations les plus sombres, et un humour plutôt potache et bon enfant, sans que cela paraisse déplacé. Les personnages de Tezuka vivent, meurent, aiment, haïssent, et Tezuka semble tous les aimer sans distinction.
    En abordant ses thèmes de prédilection: la guerre, la religion, les rapports humains, Tezuka délivre toujours un message sans concessions mais humaniste, pacifiste, et surtout, toujours juste. Sa force est de ne jamais prendre le lecteur en traître sans non plus sombrer dans le simplisme et le manichéisme. La personnalité des personnages peut se définir en une ligne, selon des clichés récurrents, on sait que tel personnage sera méchant ou pas, mais cela fonctionne, à voir chaque personnage évoluer on comprend que rien n'est gratuit ni simple. De ce point de vue là, Tezuka fait preuve d'une énorme maitrise dans l'écriture, ses univers et personnages sont parmi les plus riches qui soient.
    Dire que malgré ces aspects cruel et humoristique se cache une véritable foi en l'homme ne sert à rien. Il faut vraiment lire "Phénix", "Bouddha" ou encore "L'histoire des 3 Adolf" pour s'en rendre compte.

  • Les oeuvres marquantes de Tezuka en français.
    -L'histoire des trois Adolf est peut-être son oeuvre la plus connue en Europe. Il s'agit d'une de ses dernières réalisations, et peut-être de la plus aboutie. Son histoire et ses dessins sont plus "réalistes", si tant est que cela puisse avoir un sens, chez Tezuka en particulier. Il dessine en 4 tomes les destins croisés de deux jeunes garçons, vivant au Japon, l'un fils de dignitaire allemand, l'autre juif, tous deux prénommés Adolf, à la veille de la deuxième guerre mondiale; et celui de Togué enquêtant sur la mort suspecte de son frère à cause d'un terrible secret concernant Adolf... Hitler. Enquête policière, chronique sociale d'un Japon et d'une Europe en guerre puis en reconstruction, fable humaniste... Cette oeuvre dépasse les genres et les étiquettes. Une oeuvre dont le propos est dur et qui marque longtemps après la lecture.
    Par son sujet, et son traitement, Ayako, semble pouvoir se rapprocher de l'Histoire des trois Adolf.
    -Bouddha: Pour cette oeuvre fleuve, Tezuka a choisi de raconter le bouddhisme, ou plutôt sa vision du bouddhisme. Loin de toute écriture officielle, Tezuka romance à loisir sa version, fait intervenir une galerie de personnages qui s'entrecroisent et dont les destins sont tous mêlés, et ne se prive pas de critiquer tel ou tel aspect du bouddhisme ou des sociétés ainsi décrites. Une oeuvre à part, riche de tout l'univers et l'humanisme de Tezuka.
    -Phénix, l'oiseau de feu: si Bouddha est une oeuvre fleuve, que dire de Phénix? Autour de la légende du Phénix, oiseau immortel qui rend immortel quiconque arrive à boire son sang, Tezuka construit ni plus ni moins qu'un univers entier. De l'histoire de la création du Japon revisitée à des récits de science-fiction digne d'Asimov, tous les thèmes et genres y passent. Chaque tome peut se lire indépendamment, mais il existe de nombreux liens entre eux, formant un tout cohérent (même si Phénix est une oeuvre laissée inachevée).
    -Tezuka a également écrit des nouvelles publiées sous le titre Le cratère, et surtout dans la série Blackjack, série d'histoires courtes mettant en scène BlackJack, "chirurgien de l'impossible", réminiscence certaine des études de médecine de Tezuka. BlackJack est un médecin marron, exerçant dans l'illégalité pour des sommes astronomiques, mais capable de tous les miracles. Tour à tout cynique, humaniste, amoral, éthique, BlackJack est un personnage intéressant dans l'univers de Tezuka.

    Tezuka a encore publié de nombreux autres ouvrages, et de nouveaux titres sont annoncés prochainement, surveillez vos librairies!

Et après lecture...


Images Copyright © Tezuka - Editions Tonkam 2000 et Delcourt 2003

accueil focus

bordure
coin bordure coin