créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Mael


par Rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Paquet

complétez cette fiche
Un Paradis distant
ScénarioAntunes Wander
DessinTaborda Walther
CouleursDuplan Patrice
Année2006
EditeurPaquet
CollectionBlandice
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Rockwell Town n'est pas le paradis pour les gens comme Travis et Ada. Ils ont commis des crimes que les bonnes gens de la ville ne peuvent pardonner. Lui, a été arrêté pour avoir violé la femme de l'un des hommes les plus puissants de la ville, et il ose revenir, après dix longues années passées en prison. Quant à Ada... Eh bien, elle est noire, ce qui n'aide pas! Jusqu'à aujourd'hui elle se contentait d'une vie de misère et d'humiliation, pour éviter les problèmes. Elle est disposée à accepter les règles, parce qu'elle doit prendre soin de son fils. Mais Travis paraît déterminé à défier tous ceux que sa présence gêne, presque aussi effrayant et menaçant que les nuages noirs, annonciateurs de tempête...

 

3 avis

alban
La suite sans vraiment être la suite de Big Bill est mort, mais c’est toujours aussi agréable à lire… enfin agréable n’est pas vraiment le terme adéquat au vu du scénario. Toutefois cet album est à placer sur votre liste d’achat.

L’histoire se déroule toujours à Rockwell Town et nous guide sur les pas d’un côté du fils de Big Bill et de sa mère Ada, et de l’autre de Travis de retour en ville après 10 années passées en prison. Leurs destins se croiseront mais ils vivent dans une société qui les rejette.
J’ai été captivé par l’histoire de ce petit bonhomme dont la vie est parfaitement résumée sur la couverture : il sera seul pour suivre les pas de son père … jusqu’à cet arbre où il fut pendu. Les auteurs nous guident avec talent jusqu’à cette scène poignante où il comprendra que cet arbre dans lequel il joue fut le théâtre du drame du précédent ouvrage.

Par le biais de ces trois acteurs, les auteurs nous présentent habilement leur vision de la vie campagnarde américaine raciste et encrée dans ses certitudes.
Coacho
Voilà une habile suite au « Big Bill est mort » de l’année dernière.
Sur fond de tristesse, Mémé va nous raconter comment après la mort de ses 12 enfants, elle a eu un instant d’espoir, et comment elle s’est sentie revivre avec l’arrivée de son petit-fils, le fils de son Big Bill.
Mais Little Bill n’est pas le seul à revenir à Rockwell Town. En effet, Travis revient après avoir purgé sa peine pour viol (v. tome 1) et veut mettre dans l’ordre dans tout ça.
La chaleur étouffante de ce sud peu accueillant fera de nouveau tourner les têtes et rendra fous les habitants de ce village. On sent le drame monter dans le même rythme que la folie…
Des scènes très fortes, poignantes, mais qui sont malheureusement entrecoupées d’autres scènes beaucoup plus plates qui font que le récit perd tout de même un peu en intensité durant ces 78 pages… Dommage mais tout de même, le fond d’humanisme de ce livre, cette force de croire en la vie, a quelque chose de très prenant…
rohagus
Moi qui croyais qu'il allait me plaire au vu de la couverture, j'ai failli ne pas aimer cette BD à cause du dessin. Je trouve en effet qu'il présente trop de faiblesses techniques. J'apprécie les décors assez géométriques ainsi que les hachures, mais par contre les personnages ne m'ont pas plu. Outre une femme nue que j'ai trouvée très ratée, ce sont les visages des personnages qui me choquent le plus. Je les trouve très figés, trop souvent de pleine face ou de profil, presque incompatibles avec un récit vivant. Leurs expressions faciales ne correspondent souvent pas avec les dialogues ou avec l'action. Certains objets, comme les voitures, m'ont également fait la même impression de ne pas être dans le même plan que les décors, comme ajoutés par dessus.

Mais par contre, j'ai bien accroché au scénario, suffisamment pour en oublier les faiblesses du dessin. Sa trame est assez classique mais efficace et suffisamment dense pour tenir en haleine du début à la fin. Il y a en outre certains passages qui ont su me toucher par leurs émotions, comme tout ce qui tourne autour de cette vieille femme noire qui a perdu ses douze enfants. J'ai trouvé l'ensemble crédible, plaisant et touchant.
Une bonne lecture.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin