créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Pilote
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par alban
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Urban Comics

complétez cette fiche
Private Eye
ScénarioVaughan Brian K.
DessinMartin Marcos
EncreurMartin Marcos
CouleursVicente Muntsa
Année2017
EditeurUrban Comics
CollectionUrban Strips
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Le Cloud a implosé, et avec lui tous les secrets les plus précieux de l'humanité, des trafics les plus illicites aux photos de voyage du citoyen lambda, se sont retrouvés à la portée de tous.
Désormais, nous évoluons masqués, seul moyen de protéger ce qu'il reste de notre intimité. Bienvenue dans une société post-Internet.

 

1 avis

herbv
Le quatrième pouvoir est devenu, en quelque sorte, le premier ! En effet, en ces temps où Internet a disparu suite à une sorte de Big Bang du Cloud, révélant tous les contenus confidentiels, et où l’intimité des personnes prime sur tout le reste, les fonctions de policiers et journalistes ont fusionnées. Un soir, le correspondant adjoint Strunk surprend un individu en train de photographier une célébrité à son domicile sans son consentement. Le crime est d’autant plus grave que cette dernière a enlevé son masque. Il s’ensuit alors une course poursuite sur les toits...

Private Eye est un comics tout d’abord paru entre 2013 et 2014 sur Internet. Sa prépublication avait une caractéristique qui est encore assez peu répandue : pas de version papier (floppies). Qui plus est, les lecteurs pouvaient payer la somme qu’ils voulaient : il n’y avait aucun tarif imposé. Ce mode de financement est d’autant plus rare qu’il émanait d’auteurs à succès, à commencer par son scénariste : Brian K. Vaughan (Y, le dernier homme, Ex Machina, Paper Girls, Saga, etc.) Marcos Martin, le dessinateur, est loin d’être un inconnu de son côté du fait de ses nombreuses productions pour DC et Marvel. Image a ensuite sorti la version TBP qu’Urban Comics a donc publié en version française. Le format à l’italienne de l’ouvrage découle de son origine digitale, étudiée pour les écrans.

Brian K. Vaughan est un auteur efficace et il le prouve une nouvelle fois. Private Eye se lit d’une traite : il n’y a aucun temps mort. Après, comme d’habitude, il faut être prêt à accepter le pitch de départ qui est quand même assez peu crédible et peu développé sur ses conséquences. Il faut aussi accepter le mélange assez peu heureux entre futurisme tout aussi peu plausible (les voitures en sustentation) et certains matériels rétros, là aussi peu vraisemblables (l’appareil photo, le smartphone étrangement accessible aux manipulations du grand-père). Et il ne faut pas rechercher les faiblesses de scénario, il est à craindre qu’on en trouverait trop. Il faut prendre donc l’œuvre comme un simple divertissement ; et ainsi, la lecture passe très bien.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin