créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Sire Halloween
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Glénat

complétez cette fiche
Premier Concert
ScénarioRichaud Frédéric | Makyo
DessinFaure Michel
Année2005
EditeurGlénat
CollectionCaractère
SérieLe Maître de peinture, tome 3
autres tomes1 | 2 | 3
Bullenote [détail]

La Pologne traverse une crise politique qui déchire ses habitants. Les rues de Varsovie s'emplissent de rumeurs et de cris contre le nouveau président élu, tandis que les révolutionnaires sont traqués...
Mais Frédéric Cyprian et le couple Zinguleski traversent bien d'autres abîmes, puisque la douce Eliza, malgré elle, ne peut cacher à son mari son amour naissant pour le jeune peintre. Fuyant le foyer conjugal, on lui découvre un talent qu'elle prend grand soin de cacher. Durant ses absences, Adam, en manque d'inspiration, cherche toujours à percer le talent de Frédéric, les installant ainsi tous deux dans une relation de respect et d'amitié.
Mais la passion s'accommode mal des compromis, et elle s'empare aussi bien des destins du trio amoureux que de celui de leurs proches, l'heure est aux règlements de comptes...

 

1 avis

Indy
Ce troisième opus est encore plus fort que le précédent puisque les relations compliquées entre Frédéric et Adam Zinguleski( par Eliza interposée) prennent un tournant inattendu ( enfin ,pas autant que cela ,à la relecture des précédents volumes).
En 48 pages, Makyo et Richaud réussissent ainsi le pari de faire tournoyer l'histoire de la Pologne, les difficultés d'Adam Zinguleski,le désarroi de Fredéric et le déchirement de son frêre, le prêtre, , sans pour autant occulter l'amitié qui liait le jeune peintre à Nikolas.
Un véritable tour de force mais à aucun moment le lecteur n'est perdu dans ce tourbillon de la vie ou de l'histoire, puisque la peinture rassemble les protagonistes.
On se prend même d'amitié voire de tendresse envers Adam, mari trop vieux, trop violent parfois,trop dépassé peut-être par les événements, mais toujours amoureux de sa femme, lorsqu'il se remet à la peinture. ( il faut croire que le vieux lion n'est pas encore mort).
Le dessin de Faure, reconnaissable entre tous , soutient cette formidable histoire avec brio.
La couverture, comme celle des précédents volumes, invite à la lecture.
Je ne suis pas un grand fan de Faure mais je trouve ( comme le dit Odrade-désolé private joke-)que son trait soutient formidablement le scénario, en occultant souvent les arrières plans (le décor est absent dans de nombreuses cases ), privilégiant ainsi les nombreux personnages tourmentés de cette histoire à l'accent slave.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin