créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Grands Prix
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par bourle
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© La Boîte à Bulles

complétez cette fiche
Luisa ici et là
ScénarioMaurel Carole
DessinMaurel Carole
Année2016
EditeurLa Boîte à Bulles
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

herbv
Luisa a un gros problème : elle n’arrive pas à vivre avec un homme. Après la magie des premiers instants, la routine s’installe ; puis elle se met à étouffer dans cette vie sans passion. Mais Louisa va avoir un encore plus gros problème : une nièce / cousine ou sœur inconnue débarque comme ça, chez elle, pensant retrouver sa tante Aurélia. Sauf que cette dernière est morte depuis des années ; et Luisa a hérité de l’appartement. Cette rencontre improbable, impossible même, va être le début d’une profonde remise en question.

Si Carole Maurel est une jeune auteure de BD dont Luisa, ici et là est le troisième album, elle n’est pas une débutante pour autant. Après des études touchant aux arts graphiques dans les prestigieuses écoles Estienne puis Gobelins entre 2000 à 2005, elle a passé une dizaine d’années à travailler dans l’animation. En parallèle, elle se lance dans la bande dessinée en lançant un blog BD en 2007 puis commence à percer au début des années 2010, notamment en étant éditée dans deux ouvrages collectifs militant pour la cause homosexuelle, Les Chroniques mauves et Projet 17 mai. Sa carrière d’auteure professionnelle démarre réellement en 2013 avec la sortie de Comme chez toi chez KSTR.

Luisa, ici et là développe sur plus de 260 pages deux thématiques qui se rejoindront à la fin du récit : celle des rêves adolescents, principalement sur ce que l’on voudrait être une fois adulte, et celle de l’homophobie ordinaire, la plus insidieuse. Pourtant, le traitement se veut la plupart du temps léger, humoristique. Les dialogues entre les personnages sont très savoureux, même s’ils deviennent de plus en plus graves au fil du récit, jusqu’à la confrontation finale entre Luisa adulte et sa mère, qu'elle fuyait la plupart du temps.

Cette légèreté se retrouve visuellement. Les couleurs sont vives et chaudes, tirant souvent sur les beiges, sans effets Photoshop, ce que l’on aurait pu craindre de la part d’une infographiste. Surtout, cette mise en couleur n’écrase pas le dessin, et met en valeur le graphisme de l’auteure qui est à la fois simple et maîtrisé, tout en restant assez lâché. Avec un trait qui fait penser aussi bien à Bastien Vivès qu’à Frederik Peeters, Carole Maurel réussit à rendre parfaitement la différence d’âge entre les Luisa tout en gardant un air de famille indéniable. Les expressions sont superbement dessinées, avec souvent une petite exagération qui amplifie les effets recherchés par l’auteure. De plus, la lecture est nerveuse, rapide, grâce à une faible densité de cases (5 ou 6, le plus souvent) par planche. Voici donc une auteure des plus prometteuses.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin