créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les Annexes de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par herbv
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© La Cinquième Couche

complétez cette fiche
Judex
DessinL.L. de Mars
Année2015
EditeurLa Cinquième Couche
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

- P7. « De la matrice Judex IV - 32/32, ordre recomposé » , [Récit complet], L.L. de Mars (S)
- P41. « De la matrice Judex VIII - 14/32, ordre recomposé », [Récit complet], Henne William (S)
- P57. « De la matrice Judex III - 32/32, ordre recomposé», [Récit complet], LeGlatin Jérôme (S)
- P91. « De la matrice Judex V - 6/32, ordre recomposé », [Récit complet], L.L. de Mars (S)
- P97. « De la matrice Judex IX - 3[(8x3)+1]/32, ordre recomposé », [Récit complet], Hummel Antoine (S)
- P125. « De la matrice Judex I- 32/32, ordre initial de production », [Récit complet], Christoffel David (S)
- P159. « De la matrice Judex VI - 22/32, ordre recomposé», [Récit complet], de Trogoff C. (S)
- P183. « De la matrice Judex II- 6/32, ordre recomposé », [Récit complet], L.L. de Mars (S)
- P191. « De la matrice Judex IX - 10/32, ordre recomposé », [Récit complet]Löwenthal Xavier (S), d'Ursel Laurent (S)
S : Scénario

 

1 avis

NDZ
Ce qui pourrait sembler n'être seulement qu'un jeu formel, une gymnastique de l'ordre du simple exercice de style, n'en est pas un, n'en est pas une. Du recueil de ces essais, n'ayons pas peur des mots, naît une œuvre singulière qui souligne la spécificité et la beauté de la bande dessinée.

Le principe est simple : des planches muettes constituant une « matrice Judex » sont mises à disposition de qui veut. À charge de ce « qui veut » d'écrire ou de produire quelque chose qui fait sens pour lui, en remplissant des phylactères, en mettant les planches dans l'ordre qui lui plaira... Ce recueil renferme différentes tentatives de triturations de la matrice et conduit à des réflexions méritant pour la plupart le statut de véritables « essais » sur la littérature dessinée.

Alors, il y aura bien entendu du « presque » littéral, mais où subsiste un léger décalage, un glissement à la limite du perceptible : un récit fantastique ou morbide, malsain ou dérangeant qui puise dans la faune et l’étrange des personnages esquissés, de leurs poses, de leurs accoutrements… Ou bien l’on assistera alors au non-moins classique travail sur le décalage entre le ton du texte et l’ambiance procurée par le dessin. Mais parfois on admirera une presque farce, on assistera à un discours sur l’art récréatif dans un décorum gothique ou bien, on goutera le jeu sur le remplissage des blancs : un phylactère peut rester vide chez un utilisateur de la matrice Judex et pas chez un autre. Le non-dessin devient alors également un élément de composition.

Surtout, on a parfois de superbes réécritures de l'image par le texte. Deux textes différents posés sur la même séquence d'images nous fera lire quelque chose de différent, tant au niveau de l'expérience émotionnelle ou intellectuelle de la lecture, qu'au niveau des détails de l'image qui sautent aux yeux ici et pas là. Comme si l'image avait changé du fait que le texte ait changé, lui. On va souvent retourner en arrière pour relire un dessin que l'on n'avait pas perçu de la même manière, dans un autre « essai ». On touche donc bien là à l'articulation essentielle du entre texte-et-image ou entre image-et-texte spécifique à la bande dessinée.

Mais aussi, on a un travail essentiel sur la Bande de bande dessinée, sur la séquence, le récit, le bégaiement, l'ordre chamboulé. Comme on se base ici sur des images « volées » au cinéma – art piégé dans la temporalité de la bobine, du film qui défile –, on insiste encore sur ce qui est une des spécificités de la bande dessinée, qui se lit. Elle. Le rythme, posé par le tempo de la lecture visuelle et textuelle, ne sacrifie pas sa liberté à la linéarité du temps. Les à-coups sont présents, par la redondance des images, par la répétition des planches – par la réécriture ou relecture de ces mêmes planches. Relecture textuelle (les mots changent) ET graphique (l'ordre des planches peut être modifié).

On a donc un livre qui chatouille la bande dessinée dans ce qu'elle EST en tant qu'art mêlant image et texte. Mais qui procure aussi des émotions, provoque des réflexions et produit des visions. Ce que pourrait ou devrait faire toute bande dessinée. Judex ? Un Manifeste.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin