créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par CoeurDePat
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© L'An 2

complétez cette fiche
L'humanité moins un
ScénarioGosselin Thomas
DessinGosselin Thomas
Année2004
EditeurL'An 2
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Quand on est un groupe de six protagonistes, qu’on doit se séparer de l’un de ses membres et que personne ne veut être celui-là, comment choisir qui éliminer ? L’Humanité moins un s’empare de cette situation, la répète et la dissémine dans différents contextes (parmi des écoliers, des chauffards, des travailleurs manuels, des naufragés...), afin d’en développer, non sans ironie, les implications et les conséquences logiques, psychologiques, philosophiques, existentielles.

 

1 avis

briographe
Ils sont six. Ils vont devoir éliminer l'un d'entre eux. Ce n'est ni un jeu, ni une émission de télé-réalité. Le sujet est plus profond et subtil : différents groupes subissent une situation critique les amenant à dénoncer ou désigner l'un des membres, qui sera châtié d'une façon ou l'autre. Comment faire puisque personne n'est volontaire ? Dans l'attente d'un dénouement, chacun pèse et argumente les conséquences d'un aveu ou du silence…

Thomas Gosselin est un jeune auteur de vingt-cinq ans. En 2003, diplôme de l'Ecole supérieure de l'Image d'Angoulême en poche, il choisit de poursuivre sa formation avec des études de philosophie. Cet attrait pour la belle pensée se matérialise dans son album : à l'instar du Julius Corentin Acquefacques de Marc-Antoine Mathieu, L'humanité moins un prête à réfléchir tout en comportant une haute dose d'humour absurde sur un ton pince-sans-rire.

La virtuosité de Gosselin est moins dans son dessin, caricatural mais encore un peu rigide, que dans une narration pleine d'invention (le dénouement de l'enquête policière est une merveille) et surtout dans les dialogues. En particulier, les transitions d'un groupe à l'autre se font de façon brusque, en zappant au beau milieu du discours sans en attendre la fin. Loin d'apporter une rupture, cette technique engendre des dialogues involontaires (mais drôles) entre les groupes, par simple juxtaposition des répliques : "Comme l'a dit le grand Pierre Teilhard de Chardin / Ca suffit comme ça, merci".

Dès la lecture de cet album terminée, on brûle de le faire découvrir à ses amis, pour pouvoir ensuite en discuter avec eux. Oui mais... qui choisir en premier ?
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin