créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par smiley_Bone
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Rackham

complétez cette fiche
Derniers rappels
ScénarioRobinson Alex
DessinRobinson Alex
CouleursNoir et Blanc
Année2006
EditeurRackham
CollectionMorgan
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

Derniers rappels raconte la vie de six personnes, peu de temps avant que leur destin ne se croisent : une rock star légendaire vivant seule, une serveuse au coeur brisé, un faussaire naïf, un fanatique dont la paranoïa enfle au fur et à mesure du récit, une jeune fille à la recherche de son père homosexuel, et une stagiaire dans une maison de disques, qui va devenir la muse de l’artiste. Leur rencontre va se passer dans la violence et le drame.

 

2 avis

stef
On avait déjà remarqué et apprécié le talent d'Alex Robinson avec l'excellent "De mal en pis" qui racontait le parcours d'un dessinateur de bande dessinée.
Avec "Derniers rappels", l'auteur nous offre un nouveau pavé (350 pages) encore plus riche que le précédent.
Au départ on suit le quotidien de 6 personnages qui n'ont aucun lien entre eux. Après une brève introduction dans l'univers de chacun, Alex Robinson égraine dans un angoissant compte à rebours les 49 chapitres qui composent son récit.
Si la numérotation des chapitres est inversée, il n'y a ici aucun jeu avec la chronologie des évènement qui est déroulée sans flashback, de manière totalement linéaire. L'auteur plonge le lecteur dans l'intimité foisonnante de ses personnages dont on situe d'emblée le point d'intersection des trajectoires au chapitre un, c'est à dire à la fin du livre.
Alex Robinson arrive à accrocher le lecteur, à le captiver, pour mieux l'oppresser quand il infléchit son récit vers le drame, l'oppression se faisant de plus en plus forte que le dénouement se rapproche, inexorablement.
En bref, même si on a aimé qu'elle nous malmène, s'extirper de l'implacable mécanique aux articulations bien huilées de "Derniers rappels" nous procure un certain soulagement.
rohagus
J'ai adoré "De mal en pis". C'est donc dans l'espoir d'être autant touché et ravi par "Derniers rappels" que j'ai acheté ce nouvel album au physique et aux planches si similaires. Après lecture, je trouve que c'est un album sympathique, bien foutu, mais je n'ai pas ressenti le même plaisir qu'à la lecture de De mal en pis.

Le dessin d'Alex Robinson est plaisant et fluide. Même si certains de ses personnages ont tendance à se ressembler, j'apprécie beaucoup de lire une histoire dessinée ainsi.
Physiquement et graphiquement, c'est donc un album de qualité, même si je trouve dommage les quelques fautes de syntaxe et oublis de mots qui parsèment les dialogues dans l'édition française.

Quant à l'histoire, à la manière d'un film comme Magnolia, elle va suivre différents personnages qui, à première vue, n'ont rien à voir les uns avec les autres, mais qui vont se croiser peu à peu, et finir par tous se réunir dans une scène finale.
Ces personnages sont véritablement originaux et très différents. Alex Robinson réussit surtout à les rendre très attachants, même les plus détestables d'entre eux (car il y en a de vraiment antipathiques dans le lot).
On suit donc leurs petites aventures du quotidien avec intérêt, histoires d'amour, histoires de familles, histoires de magouilles et d'arnaque, histoire de rock star sur le déclin, histoire d'un sociopathe en pleine crise. Chaque histoire est plaisante, donnant l'envie de savoir la suite à chaque fin de chapitre. Le ton est plus noir et plus adulte que dans De mal en pis. Il est même assez violent et glauque à certains moments.
Cependant, j'ai assez envie de dire "tout ça pour ça" quand on en vient à la scène finale, celle qui doit sublimer les histoires de chacun en un tout. Car même si elle est sympathique et cohérente, cette conclusion ne m'a pas aussi enthousiasmé que je l'aurais aimé.
Et surtout, en refermant ce gros album, je n'ai pas eu du tout le même pincement au coeur que lorsque j'ai refermé De mal en pis. Les personnages ne m'avaient finalement pas tellement touché, leurs histoires m'avaient plu mais sans plus.

Bref, cette BD est pas mal et plaira à ceux qui ont aimé "De mal en pis", mais ce n'est pas un album du même niveau à mes yeux.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin