créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Vote pour Le Grand Prix de Bulledair
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par rohagus


par alban
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© L'Association

complétez cette fiche
Broderies
ScénarioSatrapi Marjane
DessinSatrapi Marjane
CouleursNoir et Blanc
Année2003
EditeurL'Association
CollectionCôtelette
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

2 avis

Catskills
Si Broderies surprend, ce n'est pas tant à cause de son graphisme, très proche de celui de Persépolis, ( même si la mise en page tranche avec celle d'une bande dessinée classique), que grâce à ce qu'il nous donne à voir d'une société très fermée dont nous avons ici (en Occident) une vision souvent caricaturale.

Après le repas, hommes et femmes se retrouvent entre eux, chacun de leur côté.

Cette séparation donne le signal d'un grand déballage de souvenirs et de potins souvent drôles et crus, où des femmes pas si soumises et effacées sous le tchador qu'on pourrait le croire livrent leurs secrets intimes.

Virginité, divorce, amours, amants, mariages forcés, sexualité, duperie des émigrants qui reviennent chercher femme au pays... Tout est abordé avec une liberté et une fraîcheur de ton étonnantes lorsqu'on ne connaît de l'Iran que ce que nous en montrent les reportages télévisés.

Bien sûr, il convient sans doute de relativiser une vision de l'Iran qui est celle de la classe bourgeoise, voire aristocratique, à laquelle appartient la famille de l'auteure et dont le mode de vie était déjà très occidentalisé avant l'avènement de l'Ayatollah Khomeyni.

Reste cependant la forte impression que ces femmes qui se montrent entre elles d'une si grande franchise font, peut-être sans le savoir, acte de résistance. Comme si parler de sexe dans une théocratie islamiste où la femme n'a qu'une autonomie très réduite était en soi un acte militant. Avec la ruse des opprimées, elles trouvent le moyen de se jouer d'un système qui érige la virginité des femmes en un tabou absolu.

On les imaginait confites en dévotions, superstitieuses, prostrées dans la crainte de Dieu et on les découvre énergiques, pleines de vie, transformant le pire des drames (voir l'épisode du mariage forcé de Parvine) en une aventure presque rocambolesque avec un appétit de vivre communicatif.

C'est un très bel hommage que rend Marjane Satrapi à toutes ces femmes qui refusent de se laisser mourir à petit feu sous la répression des ayatollah.
Colombine
Broderies…

Une occupation si féminine, une préoccupation d'un autre temps…

Un récit autour d'une tasse de thé... Quelques femmes racontent leurs rêves, leurs déceptions. Elles évoquent aussi leur attente vis-à-vis de l'âme soeur. Il n'est pas toujours facile d'être un homme face aux propos acerbes de ces dames. Tous ont leur travers. Mais comme elles le reconnaissent, elles aussi ont des torts.

Cependant, on ne peut s'empêcher lorsque ces femmes commencent à nous raconter leur histoire à s'asseoir avec elles et les écouter, puis à vouloir rajouter notre grain de sel.

Marjane Satrapi a réussi encore une fois avec quelques histoires très simples à nous embarquer dans son univers, à nous impliquer, à nous faire réagir. On ne peut s'empêcher en refermant cette BD à se remémorer quelques petites anecdotes, telles que imaginer les dégâts que peut faire une lame de rasoir mal placée...
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin