créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Le Jukebox des Tops
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Mael


par Braquelaire
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Les Humanoïdes Associés

complétez cette fiche
Tome 1
ScénarioSpencer Nick
DessinRossmo Riley
EncrageRossmo Riley
CouleurCsuka Jean-Paul
Année2015
EditeurLes Humanoïdes Associés
SérieBedlam, tome 1
autres tomes1 | 2
Bullenote [détail]

1ère partie, The End of Everything Good (Bedlam #1) [Récit à Suivre - Début]
2ème partie, Everybody Wins (Bedlam #2) [Récit à suivre]
3ème partie, Let Him Have His Fun (Bedlam #3) [Récit à suivre]
4ème partie, If I Started Talking About Religion (Bedlam #4) [Récit à suivre]
5ème partie, Time to Set Our Little Bird Free (Bedlam #5) [Récit à suivre]
6ème partie, Some of Us Got a Little More Lost Than Others (Bedlam #6) [Récit à suivre]

 

1 avis

rohagus
Bedlam est un polar très noir, à l'américaine, traitant de tueurs en série et de folie, tout en s'autorisant une légère touche de fantastique voire de super-héros.

Le pitch est intéressant. Il s'agit de mettre en scène Filmore, un ancien psychopathe connu auparavant sous le nom de Madder Red, qui était plus un massacreur en série qu'un simple tueur tant il a de victimes à son actif (dont beaucoup d'enfants). Alors que tout le public le croit mort, ce dernier réapparait après 10 ans d'une étrange thérapie de choc réalisée par un docteur mystérieux et quasiment surréaliste. Ainsi, il est repenti, a abandonné toute violence et décide sur un coup de tête de venir en aide à la police pour traquer d'autres tueurs en série.

Vous allez me dire que ça ressemble un peu à du déjà-vu, du style de la série Dexter par exemple. Sauf que le fameux Filmore est vraiment dérangé du ciboulot, complètement instable et coupé de la réalité. Et ce n'est pas traité du tout sur le ton de la rigolade mais bien de la folie noire, entrecoupée de fulgurances de génie autistique. Dans ces conditions, vous comprendrez que l'inspectrice qu'il cherche à aider le prenne directement pour le coupable des nouveaux meurtres sur lesquels elle enquête plutôt que pour quelqu'un désireux de lui venir en aide.

C'est très noir, très sordide, mais c'est quand même très bien foutu.
Le personnage de Filmore et sa folie sont finement ciselés, outranciers tout en restant sinistrement réalistes.
La façon dont les événements se déroulent est également crédible : les détails sont souvent durs et violents mais on s'y laisse prendre.
Le graphisme va dans le même sens. Le trait est réaliste et haché. Il s'en dégage une nervosité palpable qui ajoute à l'impression de folie et de noirceur du récit. La colorisation joue aussi le jeu avec des teintes toutes en dégradés de gris violemment ponctuées de tâches de rouge.
Seul le très étrange trio formé par le docteur et les drôles d'infirmières qui vont « guérir » Filmore parait un peu trop exubérant et en décalage avec le réalisme du reste. Leur présence ainsi que celle plus discrète d'un super-héros de type Batman rappellent que nous sommes bien là dans un récit imaginaire. Néanmoins, ce docteur et les motivations de celui qui le dirige dans l'ombre forment le fil rouge d'un mystère qui trouvera, je pense, son explication au second tome.

Une lecture sombre et dure mais qui plaira aux amateurs d'enquêtes mouvementées mais intelligentes sur de sinistres serial killers.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin