créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les derniers ajouts
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Pierre
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Bamboo

complétez cette fiche
Arthur Cravan
ScénarioManini Jack
DessinManini Jack
CouleursManini Jack
Année2018
EditeurBamboo
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

rohagus
Arthur Cravan, voilà un personnage que je ne connaissais pas. Géant de plus de 2 mètres, beau et musclé, il était boxeur et a même été champion de France amateur, sur forfait de son adversaire, ceci dit. C'était aussi un poète et un acerbe critique d'art. Mais c'était encore et surtout un personnage particulièrement fantasque du début du XXe siècle, un artiste à la vie délurée, aimant à se déclarer ancien chevalier d’industrie, marin sur le Pacifique, muletier, charmeur de serpents, neveu d'Oscar Wilde, petit-fils du Chancelier de la Reine d'Angleterre et poète aux cheveux les plus courts. C'était un personnage également parfois surréaliste, pionnier du mouvement Dada, remettant en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques.

Avec un tel personnage et la vie mouvementée qu'il a eue, il n'y avait pas besoin de fiction pour raconter sa vie. C'est ainsi que nous l'offre Jack Manini, mettant en scène sa vie de 1910 à 1918, avec pour la première moitié ses années de bohème et ses extravagances sociales et littéraires dans le milieu artistique parisien, et pour la seconde moitié sa fuite en Espagne puis en Amérique - il voulait éviter de partir dans les tranchées de la Première Guerre Mondiale -. Durant son périple, il fait là encore preuve de toute l'impertinence artistique et de tout le culot en société dont il est capable.

Le dessin de Jack Manini est beau et très élégant. Son trait clair, ses couleurs chaudes, sa mise en page pleine de classe offrent de belles planches qu'on prend plaisir à parcourir.

Le personnage d'Arhur Cravan, lui, par contre, m'est apparu nettement moins attachant.
Je reconnais tout le fantasque et l'originalité de l'homme et de sa vie. Il est à n'en pas douter un provocateur excentrique, sincère dans sa vision bohème et iconoclaste de la société, physiquement hors norme et intellectuellement doué. Sa fougue et son audace ont forcément marqué son entourage et le milieu artistique de l'époque, bousculant les normes et poussant les artistes eux-mêmes dans leurs retranchements. En cela, on comprend qu'il soit considéré comme le premier Dada.
Mais tel qu'il est présenté dans cette bande dessinée, j'ai avant tout ressenti son côté arrogant, égocentrique et souvent violent. J'y ai vu un modèle de narcissisme, l'exemple même du gamin mal-élevé qui veut attirer toute l'attention sur lui et qui est aidé en cela par son corps d'athlète et son esprit vif. On notera également ses amours multiples quand on le verra ne pas hésiter à écrire des lettres pleines de passion à plusieurs femmes en même temps, déclarant à toutes qu'elles sont la seule et unique qu'il veut voir vivre à ses côtés... et l'entretenir aussi semble-t-il aussi souvent. Et à côté de cela, je n'ai pas réussi à entrevoir pour de bon son talent artistique, les échantillons de sa poésie ne me parlant que très peu et seule la verve de ses lettres d'amour trouvant un intérêt à mes yeux.

Nous avons donc la biographie d'un personnage étonnant de fantasque, qui bouscule les codes et les hommes. C'est une biographie claire, bien menée et joliment dessinée. Mais c'est la biographie d'un homme que j'aurais détesté côtoyer.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin